Air France-KLM : du mieux, mais peut mieux faire

Les profondes mesures de restructuration mises en oeuvre depuis un an et demi chez Air France-KLM se sont traduites par des résultats en nette amélioration au deuxième trimestre 2013, le groupe affichant même un bénéfice d'exploitation.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Air France-KLM en altitude de croisière, c'est pas encore gagné. Mais le deuxième trimestre a apporté à la compagnie tricolore quelques signes prometteurs pour qu'elle espère un jour revenir à des altitudes standards. C'est le cas pour son résultat d'exploitation courant, qui est passé dans le vert au deuxième trimestre 2013. Le groupe a dégagé un bénéfice d'exploitation de 79 millions d'euros (contre une perte de 79 millions un an plus tôt), ce qui, "pour un deuxième trimestre, est une première depuis cinq ans", s'est réjoui le PDG Alexandre de Juniac.

Air France-KLM est également parvenu à réduire sa dette de 630 millions d'euros au cours du premier semestre. Elle s'établissait fin juin à 5,3 milliards d'euros. Mais la compagnie a néanmoins perdu de l'argent au premier semestre, avec un résultat net négatif de 793 millions d'euros (contre 1,2 milliard un an plus tôt), pour un chiffre d'affaires de 12,3 milliards, en hausse de 1,3 %.Des résultats encourageants mais le chemin pour redresser Air France-KLM sera encore très long. Et ils devront être confirmés sur toute l'année d'autant que le deuxième et encore plus le troisième trimestre, sont des trimestres où les compagnies engrangent le gros de leurs bénéfices annuels.

Pour autant, "l'amélioration significative de nos résultats est en très grande partie le résultat de la mise en oeuvre du plan (de restructuration) Transform", a estimé Alexandre de Juniac, qui a rappelé que "trimestre après trimestre, depuis un an, nos résultats s'améliorent en dépit d'un environnement dégradé. Ainsi, la direction a réussi à baisser de 2,2 % le coût unitaire, soit un gain de 270 million pour le résultat d'exploitation semestriel (- 451 millions).

Des mesures complémentaires

Cette réduction du coût unitaire est avant tout le fruit de la suppression de 5.122 postes dans le cadre du plan Transform 2015, dont la mise en oeuvre est "parfaitement respectée". En deux ans, entre juin 2011 et juin 2013, les effectifs du groupe sont passés de 106.300 à 100.700 (intérimaires compris), soit une réduction de 5,3 % ou 5.600 personnes. La suppression des augmentations générales de salaires au sein du groupe a également participé à la baisse des coûts unitaires. L'objectif de baisse des coûts annuels de personnels est évalué à 200 millions d'euros en 2013, afin de les ramener à 7,6 milliards d'euros (contre 7,8 milliards en 2012), et doit atteindre 400 millions en 2014 (7,4 milliards). En outre, le groupe continue de réduire au maximum ses investissements et ses capacités (- 4,2 % au deuxième trimestre, dont - 18,3 % dans le cargo). Ce qui faire dire à Alexandre de Juniac que "le plan Transform fonctionne".

Mais Air France-KLM va mettre en oeuvre au 1er janvier 2014 des mesures complémentaires pour redresser la compagnie. Alexandre de Juniac a déploré des recettes inférieures aux prévisions et un redressement des activités moyen-courrier et cargo moins rapide que prévu. Le groupe avait essuyé une perte de 800 millions l'an passé pour le seul réseau court et moyen-courrier, dont l'essentiel provient d'Air France. Le dispositif concernera "des mesures de départs volontaires, du temps partiel et des congés sans solde ainsi que des décisions industrielles et commerciales", précise le groupe qui a préparé les esprits à cette échéance automnale depuis plusieurs mois. Alexandre de Juniac a annoncé vendredi qu'un Comité central d'entreprise d'Air France se tiendrait mercredi prochain pour discuter notamment du sureffectif dont il n'a pas voulu dévoiler l'ampleur. Alexandre de Juniac annoncera l'ampleur de ces mesures comminatoires à l'automne 2013.

Les bases en province souffrent

Air France souffre de la vive concurrence des compagnies à bas coûts sur le réseau court et moyen-courriers. Pour les contrer, Air France a mis en place des bases en province à Marseille, Nice et Toulouse qui permettent de "poster" des avions et des personnels pour augmenter leur productivité. La direction a déjà réduit de 14 % les capacités des bases de province. Mais dès le printemps, la direction avait fait savoir que ces bases ne produisaient pas de résultats suffisants.

Le réseau court et moyen-courrier de KLM sera lui épargné par les nouvelles mesures. "KLM a fait de bonnes performances sur le court et le moyen-courrier dont nous tirons des enseignements importants. Ceci nous permet de dire que ce (le court et moyen-courrier) n'est pas une cause perdue", a commenté Alexandre de Juniac. Dans l'activité cargo, le groupe va encore réduire ses capacités (déjà - 4 % sur le premier semestre), abandonnant de plus en plus les avions tout cargo - deux appareils vont être retirés à l'été et un autre sera restitué à son loueur - au profit du fret en soute.

Air France étudie enfin une nouvelle répartition des vols au sein de ses marques, comme Hop! - fusion des compagnies régionales lancée en avril - et la compagnie à bas coûts Transavia, a déclaré Frédéric Gagey, qui a succédé à Alexandre de Juniac à la tête d'Air France début juillet. "L'idée que Transavia puisse devenir un des vecteurs de croissance du groupe est quelque chose que nous regardons avec pas mal d'intérêt", a-t-il dit, citant les coûts inférieurs de Transavia comparés à ceux d'Air France. Transavia France a enregistré une hausse de 27 % de son chiffre d'affaires au premier semestre, grâce à trois avions supplémentaires.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 28/07/2013 à 15:26
Signaler
j'étais "scotché" à Air France depuis 1997 : c'est fini depuis 18mois : hors low-cost bien sùr (hors de comparaison) : les tarifs Air France sont devenus en moyenne supérieurs de 60% à ceux des autres compagnies Classiques, s'agissant de ma ligne lon...

à écrit le 28/07/2013 à 5:11
Signaler
Pour l'instant AF ne prouve pas grand chose dans un nouveau modèle de business. Ses comptes "secondaires" positifs sont le fruit!!!! de moins d'effectifs, ce type de résultat est un trompe ?il. Un autre pb d'AF une mauvaise com sur son organisation d...

à écrit le 27/07/2013 à 15:05
Signaler
AF a toujours privilegie, jaobinisme oblige, Paris et notamment Roissy, le pire aeroport en Europe sinon au monde. Les passagers du Nord et de l'Est preferent Bruxelles, Frankfurt ou Zurich et Geneve. Pour les moyens courriers, EasyJet est presque pa...

le 28/07/2013 à 4:31
Signaler
blah blah blah blah blah

le 28/07/2013 à 8:00
Signaler
Effectivement,il y a concurrence entre la route,le rail et l'aérien:c'est lié aux infrastrutures,aux charges de personnel et au prix de l'énergie.Pour l'instant,c'est le rail qui est perdant;mais le problème d'AF est international;il est seulement li...

à écrit le 27/07/2013 à 11:14
Signaler
Air France est un bon exemple de compétitivité;elle est en concurrence directe avec des compagnies de même type,la seule différence est le cout du travail.Que faudrait-il faire?

à écrit le 27/07/2013 à 8:08
Signaler
Cela fait une eternite que Air france est deficitaire.Air france doit gagner des destinations internationales intra et intereuropeennes tout en modulant de ces capacites de transit de fret de tampon operationel c'est a dire faire une politique agress...

le 27/07/2013 à 13:45
Signaler
Il serait bon de vous faire relire, avant de "poster". Et accessoirement, vous pourriez, aussi rechercher des informations factuelles. Cela vous éviterait le ridicule...

à écrit le 27/07/2013 à 1:41
Signaler
ça ne peut qu'aller mieux avec le temps. Quand on voit les accidents à répétition des trains (Brétigny, Espagne...), on se dit que l'avion est de loin le transport le plus sûr au monde!

à écrit le 26/07/2013 à 19:38
Signaler
On ne peut qu'espérer le retour à la profitabilité d'Air France. Que tous ces efforts soient couronnés de succès, cela signifierait que les salariés d'AF ont réellement compris que le monde avait changé et qu'il leur fallait s'adapter pour survivre.....

à écrit le 26/07/2013 à 19:06
Signaler
Eh bien, j'espère que leur service clients s'améliore car je suis en litige avec eux depuis fin avril 2013....Vols retardés de 15 heures avec toutes mes correspondances perdues et à la clef un nouveau billet dernière minute si je voulais partir en va...

le 27/07/2013 à 12:08
Signaler
Je suis circonspect au sujet de votre affaire. Si vous manquez un vol en correspondance à cause du retard d'un vol opéré par la même compagnie, celle ci vous met sur le prochain vol gratuitement. Ex: je me suis rendu en Amérique centrale avec AAirlin...

le 27/07/2013 à 13:02
Signaler
Tout simplement car le préacheminement se faisait sur AF et que le retard du vol AF à fait boule de neige sur les autres vols NON AF! Je suis biena rrivé à Paris avec 15 h de retard mais les autres vols, nada!

le 27/07/2013 à 13:43
Signaler
Je voulais me faire un sandwich aux rillettes en fin de journée. Le boulanger avait eu un problème, et ma baguette est arrivée vers 18h55. Le temps de régler et me déplacer, le charcutier était fermé... Je pense sérieusement attaquer le boulanger en ...

le 27/07/2013 à 14:17
Signaler
Dans ce cas une assurance annulation (beaucoup couvrent les retards ou problèmes liés à un problème d'acheminement) aurait fait l'affaire. Si vous n'étiez pas couvert, vous ne pouvez que vous en prendre à vous même...

le 27/07/2013 à 18:06
Signaler
Vous me faites gentiment rigoler eurofederal.Vous polluez tous les articles sur AF avec votre affaire qui n'a rien à voir avec les sujets .Votre affaire n'en est pas une .Vous voulez le beurre , l'argent du beurre et le sourire de la crémière .Car vo...

à écrit le 26/07/2013 à 18:52
Signaler
En fait, le modèle Air France = long courriers + vols Hub Europe, et Air Inter = point à point marchait si bien, qu'à force de l'éviter on y revient. Easyjet a d'ailleurs choisi la recette Air Inter pour son expansion européenne et on voit le résulta...

le 26/07/2013 à 19:32
Signaler
Entre le Air Inter d'il y a 20 ans et le court et moyen courrier d'origine, ça n'a plus rien à voir ! L'environnement a changé, les low cost n'existaient pas il y a 20 ans, le TGV n'était pas si développé, bref je trouve votre commentaire hors sujet,...

le 27/07/2013 à 18:10
Signaler
Jithensha , merci de comparer les prix d'air inter il y a vingt ans et les prix d'easyjet aujourd'hui .Rapport un à dix .Et le pétrole valait cinq fois moins cher ;

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.