Air France-KLM : du mieux, mais peut mieux faire

 |   |  905  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les profondes mesures de restructuration mises en oeuvre depuis un an et demi chez Air France-KLM se sont traduites par des résultats en nette amélioration au deuxième trimestre 2013, le groupe affichant même un bénéfice d'exploitation.

Air France-KLM en altitude de croisière, c'est pas encore gagné. Mais le deuxième trimestre a apporté à la compagnie tricolore quelques signes prometteurs pour qu'elle espère un jour revenir à des altitudes standards. C'est le cas pour son résultat d'exploitation courant, qui est passé dans le vert au deuxième trimestre 2013. Le groupe a dégagé un bénéfice d'exploitation de 79 millions d'euros (contre une perte de 79 millions un an plus tôt), ce qui, "pour un deuxième trimestre, est une première depuis cinq ans", s'est réjoui le PDG Alexandre de Juniac.

Air France-KLM est également parvenu à réduire sa dette de 630 millions d'euros au cours du premier semestre. Elle s'établissait fin juin à 5,3 milliards d'euros. Mais la compagnie a néanmoins perdu de l'argent au premier semestre, avec un résultat net négatif de 793 millions d'euros (contre 1,2 milliard un an plus tôt), pour un chiffre d'affaires de 12,3 milliards, en hausse de 1,3 %.Des résultats encourageants mais le chemin pour redresser Air France-KLM sera encore très long. Et ils devront être confirmés sur toute l'année d'autant que le deuxième et encore plus le troisième trimestre, sont des trimestres où les compagnies engrangent le gros de leurs bénéfices annuels.

Pour autant, "l'amélioration significative de nos résultats est en très grande partie le résultat de la mise en oeuvre du plan (de restructuration) Transform", a estimé Alexandre de Juniac, qui a rappelé que "trimestre après trimestre, depuis un an, nos résultats s'améliorent en dépit d'un environnement dégradé. Ainsi, la direction a réussi à baisser de 2,2 % le coût unitaire, soit un gain de 270 million pour le résultat d'exploitation semestriel (- 451 millions).

Des mesures complémentaires

Cette réduction du coût unitaire est avant tout le fruit de la suppression de 5.122 postes dans le cadre du plan Transform 2015, dont la mise en oeuvre est "parfaitement respectée". En deux ans, entre juin 2011 et juin 2013, les effectifs du groupe sont passés de 106.300 à 100.700 (intérimaires compris), soit une réduction de 5,3 % ou 5.600 personnes. La suppression des augmentations générales de salaires au sein du groupe a également participé à la baisse des coûts unitaires. L'objectif de baisse des coûts annuels de personnels est évalué à 200 millions d'euros en 2013, afin de les ramener à 7,6 milliards d'euros (contre 7,8 milliards en 2012), et doit atteindre 400 millions en 2014 (7,4 milliards). En outre, le groupe continue de réduire au maximum ses investissements et ses capacités (- 4,2 % au deuxième trimestre, dont - 18,3 % dans le cargo). Ce qui faire dire à Alexandre de Juniac que "le plan Transform fonctionne".

Mais Air France-KLM va mettre en oeuvre au 1er janvier 2014 des mesures complémentaires pour redresser la compagnie. Alexandre de Juniac a déploré des recettes inférieures aux prévisions et un redressement des activités moyen-courrier et cargo moins rapide que prévu. Le groupe avait essuyé une perte de 800 millions l'an passé pour le seul réseau court et moyen-courrier, dont l'essentiel provient d'Air France. Le dispositif concernera "des mesures de départs volontaires, du temps partiel et des congés sans solde ainsi que des décisions industrielles et commerciales", précise le groupe qui a préparé les esprits à cette échéance automnale depuis plusieurs mois. Alexandre de Juniac a annoncé vendredi qu'un Comité central d'entreprise d'Air France se tiendrait mercredi prochain pour discuter notamment du sureffectif dont il n'a pas voulu dévoiler l'ampleur. Alexandre de Juniac annoncera l'ampleur de ces mesures comminatoires à l'automne 2013.

Les bases en province souffrent

Air France souffre de la vive concurrence des compagnies à bas coûts sur le réseau court et moyen-courriers. Pour les contrer, Air France a mis en place des bases en province à Marseille, Nice et Toulouse qui permettent de "poster" des avions et des personnels pour augmenter leur productivité. La direction a déjà réduit de 14 % les capacités des bases de province. Mais dès le printemps, la direction avait fait savoir que ces bases ne produisaient pas de résultats suffisants.

Le réseau court et moyen-courrier de KLM sera lui épargné par les nouvelles mesures. "KLM a fait de bonnes performances sur le court et le moyen-courrier dont nous tirons des enseignements importants. Ceci nous permet de dire que ce (le court et moyen-courrier) n'est pas une cause perdue", a commenté Alexandre de Juniac. Dans l'activité cargo, le groupe va encore réduire ses capacités (déjà - 4 % sur le premier semestre), abandonnant de plus en plus les avions tout cargo - deux appareils vont être retirés à l'été et un autre sera restitué à son loueur - au profit du fret en soute.

Air France étudie enfin une nouvelle répartition des vols au sein de ses marques, comme Hop! - fusion des compagnies régionales lancée en avril - et la compagnie à bas coûts Transavia, a déclaré Frédéric Gagey, qui a succédé à Alexandre de Juniac à la tête d'Air France début juillet. "L'idée que Transavia puisse devenir un des vecteurs de croissance du groupe est quelque chose que nous regardons avec pas mal d'intérêt", a-t-il dit, citant les coûts inférieurs de Transavia comparés à ceux d'Air France. Transavia France a enregistré une hausse de 27 % de son chiffre d'affaires au premier semestre, grâce à trois avions supplémentaires.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/07/2013 à 15:26 :
j'étais "scotché" à Air France depuis 1997 : c'est fini depuis 18mois : hors low-cost bien sùr (hors de comparaison) : les tarifs Air France sont devenus en moyenne supérieurs de 60% à ceux des autres compagnies Classiques, s'agissant de ma ligne long-courrier habituelle : 3 aller/retour-an. Et ce en classe dite faussement "économique" : la bétaillère : surnom de cette classe par l'équipage. Des menus de plus en plus négligés, et en dégradation accélérée de saveur. Un confort sur les Boeing 777 pas meilleur et des accoudoirs durs comme du béton.. Une carte de fidélité "Flying Blue" qui n'a plus aucun intérêt : compte tenu du différentiel tarifaire énorme (gadget devenu inutile). Durcie pour les autres passagers que moi, qui ne font qu'un voyage chaque 20 mois, selon leur dispo et pouvoir d'achat : malgré leur fidélité à Air France, ils perdent intégralement au terme de 20mois depuis le éniième, durcissement Air France, leurs dizaines de milliers de "miles" patiemment et fidèlement épargnés. Parfois Air France procède à des promotions avec beaucoup !! de restrictions !! quant aux dates, quelques semaines seulement avant le départ : çà ne vaut que pour l'affichage et la publicité pure, pour faire croire à la compétitivité "irréprochable" des tarifs. Dans mon cas, avec programmation datée du voyage sur un trimestre ou un semestre, cela relève de l'affichage, de la pub et de la blague qui ne concernent d'ailleurs quasiment personne
a écrit le 28/07/2013 à 5:11 :
Pour l'instant AF ne prouve pas grand chose dans un nouveau modèle de business. Ses comptes "secondaires" positifs sont le fruit!!!! de moins d'effectifs, ce type de résultat est un trompe ?il. Un autre pb d'AF une mauvaise com sur son organisation de voyages. On sent une complication et un meuble à tiroirs sans que chacun, soit pour le client, clairement étiqueté. On sent dans M. de Jugnac une formation bien française plus administrative qu'opérationnelle au sens de la réactivité. Il est important qu'AF réussisse mais pour cela il faut une vision de marché client/résultat, pas une pure vision administrative de gestion. Laisser AF/KLM aux mains de français n'est peut-être pas la bonne solution trop marquée par notre colbertiste des affaires.
a écrit le 27/07/2013 à 15:05 :
AF a toujours privilegie, jaobinisme oblige, Paris et notamment Roissy, le pire aeroport en Europe sinon au monde. Les passagers du Nord et de l'Est preferent Bruxelles, Frankfurt ou Zurich et Geneve. Pour les moyens courriers, EasyJet est presque partout en desservant toute l'Europe. La compagnie Hop est une douce rigolade. Elle a ouvert notamment une ligne depuis Bale/Mulhouse vers... Lyon (400 km) alors qu'il y a autouroute et TGV. Etrange.
Réponse de le 28/07/2013 à 4:31 :
blah blah blah blah blah
Réponse de le 28/07/2013 à 8:00 :
Effectivement,il y a concurrence entre la route,le rail et l'aérien:c'est lié aux infrastrutures,aux charges de personnel et au prix de l'énergie.Pour l'instant,c'est le rail qui est perdant;mais le problème d'AF est international;il est seulement lié au charges de personnel.
a écrit le 27/07/2013 à 11:14 :
Air France est un bon exemple de compétitivité;elle est en concurrence directe avec des compagnies de même type,la seule différence est le cout du travail.Que faudrait-il faire?
a écrit le 27/07/2013 à 8:08 :
Cela fait une eternite que Air france est deficitaire.Air france doit gagner des destinations internationales intra et intereuropeennes tout en modulant de ces capacites de transit de fret de tampon operationel c'est a dire faire une politique agressive d'expansion d'operateurs pour sortir du rouge deficitaire.Air france manque de lucidite de management et fait du nombrilisme sterelisante permanent.La faute est du mismanagement de cyril spinetta de 14 ans.que les cieux lui soient ouvert pour un rebondissement positive du futur.
Réponse de le 27/07/2013 à 13:45 :
Il serait bon de vous faire relire, avant de "poster". Et accessoirement, vous pourriez, aussi rechercher des informations factuelles. Cela vous éviterait le ridicule...
a écrit le 27/07/2013 à 1:41 :
ça ne peut qu'aller mieux avec le temps. Quand on voit les accidents à répétition des trains (Brétigny, Espagne...), on se dit que l'avion est de loin le transport le plus sûr au monde!
a écrit le 26/07/2013 à 19:38 :
On ne peut qu'espérer le retour à la profitabilité d'Air France. Que tous ces efforts soient couronnés de succès, cela signifierait que les salariés d'AF ont réellement compris que le monde avait changé et qu'il leur fallait s'adapter pour survivre... face à EasyJet et aux compagnies du Golfe (et de plus en plus, Turkish aussi). J'aime cette compagnie, même si elle est souvent vilipendée de toutes parts, elle évolue dans un environnement qui a terriblement changé ces 10 dernières années et doit s'adapter face au feu adverse. Survivre est le challenge. Si le personnel l'a compris (= fin des grèves...?), je souhaite que les clients reviennent.
a écrit le 26/07/2013 à 19:06 :
Eh bien, j'espère que leur service clients s'améliore car je suis en litige avec eux depuis fin avril 2013....Vols retardés de 15 heures avec toutes mes correspondances perdues et à la clef un nouveau billet dernière minute si je voulais partir en vacances .ils me doivent quelque 1700 euros soit sous le règlement européen CE n° 261/2004 , soit sous le règlement de la convention de Montréal du 28 mai 1999 qui stipule dans ses articles 19 et 22 que : « La responsabilité du transporteur en cas de retard et le droit à indemnisation du passager :
Le transporteur est responsable du dommage résultant d?un retard dans le transport aérien de passagers, de bagages ou de marchandises. Cependant, le transporteur n?est pas responsable du dommage causé par un retard s?il prouve que lui, ses préposés et mandataires ont pris toutes les mesures qui pouvaient raisonnablement s?imposer pour éviter le dommage, ou qu?il leur était impossible de les prendre (article 19).
La responsabilité du transporteur est limitée à la somme de 4 150 droits de tirage spéciaux par passager (soit environ 4 878 ? à la date du 21 décembre 2011).  bref, service client néant absolu car ils prennent les passagers pour ceux qu'ils ne sont pas....J'espère que la DGAC et la FNAUT pourront m'aider car même si ils doivent me rembourser, ils font tout pour trainer des pieds....En tous les cas, je ne voyagerai plus jamais sur AF-KLM..... il me reste 56000 miles que je vais vite utiliser et Bye bye Flying Blues! Au fait il ne faut surtout pas être pressé car service client ne veut pas dire " rapidité" et visiblement ce service est sous traité en Tchéquie car le courrier vient de Prague.....enfin, Attendons.
Réponse de le 27/07/2013 à 12:08 :
Je suis circonspect au sujet de votre affaire. Si vous manquez un vol en correspondance à cause du retard d'un vol opéré par la même compagnie, celle ci vous met sur le prochain vol gratuitement. Ex: je me suis rendu en Amérique centrale avec AAirlines (vol Paris/Miami puis Miami/Panama). Le vol Paris/Miami a eu un gros retard et j'ai manqué ma correspondance. AAirlines m'a mis sur le vol suivant pour Panama City. Air France aurait fait de même pour une correspondance manquée.
Le seul hic c'est que j'ai du dormir sur place. L'assurance voyage de ma carte visa premier a couvert les frais...
Expliquez moi comment vous vous êtes débrouillé pour tomber dans une telle situation.
Réponse de le 27/07/2013 à 13:02 :
Tout simplement car le préacheminement se faisait sur AF et que le retard du vol AF à fait boule de neige sur les autres vols NON AF! Je suis biena rrivé à Paris avec 15 h de retard mais les autres vols, nada!
Réponse de le 27/07/2013 à 13:43 :
Je voulais me faire un sandwich aux rillettes en fin de journée. Le boulanger avait eu un problème, et ma baguette est arrivée vers 18h55. Le temps de régler et me déplacer, le charcutier était fermé... Je pense sérieusement attaquer le boulanger en dommages et intérêts...
Réponse de le 27/07/2013 à 14:17 :
Dans ce cas une assurance annulation (beaucoup couvrent les retards ou problèmes liés à un problème d'acheminement) aurait fait l'affaire. Si vous n'étiez pas couvert, vous ne pouvez que vous en prendre à vous même...
Réponse de le 27/07/2013 à 18:06 :
Vous me faites gentiment rigoler eurofederal.Vous polluez tous les articles sur AF avec votre affaire qui n'a rien à voir avec les sujets .Votre affaire n'en est pas une .Vous voulez le beurre , l'argent du beurre et le sourire de la crémière .Car vous ne dites pas tout .Si je me souviens bien vous partez de Nantes sur Paris et Istanbul puis Miami .Seul le premier tronçon est AF , les suivants sur d'autres compagnies Votre avion au départ de Nantes a du retard qui vous fait rater vos correspondances .Autrement dit , vous voulez qu'AF vous dédommage de ces correspondances .La compagnie a assuré le dédommagement de son retard , ce qui est son rôle mais ne s'engage pas à rembourser les billets sur les autres Compagnies .Elle est tout à fait dans son droit .Aucune compagnie au monde n'aurait procédé comme vous le souhaiteriez .
Si vous aviez pris le train , vous auriez aussi demandé à la SNCF de vous rembourser les Paris-Istambul-Miami ?
a écrit le 26/07/2013 à 18:52 :
En fait, le modèle Air France = long courriers + vols Hub Europe, et Air Inter = point à point marchait si bien, qu'à force de l'éviter on y revient. Easyjet a d'ailleurs choisi la recette Air Inter pour son expansion européenne et on voit le résultat! Enfin des dirigeants AF qui acceptent les bonnes vieilles méthodes de l'aérien!
Réponse de le 26/07/2013 à 19:32 :
Entre le Air Inter d'il y a 20 ans et le court et moyen courrier d'origine, ça n'a plus rien à voir ! L'environnement a changé, les low cost n'existaient pas il y a 20 ans, le TGV n'était pas si développé, bref je trouve votre commentaire hors sujet, désolé.
Réponse de le 27/07/2013 à 18:10 :
Jithensha , merci de comparer les prix d'air inter il y a vingt ans et les prix d'easyjet aujourd'hui .Rapport un à dix .Et le pétrole valait cinq fois moins cher ;

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :