La Russie cloue au sol la moitié des Sukhoi Superjet 100 d'Aeroflot

 |   |  412  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>DR</small>)
Les autorités russes ont suspendu 4 des 10 Sukhoi Superjet 100 de la compagnie aérienne Aeroflot en raison de problèmes techniques. Le constructeur promet une reprise de tous les vols d'ici à la fin du mois.

Les nouveaux avions sont à la peine. Alors que Boeing est confronté à de sérieux problèmes avec le B787, le Superjet 100 de Sukhoi, le nouvel appareil régional russe, a lui aussi des soucis. De moindre ampleur en apparence néanmoins. Ce mardi, le constructeur a indiqué que le régulateur russe du transport aérien, Rosaviatsia, avait suspendu l'exploitation de quatre des dix Superjet 100 que compte Aeroflot, en raison de problèmes techniques. Soit près de la moitié du secteur Superjet 100 de la compagnie aérienne russe. Selon le quotidien russe Vedomosti qui cite deux sources proches de l'agence fédérale, les problèmes concernent les trains d'atterrissage. Le journal Kommersant avait indiqué la semaine dernière que l'avion avait compté pour 40% des pannes répertoriées au sein de la flotte d'Aeroflot. Ces incidents ont concerné en premier lieu le système de climatisation (neuf cas), le système de direction (sept cas) et le train d'atterrissage (six cas), rapporte le journal.

Reprise de tous les vols d'ici à la fin du mois promet Soukhoi
"On découvre des défauts de construction sur tout avion lors des deux premières années d'exploitation commerciale", a tempéré dans son communiqué Sukhoï, qui a assuré que deux des avions cloués au sol recommenceraient à voler d'ici la fin de la semaine et deux autres d'ici la fin du mois.
Fer de lance des ambitions russes dans l'aéronautique civile, le Superjet 100 a débuté sa carrière commerciale en avril 2011, trois ans après son premier vol en 2008. Il compte un grand nombre d'industriels, notamment français. Le motoriste aéronautique Snecma et le groupe d'aéronautique et de défense Thales ont notamment participé au projet. Le programme avait terni par le crash d'un appareil en mai 2012 lors d'un vol de démonstration en Indonésie. L'accident, dû selon les autorités indonésiennes à une erreur humaine du pilote, a causé la mort des 45 passagers de l'avion.
Sukhoï a annoncé la semaine dernière avoir nommé un nouveau président à la tête de sa branche civile, en charge de l'appareil pour mission d'accélérer ce programme.

Un B777 atterrit avec un seul moteur

Comble de malchance pour Aeroflot, quelque jour après sa livraison, le Boeing 777-300ER flambant neuf effectuant la liaison entre Bangkok et Moscou a dû atterrir lundi avec un seul moteur en marche dans la capitale russe en raison d'une défaillance.

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/02/2013 à 16:08 :
La marque russe devrait disparaître. Elle a pu se maintenir grace aux participations françaises qui ont évité les gros décalages technologiques comme pour l'avionique de bord. Vendre de vielles technologies avant qu'elles ne tombent dans le domaine public est notre spécialité. Toutefois la période d'évolution lente est terminée pour l'aviation. Des nouveautés apparaissent sans cesse et Sukhoi ne suit plus. Ses avions deviennent donc dangereux. Pas comme ceux des constructeurs occidentaux qui sont des performances technologiques pures en évolution avec une phase de stabilisation, mais comme signant l'incapacité des russes à gérer de vielles techniques, preuve de leur retard définitif.
Réponse de le 12/02/2013 à 18:29 :
@corso: "vieilles techniques" de propagande en effet :-) Les Russes sont dans l'espace depuis longtemps grâce à leur propres technologies et n'ont donc pas attendu la France dans le domaine de l'aéronautique...ou dans d'autres domaines d'ailleurs :-)
Réponse de le 15/02/2013 à 15:45 :
faux, il suffit d'être intervenu sur des appareils Russes pour s'apercevoir du retard technologique, je rappelle qu'il n'y a pas si longtemps, les Iliouchines possédaient une planche de bord en... magnesium!! Métal fortement inflammable et interdit par DGAC
a écrit le 12/02/2013 à 14:34 :
4 sur 10 = la moitié ? j'ai dû mal comprendre mes cours d'arithmétique :-)
Réponse de le 12/02/2013 à 14:50 :
et aussi les cours de lecture "près de la moitié"
Réponse de le 12/02/2013 à 15:16 :
@po: un peu comme dans les contrats d'assurance, il faut lire les petits caractères :-) le titre serait donc manipulatoire ?? Une grande première en France, non :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :