Vueling et Easyjet mettent la pression sur Transavia et Air France

 |   |  386  mots
Vueling va continuer de se développer en France, son deuxième marché après l'Espagne
Vueling va continuer de se développer en France, son deuxième marché après l'Espagne (Crédits : © 2009 AFP)
La filiale à bas coûts d'Iberia et de British Airways va augmenter son offre en sièges de 25% en France l'été prochain en ouvrant 9 nouvelles lignes. Easyjet développe aussi ses capacités.

 Alors qu'Air France travaille sur la montée en puissance de sa filiale à bas coûts Transavia pour riposter aux compagnies low-cost sur le court et moyen-courrier, Vueling, la filiale low-cost d'Iberia et du groupe IAG (British Airways-Iberia), et Easyjet continuent leur offensive sur le marché français. En forte croissance sur le marché français depuis 4 ans, Vueling va augmenter son offre en sièges de 25% au cours de la prochaine saison estivale (fin mars 2014-fin octobre 2014) par rapport à l'été dernier.

"Nous allons commercialiser 3,4 millions de sièges, soit près de 700.000 de plus que l'été dernier", a expliqué ce jeudi 14 novembre 2013 Julio Rodriguez, le directeur commercial et marketing de Vueling, de passage à Paris pour l'inauguration de la ligne Pairs-Orly-Grande Canarie.

 43 routes en France

Pas moins de 9 nouvelles routes seront lancées par rapport à l'été dernier : nouveau vol quotidien Paris Roissy-Bologne en Italie, Roissy-Barcelone, Paris-Orly-Minorque, Rennes et Marseille-Palma de Majorque, Lyon et Nantes-Séville, Bastia-Barcelone, et Orly-Grande Canarie, qui sera poursuivie l'été prochain.

Au final, Vueling assurera 43 destinations en France, ce qui en fait un acteur majeur dans l'Hexagone, au même titre qu'Easyjet. La compagnie britannique va également augmenter ses capacités en France avec l'ouverture d'une dizaine de nouvelles lignes l'été prochain.

L'Allemagne, prochaine cible? 

Vueling n'entend pas ralentir le rythme "Nous allons continuer notre croissance", assure Julio Rodriguez, directeur commercial et marketing de Vueling. La France est le deuxième marché, après l'Espagne. Après avoir ouvert des lignes entre Paris et l'Espagne, puis entre les régions françaises et Barcelone, sa base principale, puis entre Paris et d'autres villes du sud de l'Europe (Italie-Portugal) et du Maroc, Vueling vise des pays en Europe, dans deux ou trois ans, comme l'Allemagne.

40% de voyageurs d'affaires

Le modèle de Vueling est original. La compagnie espagnole comporte beaucoup de caractéristiques des transporteurs traditionnels qui lui permettent de capter la clientèle affaires (existence d'une classe affaires à bord, business lounge, billets flexibles pour les modifications…) mais dispose de coûts extrêmement bas. Ses coûts de production s'élève à 4,07 centimes au siège kilomètres offerts. Plus de 40% de ses passagers voyagent pour des raisons professionnelles, explique Vueling. Chez Easyjet, qui se focalise également sur ce segment de clientèle, ils sont près de 25%. 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/11/2013 à 11:08 :
Arrêtez de dire des choses telles que : employés payés au lance pierre ou pas d'impôts en France. JE SUIS CHEZ EASYJET JE PAYE DES IMPOTS MON CONTRAT EST DE DROITS FRANCAIS ET JE SUIS MIEU PAYE QU UN PNC DEBUTANT CHEZ AF...alors renseignez vous pleaaaase.
Réponse de le 19/11/2013 à 14:46 :
merci ! enfin qqu pour rétablie la vérité trop difficile à entendre par certains jaloux, AF j'y étais, je suis maintenant chez easy, et non merci plus jms retour en arrière. Nous avons des salaires et des conditions de travail plus que sympa, mais , oui, nous devons TRAVAILLER et VOLER plus de 50h de bloc par mois pour que la boite fonctionne.
a écrit le 17/11/2013 à 0:31 :
Dans quelques années, Air France disparaitra avec la bénédiction de tous les français râleurs, et puis on découvrira qu'AF c'était 50000 emplois directs plus autant indirects, remplacés par des compagnies payant leurs salariés au lance pierres et payant l'impôt ailleurs qu'en France, et là on dira que finalement Air France c'était pas si mal, mais ce sera trop tard.....
a écrit le 15/11/2013 à 15:13 :
N' en déplaise au esprits chagrins qui pensent que c est toujours meilleurs ailleurs, Air France n' est pas la seule concernée par la montée en puissance des compagnies low cost. Ces compagnies ne créaient quasiment aucun emploi et paient peu d 'impot en France ( quand elles ne sont pas subventionnés par vos impots).
Par ailleurs si vous comparez bien, ( billet, bagage,enregistrement, service...) les compagnies traditionnelles ne sont pas toujours plus chères que les low cost.
Réponse de le 15/11/2013 à 20:45 :
Vous avez raison, RYR ce n'est que 1600 emplois à Marseille par exemple ... Ça laisse rêveur par rapport aux 10 000 postes supprimés chez une autre.
Réponse de le 16/11/2013 à 18:09 :
Demandez-vous pourquoi les compagnies traditionnelles ont baissé leurs tarifs sur les lignes en concurrence avec les low-cost...pour vous faire plaisir ?
Réponse de le 17/11/2013 à 0:56 :
a paris vous avez raison de plus Ryanair va passer devant Bruxelles qui va remettre en cause les subventions des ceci . Ryanair c est de l argent planqué a l ile de man et aucun impôt payé en France .des conditions sociales déplorables.
a écrit le 15/11/2013 à 13:19 :
Des sociétés qui créent de l'emploi, permettent à des régions de se développer, permettent de voyager à juste coût, dans des conditions normales, ... Ça laisse rêveur par rapport à la compagnie au code barre ...
Et surtout ce qui est le plus important, avec du personnel sympathique. Entre du personnel aigri ou une personne sympathique qui ne parle que anglais le choix est vite fait.
a écrit le 15/11/2013 à 10:37 :
Pour quoi choisir AF : c'est très cher, que ce soit en court/moyen/long courrier, la qualité de service est lamentable, les hôtesses et stewards sont déplaisants et arrogants, les privilégiés AF en voyage quasi gratuits sont insupportables .... Alors ? Les miles ? Ca fait env. 8/10% de remise à la fin du cumul quand on prend un billet, mais 1) ca va diminuer et 2) AF reste malgré tout plus chère que ses concurrents. Donc AF : c'est quand je n'ai pas le choix. Et je suis passé de Platinum à Ivory, sans voyager moins. Et le marketing d'AF ne s'en est même pas inquiété ... ce qui est certainement le plus édifiant : AF se moque de ses (ex) clients .....
a écrit le 15/11/2013 à 10:02 :
Pendant que AirFrance KLM fait des projets (sur la comète ?), ses concurrents (Vueling, Easyjet, RyanAir) travaillent et ouvrent des nouvelles lignes.
La vérité c'est qu'à force de vouloir ménager la chèvre et le choux (c'est à dire ménager les syndicats de pilotes et de navigants et continuer à disposer de marges élevées sur les moyens courriers en Europe), Air France a rater le coche dans le low-cost et s'est fait distancer par les nouveaux entrants.
Aif France ne produit que des effets d'annonces concernant Transavia dont on prédit toujours la montée en puissance mais qui ne se développe pas et ne gagne pas d'argent ...
a écrit le 15/11/2013 à 9:58 :
Pendant que AirFrance KLM fait des projets (sur la comète ?), ses concurrents (Vueling, Easyjet, RyanAir) travaillent et ouvrent des nouvelles lignes.
La vérité c'est qu'à force de vouloir ménager la chèvre et le choux (c'est à dire ménager les syndicats de pilotes et de navigants et continuer à disposer de marges élevées sur les moyens courriers en Europe), Air France a rater le coche dans le low-cost et s'est fait distancer par les nouveaux entrants.
Aif France ne produit que des effets d'annonces concernant Transavia dont on prédit toujours la montée en puissance mais qui ne se développe pas et ne gagne pas d'argent ...
a écrit le 15/11/2013 à 9:11 :
Cela veut dire:
De nouvelles destionations de voyage - voyager moins cher - Création de nouvelles places de travail. Merci Iberia et Easyjet.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :