Aéroports de Paris : quand les salariés tentent de sauver leur PDG

 |   |  524  mots
Pierre Graff , PDG d'ADP Copyright Reuters
Pierre Graff , PDG d'ADP Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
A la demande d'un administrateur salarié, un projet de résolution sera examiné jeudi en conseil d'administration demandant une modification des statuts pour permettre au PDG d'ADP, Pierre Graff, de poursuivre son mandat au-delà des 65 ans qu'il atteindra en novembre, deux ans avant la fin de son mandat. Mais la tentative a aucune chance d'aboutir. L'Etat, majoritaire dans le capital, est contre.

Ils jettent leurs dernières forces dans la bataille. Alors que l'Etat, actionnaire à hauteur de 52% d'Aéroports de Paris (ADP) a refusé une modification des statuts de l'entreprise qui aurait permis à son PDG, Pierre Graff, de poursuivre son mandat au-delà de la limite d'âge de 65 ans qu'il atteindra en novembre 2012, certains administrateurs salariés jouent leur va-tout pour que leur patron aille au terme de son mandat en juillet 2014.

Selon un administrateur, Serge Gentili (FO), l'un des six administrateurs salariés d'ADP qui en compte 18 au total (il y aussi six représentants de l'Etat et six élus par l'assemblée générale), a demandé et obtenu l'inscription dans l'ordre du jour du conseil d'administration prévu demain, un projet de résolution qui sera soumis à l'assemblée générale de mai. Le texte demande un changement de statut autorisant le PDG à exercer jusqu'à 70 ans. Tous les administrateurs ont reçu le projet de résolution. Interrogé, Serge Gentili a confirmé cette information, mais n'a pas souhaité faire de commentaires.

En interne Pierre Graff a annoncé son départ pour novembre

La tentative risque de faire long feu très rapidement. D'une part rien ne dit que ce projet de résolution soit soumis au vote des administrateurs. Le président du conseil, Pierre Graff s'est visiblement fait à l'idée de passer la main en novembre. Selon nos informations, il l'a récemment annoncé de manière allusive en interne lors d'une convention des cadres. Pour autant, quand bien même un vote serait organisé, encore faudrait-il dégager une majorité. Sur le papier c'est jouable si le texte rallie déjà toutes les voix des six représentants des salariés et celles des deux membres de l'aéroport partenaire Amsterdam Schiphol. Dans cette hypothèse, il ne manquerait que deux voix d'administrateurs indépendants.

Mais il est loin d'être acquis que ces derniers (Jacques Gounon, PDG d'Eurotunnel, Catherine Guillouard, directrice financière d'Eutelsat, Françoise Malrieu, présidente de la société de financement de l'économie française) veuillent affronter  l'Etat.  Et quand bien même cette résolution serait votée, elle n'aurait aucune chance de passer en assemblée générale, le 3 mai, trois jours avant le deuxième tour de la présidentielle, sauf revirement de la position de l'Etat. Peu probable si les noms qui circulent pour remplacer Pierre Graff sont vrais, en cas de réélection de Nicolas Sarkozy. Il s'agit de Marie-Claire Daveu, directrice de cabinet de Nathalie Kosciusko-Morizet au ministère de l'Écologie, celui de Jean-Paul Faugère, celui de François Fillon ou encore de Didier Banquy, son homologue chez François Baroin.

Inquiétude d'une privatisation

Aussi, même si elle n'a aucune chance de réussir, la tentative des certains administrateurs salariés de sauver Pierre Graff traduise leur inquiétude sur l'avenir d'Aéroports de Paris. Et notamment sur sa privatisation après les élections. En effet, le risque est grand que l'Etat, au regard de ses finances, décide un jour de se désengager dans plusieurs entreprises parmi lesquelles se retrouveraient ADP.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/03/2012 à 6:50 :
La rémunération du PDG d'ADP n'a rien à voir avec les montants de la personne que vous citez.
Réponse de le 29/03/2012 à 10:17 :
Il ne s'agit pas du montant de la rémunération, mais du concept "toujours plus" ! Le PDG d'ADP avait (peu ou prou) les mêmes responsabilités (opérationnelles) lorsqu'il n'était "que" haut fonctionnaire (ou assimilé).
Réponse de le 29/03/2012 à 11:01 :
Certes. Il gère depuis une boîte cotée tout de même -)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :