SNCF : Transdev veut tester l’ouverture à la concurrence avant l’heure (lui aussi)

Le groupe français de transport urbain propose d'expérimenter avant 2019 l'ouverture à la concurrence du marché ferroviaire des voyageurs.
Fabrice Gliszczynski

3 mn

Les subventions des TER ont augmenté de 47% en 10 ans en France. Elles ont baisse de 20% en Allemagne où le marché est ouvert
Les subventions des TER ont augmenté de 47% en 10 ans en France. Elles ont baisse de 20% en Allemagne où le marché est ouvert (Crédits : <small>Reuters/<a href="http://www)

Transdev embraye le pas d'Arriva, la filiale britannique de Deutsche Bahn, qui a demandé, la semaine dernière, que les régions qui le souhaitent puissent tester dès 2016, et pendant deux ans, les effets de la mise en concurrence des réseaux régionaux, aujourd'hui exploités par la SNCF. Soit bien avant l'entrée en vigueur de l'ouverture à la concurrence des voyageurs à partir de 2019. Ce mardi, lors d'un colloque sur l'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire organisé par l'institut national de la consommation (INC), Jean-Marc Janaillac, le PDG de Transdev a, lui aussi, prôné une " ouverture à la concurrence de manière expérimentée avant 2019". Pour lui, ce "serait une excellente chose de la préparer", sur quelques lignes également.

 Intérêt pour les TER et les Corail

Au préalable, il avait expliqué que 2019 constituait "une date ultime" et que "la concurrence pouvait arriver avant" si les autorités organisatrices de transport décident de lancer des appels d'offres pour mettre en concurrence les opérateurs sur les TER ou les TET (trains d'équilibre du territoire, les Corail pour faire simple). Deux marchés, dont l'ouverture à la concurrence intéresse Transdev. 

"Le président de la SNCF a fait récemment une grande déclaration d'amour à l'autocar, moi je vais en faire une au train : nous ne souhaitons pas que les régions soient amenées à fermer des lignes ferroviaires qui seraient trop coûteuses et les assurer en autocar", a-t-il dit.

 Hausse des subventions pour les TER en France

Transdev étant prrésent en Allemagne dont le marché ferroviaire régional est ouvert, Jean-Marc Janaillac a rappelé qu'outre-Rhin, entre 2002 et 2012, le nombre de trains-kilomètres a progressé de 7% et le trafic de 30%. Conséquence : 500 kilomètres de lignes ferroviaires, et 300 gares ont ouvertes ou rouvertes grâce à la concurrence. En outre sur le plan des coûts, il a indiqué qu'en France, le montant des subventions des TER avaient augmenté de 47% en dix ans quant elles ont diminué de 20% en Allemagne pour une offre plus ou moins égale.

Baisse des coûts de 20 à 30%  

Frédéric Versini, de la DG Transports à la Commission européenne, a rappelé que l'ouverture à la concurrence a permis, dans les pays où elle a eu lieu comme l'Allemagne ou la Suède, de baisser les coûts de 20 à 30% pour les pouvoirs publics lors de la première mise en concurrence. Une baisse que l'on ne retrouve d'ailleurs pas pour la deuxième mise en compétition. Des chiffres que réfutent l'ancien ministre Jean-Louis Bianco : "les effets de la concurrence sur les industries de réseaux sont contrastées. Je ne comprends pas d'où viennent ces 20% d'économies", a-t-il dit. 

Bernard Soulage, vice-président de la région Rhône-Alpes en charge de l'Europe et des relations internationales plaide plutôt pour que "le début du processus d'ouverture à la concurrence reste 2019, avec des conventions d'une durée maximale de 8 ans". Ainsi en cas de renouvellement des actuelles conventions juste avant l'échéance de 2019, "l'ouverture à la concurrence se ferait en 2026" pour les dernières régions, "mais en 2024 en moyenne" selon lui. "Ce serait raisonnable. Il faut y aller lentement", a-t-il dit.

Fabrice Gliszczynski

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 06/11/2013 à 17:10
Signaler
Voila une bonne nouvelle, mais il aura fallu que l'anglais d’Arriva agisse, d’une façon fort maladroite d’ailleurs, pour que Transdev réagisse. Il ne reste plus qu’à espérer que d’autres se manifestent pour que le bon sens l’emporte enfin. Quand à l'...

à écrit le 06/11/2013 à 10:39
Signaler
Champagne chef de gare ! La SNCf et sa dictature sera bientôt qu'un mauvais souvenir avec l'arrivée de compagnies ferroviaires privés. Quel bonheur pour les usagers clients contribuables. Et pour peut que la sncf termine comme la SNCM de Marseille en...

le 06/11/2013 à 11:16
Signaler
Votre propos construit et étayé semble révélateur de votre analyse et plus largement de votre intelligence...

le 06/11/2013 à 13:42
Signaler
"Heureux les simples d'esprit..." Allez donc voir en Grande Bretagne où les compagnies ferroviaires sont TOUTES PRIVEES mais sans se faire concurrence ! L'équivalent de leur cour des comptes estiment l'ardoise financière PUBLIQUE à 3 fois la mise par...

le 06/11/2013 à 14:38
Signaler
Inutile de se réjouir de l'ouverture à la concurrence du rail car une nouvelle écotaxe risque de sortir du chapeau des socialistes pour combler le manque à gagner et conserver les privilèges des "cheminots".

le 06/11/2013 à 17:58
Signaler
"Michel",vous n'avez pas compris ! Avant de parler "privilèges" vous devriez savoir que le matériel neuf acheté à BOMBARDIER et/ou ALSTOM a un coût ! D'autre part ,la régénération des voies ferrées qui avaient juste été "oubliées" pendant 30 ans ,cel...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.