Ryanair relance une OPA sur Aer Lingus malgré l'obstacle Etihad

 |   |  530  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Six ans après l'échec d'un premier raid sur Aer Lingus, la compagnie low cost Ryanair propose 694 millions d'euros pour l'acquisition de son rival dont il détient déjà 29,82%. Etihad est entré au capital d'Aer Lingus au printemps.

Six ans après son premier raid sur sa compatriote Aer Lingus qui avait échoué, Ryanair repart à l'assaut d'Aer Lingus. La compagnie à bas coûts, qui possède déjà 29,82% du capital d'Aer Lingus, propose de mettre 694 millions d'euros (881 millions de dollars) pour acquérir le reste du capital. son rival Aer Lingus. Cette offre se ferait en numéraire. Dans un communiqué transmis mardi à la Bourse irlandaise, Ryanair fait part de son intention de faire une offre en numéraire par le biais d'une filiale qu'elle détient à 100%, Coinside, de 1,30 euro par action.  Elle souligne que cette offre est supérieure de 38,3% à la dernière cotation de l'action Aer Lingus mardi et de 46,7% par rapport à la cotation moyenne des six derniers mois. La compagnie aérienne irlandaise Aer Lingus a recommandé à ses actionnaires de "ne rien faire" dans l'immédiat. Le gouvernement irlandais, qui détient encore 25% d'Aer Lingus, s'st déclaré "évidemment inquiet concernant la concurrence", selon les termes du Premier ministre, Enda Kenny, lors d'une intervention devant le Parlement.
"Mais c'est une participation minoritaire que le gouvernement a. Nous n'avons pas de veto là dessus, nous n'avons pas de droit de blocage", a-t-il ajouté.

Une première offre avait échoué en 2006

Pour le directeur général de Ryanair, Michael O'Leary,  les circonstances ont changé depuis l'échec de la première offre fin 2006 qui avait suscité l'opposition de la direction, du gouvernement irlandais actionnaire de la compagnie et surtout de Bruxelles qui avait mis on véto. Aujourd'hui, Ryanair estime qu'il ya des raisons impérieuses pour que les actionnaires et l'Autorité européenne de la concurrence acceptent cette offre."Cette offre représente une occasion importante de réunir Aer Lingus et Ryanair, en vue de former une forte compagnie aérienne irlandaise capable de concurrencer les principales compagnies aériennes européennes telles que Air France, British Airways et Lufthansa", a déclaré lMichael O'Leary. Pas un mot sur Etihad. La compagnie aérienne d'Abou Dhabi avait pris un peu plus de 2% du capital d'Aer Lingus au printemps. Peut être un préalable pour une éventuelle augmentation de sa participation. Jusqu'ici, Etihad a le plus souvent investi dans des compagnies pour en prendre le contrôle ou jouer un rôle stratégique. C'est ce qui se produit avec Air Berlin, Air Seychelles et demain Virgin Blue, en Australie.

Des prévisions de résultats en baisse par rapport aux chiffres "record" de l'exercice précédent

Fin mai, la compagnie low cost s'était montrée prudente pour justifier une prévision de bénéfice net comprise entre 400 et 440 millions d'euros à l'issue de l'exercice en cours 2012-2013, qui s'achèvera le 31 mars 2013. Soit une forte baisse après le résultat record enregistré au cours de l'exercice précédent de 502,6 millions d'euros, en hausse de 25% par rapport à l'année d'avant. Une performance largement supérieure aux prévisions des analystes qui tablaient sur un profit de 487 millions. Le tout pour un chiffre d'affaires de 4,33 milliards, en progression de 19%. des prévisions sous-estimées selon plusieurs analystes, qui rappellent pas ailleurs que celles-ci ont toujours été dans le bas de la fourchette.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/06/2012 à 19:15 :
Si c'est. Comme les eurobonds
a écrit le 20/06/2012 à 12:38 :
Air France est la 4ème compagnie du monde, 33 $milliards mais en réalité la seconde si l'on tient compte du reclassement des fusions récentes américaines de United Continental Airlines, 37 $b.n et Delta Airlines, 35 $b.n. Mieux, l'intégration en cours d'Alitalia lui donnerait la première place devant Deutsche Lufthansa, 40 $b.n en 2011. La compagnie irlandaise est loin à $5b.n. Il faut faire en effet un constat : tant que ces sociétés achètent des avions le décalage livraison/première échéance permet de s'offrir une flotte gratuite pour peu que les constructeurs acceptent le deal.
Mais lorsque vient la queue de livraison, le "crédit gratuit" s'arrête et si au surplus la conjoncture est mauvaise, ce qui est le cas, la compagnie fait faillite. Solution se regrouper pour durer encore un peu ! Ce qui est l'objectif des concurents, ils passeront ensuite pour ramasser ce gros morceau construit sans effort pour eux. L'anglais IAG reprendra probablement cet ensemble avant d'être englouti volontairement à son tour. Les américains AMR, Southwest et US Airways sont en phase de regroupement. Air France prépare un projet moyen terme sur Air Canada.
Réponse de le 20/06/2012 à 13:01 :
Vous confondez comme globalement "comme beaucoup de monde" Chiffre d'affaire et bénéfice, vous pouvez vous la raconter "waooo je suis Number one" quand on perd 1 milliard on se la ferme et on se restructure quitte à devenir rentable et être (ho mon dieu) le numéro 20 !
Réponse de le 20/06/2012 à 15:01 :
Pas de confusion, nous parlons ici de l'activité stratégique dont le chiffre d'affaire est la représentation forte. La comparaison des profits avec divers groupes au delà du chiffre publié montrerait d'ailleurs que les autres compagnies sont dans un état lamentable, ce qui n'est pas le cas d'Air France pourtant peu vigoureux. Sur le reste vous avez raison. La compagnie est un des endroits où il reste encore des faux emplois que le délire fiancier avait jusqu'à présent permis de cacher, il faut restructurer. Cependant permettez-moi de souligner que lorsque l'on est n° 20 en cie généraliste..on n'est pas rentable, c'est justement là le problème que nous évoquions, Alitalia en est la preuve.
Réponse de le 20/06/2012 à 15:17 :
Je comprend vos explications et c'est juste si on prend le business modèle 2000 - 2010 (ceci n'engage que moi). Avec Ryanair et Easyjet ou Southwest (USA) (toutes des compagnies de plus de 15 années) il faut s'y faire l'avion est devenu un bus et on se débrouille avec Internet. Fini les halls de mégalo, les petits services pour flatter l'ego des cadres moyens qui se prennent pour des cadors et qui ne payent pas ... etc ... Aujourd'hui on cherche un prix et une destination. Air Asia est un bon exemple avec ENFIN la logique de point à point et arrêter ce débile Aller Retour. Je pense que le "TOO BIG TOO FAIL" est terminé et qu'il est devenu irresponsable de s'imaginer que l'on peu juste rester gros car a force ON DEVIENT GRAS :-) ! Avec Alitalia Air FRANCE c'est MORT (vu la situation cela ira juste plu vite) !
a écrit le 20/06/2012 à 12:02 :
étant donnée la politique d'investissement tout azymut d'Etihad, n'y aurait-il pas un interet stratégique pour AF a investir vers l'asie ou l'amérique du sud, ne serait-ce que pour relocaliser son effectif excédentaire et se développer ainsi sur des marchés complémentaires (en terme de rythme de croissance, mais aussi de saisonnalité...) ??? (objectif : grandir avec les mêmes moyens, plutôt que garder la même activité en réduisant les moyens... en terme ne serai-ce que d'image, ce serait mieux, et plus motivant pour les salariés... )

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :