MH370 : la phrase exacte des pilotes avant la disparition du Boeing de Malaysia Airlines

 |   |  654  mots
(Crédits : DR)
Les derniers mots prononcés par l'un des pilotes à la tour de contrôle étaient "Bonne nuit Malaysia (Airlines) trois sept zéro", a annoncé l'administration malaisienne de l'aviation civile, modifiant sa précédente version ("Et bien, bonne nuit").

Plus de trois semaines après sa disparition, le vol MH370 reste toujours aussi mystérieux. L'enquête au sol piétine et les recherches en mer des débris de l'avion qui permettrait à la fois d'avoir une preuve matérielle de l'accident dans l'océan indien et de pouvoir travailler plus précisément sur le calcul du point d'impact de l'appareil, n'ont toujours rien donné.

Nouvelle version

Publiée dans son intégralité, la transcription des 54 minutes d'échanges lapidaires et techniques entre les pilotes du vol et le contrôle aérien n'a rien révélé d'"anormal", ont indiqué les autorités malaisiennes. Les derniers mots prononcés par l'un des pilotes à la tour de contrôle étaient "Bonne nuit Malaysia (Airlines) trois sept zéro", a annoncé l'administration malaisienne de l'aviation civile, modifiant sa précédente version ("Et bien, bonne nuit").

Attribuée au copilote (cette affirmation n'a pas été confirmée aujourd'hui) cette première version (qui n'a pas choqué des pilotes interrogés par La Tribune) a contribué à soutenir la thèse du détournement de l'avion par le commandant de bord et son copilote. Parmi les pistes explorées pour expliquer la perte du Boeing, celle d'un acte désespéré du pilote concentre en effet l'attention d'une partie des enquêteurs. La fille du pilote, Aishah Zaharie, a vivement démenti des propos sur une dépression de son père que le tabloid britannique Daily Mail lui prêtait dans son édition de dimanche. "Que Dieu ait pitié de vos âmes. Mais je vous garantis que je ne suis pas près de vous pardonner", a-t-elle écrit sur son compte Facebook, citée par les médias malaisiens.

Cafouillage

Ce manque de précisions dans la communication des autorités malaisiennes n'est pas une première depuis la disparition de l'avion le 8 mars. Quelques jours après, Malaysia Airlines a discrètement modifié l'heure de la disparition de l'avion des radars. Ensuite, l'éventualité d'un changement de cap de l'avion à l'opposé de sa trajectoire avait été dans un premier temps démentie.

Traqueur de boîtes noires

Quant aux recherches dans l'océan indien, elles n'ont toujours rien donné.

Un bâtiment de la Marine australienne, l'Ocean Shield, a quitté Perth (ouest de l'Australie) lundi soir en emportant une sonde de 35 kilos (Towed Pinger Locator) attachée au bout d'un câble pour capter les émissions acoustiques des enregistreurs de vols. Le navire devrait mettre jusqu'à trois jours pour atteindre la zone où ont été repérés de possibles débris de l'avion, soit quasiment à expiration de la durée théorique (30 jours) d'émission des boîtes noires

"Il nous reste environ une semaine, mais la durée de vie de la batterie (des boîtes noires) dépend de la température de l'eau, de la profondeur et de la pression", a souligné le ministre australien de la Défense, David Johnston.

Problème, les recherches s'étendent sur une immense aire marine de 319.000 km2 (la surface de la Norvège) et même si un périmètre plus réduit est établi pour le sonar américain, celui-ci doit être tracté à 5 km/h pour qu'il puisse détecter des signaux.

Prudence

Angus Houston , l'ancien chef de l'armée de l'Air australienne, qui coordonne les recherches depuis Perth, s'est montré très prudent quant aux chances de l'enquête d'aboutir, ou d'aboutir rapidement. "Le point de départ d'une opération de recherche et de secours est la dernière position connue du véhicule ou de l'aéronef. Dans ce cas particulier, la dernière position connue est loin, très loin de l'endroit où l'aéronef semble avoir disparu", a indiqué Angus Houston.

Lundi, le premier ministre australien a déclaré qu'aucune limite dans le temps n'a été fixée pour les recherches du vol MH370.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2014 à 12:09 :
Bonjour,
trop de monde au courant. Impossible de dissimiler et taire un tel sénario.
a écrit le 02/04/2014 à 12:45 :
Je crois quil faut plutot chercher du cote de Detroit MALLACA car CEST la quil sont peruse le contact avec lavion sure et certain detournement peut etre vers L'INDE ou PAKISTAN .
Réponse de le 03/04/2014 à 8:21 :
J'ai reçu le mail suivant, mail écrit par un ancien pilote avec cette hypothèse sur la disparition de l'avion, est-ce farfelu ou plausible ? l'île est bien une base militaire US visible sur Google Earth :

Bonjour,
… Mon pif me dit que le mystère du Boeing 777 de la Malaysian Airlines
est à la veille d'être dévoilé, mais partiellement.
J'y ai bien réfléchi, depuis le début j'avais des soupçons et certains
indices les confirment actuellement.
Les autorités Malaisiennes et américaines nous donnent les informations au
compte-goutte.
À présent elles confirment ce qu'elles savent depuis le début, à savoir que
c'est un pilote expérimenté qui a délibérément détourné l'avion de son
trajet et l'a amené en direction de l'Ouest au lieu du Nord comme il était
prévu.
On nous confirme aujourd'hui que l'avion a volé durant 7 heures avant que
tout contact soit interrompu.
Les américains disent qu'il avait pris une direction l'amenant au Sud de
l'océan indien.
Or qu'y a-t-il dans cette région qui pourrait intéresser un pirate de
l'air ou un pilote musulman fanatisé?
La réponse la plus limpide et la plus évidente est l'île de Diego Garcia.
Et qu'y a-t-il sur cette île : une grosse base américaine qui abrite un
aérodrome pour les bombardiers stratégiques B1 et B52, les mêmes qui ont
bombardé à partir de cette base les talibans en octobre et novembre 2001.
On y trouve des bombes thermonucléaires également.
Moi je pense que le pilote djihadiste, sans doute le capitaine (très
expérimenté) et probablement le copilote plus jeune mais sans doute
fanatisé lui aussi, avaient pour mission une opération suicide contre
ladite base, compte tenu de la distance l'avion l'aurait atteint à
l'aube.
Les américains ont été mis au courant dès le début du
détournement de l'avion, ils ont sans doute suivi son trajet et quand
ils ont compris qu'il s'en allait droit sur la base de Diego Garcia ils
n'ont eu d'autres choix que de l'abattre.
J'imagine qu'ils ont tenté à plus d'une reprise de forcer le pilote à
changer de trajet mais en vain.
Le cinéma monté sur toute cette affaire a pour but de gagner du temps :
1. faire croire à la thèse d'un accident d'ordre technique au début et
par la suite à la thèse d'un détournement sans raison apparente.
2. récupérer rapidement pour les cacher les débris de l'avion,
et les boîtes noires pour en tirer le plus d'informations possibles.
3. évaluer l'étendue de l'infiltration d'al Qaeda dans le staff
des pilotes et des techniciens de la Malaysian Airlines
4. retarder d'au moins une semaine les recherches officielles
dans l'océan indien et faire en sorte qu'elles se fassent loin de
Diego Garcia.
5. Préparer le plan de communication conjointement avec les
chinois et les malais, à savoir qu'il s'agit d'un détournement d'avion
sans but apparent, l'avion à bout de carburant se serait abîmé dans
l'océan indien.
6. Last but not least exonérer l'islam de toute responsabilité
Il est sans doute difficile pour les américains de reconnaître
ouvertement avoir abattu un avion civil pour protéger leur base, même
si les passagers à bord étaient de toutes façons condamnés à mourir.
L'odieux tomberait inévitablement sur les américains, on n'arrêterait
pas de dire que le pilote s'est simplement égaré, qu'il ne savait pas
trop où aller, qu'il cherchait un aéroport où atterrir, que son
système de communication est tombé en panne, etc. Bref l'acte
terroriste se transformerait en erreur de navigation et la destruction
de l'avion par les américains en crime contre l'humanité.
Le public chinois et le public malais ne l'accepteraient pas et les
gouvernements chinois et malais se sentiraient obligés de protester et
de condamner les États-Unis.

Bon tout ça n'est qu'une théorie, on ne saura pas ce qui est arrivé au juste
a écrit le 02/04/2014 à 10:59 :
Pourquoi avoir arrêté les recherches à l'endroit de la dernière position connue ? 3 semaines de perdues pour savoir si oui ou non il est la. Ce serait déjà un premier point (comme pour l'af447). Après on va le rechercher en plein océan indien, à un endroit inaccessible ou il n'y a rien et sur la route duquel aucun radar militaire ne l'a vu passer : sur la base de quoi ? J'ai du mal a croire que les services de renseignements des pays qui avaient des ressortissants à bord ne participent pas et laissent faire en ce sens les recherches. C'est assez déconcertant pour qq'un d'extérieur. Ne parlons pas des proches des passagers et membres d'équipage...
a écrit le 02/04/2014 à 9:57 :
Quelles que soient les raisons de la disparition de l'avion, il est sidérant que l'avion est pu disparaître. Comment se fait-il que les avions de ligne, notamment transocéaniques, n'aient pas un signal permanent et non accessible repérable par satellite? N'importe quel GPS permettrait de connaître avec précision le lieu de l'impact; les courses transocéaniques ont des balises Argos permettant de situer les bateaux 24h/24. Un avion valant plusieurs millions d'euros est dépourvu d'un équipement fondamental de quelques milliers d'euros? Ahurissant!
a écrit le 02/04/2014 à 0:14 :
il serait atterie sur une ile de l'ocean indien
et planquer dans un entrepot
un mec a envoyer une photo de son iphone avec les coordonné gps , ils aurait pris tout les portables des gens
-7 18 58.3 LATITUDE

72 25 35.6 LONGITUDE
a écrit le 01/04/2014 à 23:49 :
Je pense plutôt à un abattage de l'avion dès qu'ils ont su qu'il était détourné.
A médité ;)
Réponse de le 02/04/2014 à 9:46 :
bien vu je pense très excatement à la même hypothèse en tout cas il y a tout lieu de croire à cette version dans 3/4 comment expliquer des photos prises par satellittes correspondant à des débris d'un avion à 90% deviennent brusquement des filets de pêcheurs il y a pas de ressemblence ..... la mer a été" néttoyé "par les autorités qui n'avaient pas de choix d'abattre l'avion devenu une bombe à leur yeux c'est juste mon avis
Réponse de le 02/04/2014 à 9:47 :
Ce n'est pas ça la méditation :-)
Qu'est ce que c'est la méditation ?
Réponse de le 02/04/2014 à 9:58 :
bien sûr et la cible de l'avion c'était quoi ? une baleine dans l'océan indien ?
a écrit le 01/04/2014 à 20:29 :
Très curieux cette disparition. A t'il vraiment décollé ?
Réponse de le 01/04/2014 à 22:13 :
Je ne pense pas
Réponse de le 02/04/2014 à 0:05 :
Bah oui c'est sur c'est un complot mondial... toutes les nations se sont mises d'accord pour le voir sur leur radar mais en fait il n'était pas là... voyons réfléchissez avant d'écrire.
Réponse de le 02/04/2014 à 6:07 :
Laissez moi rire. Ils ont également tous repérés des morceaux avec leurs satellites mais n'ont toujours rien trouvé.
Réponse de le 02/04/2014 à 10:06 :
"Laissez moi rire. Ils ont également tous repérés des morceaux avec leurs satellites mais n'ont toujours rien trouvé."

Malheureusement vous apprendrez que nos océans sont jonché de déchets. Pas étonnant que les satellites détecte des centaines/milliers de potentiels débris.
Réponse de le 23/04/2014 à 13:24 :
Je pense qu'il faut s'orienter vers une piste d'atterrissage. , plus plausible et. qui , pour l'instant , n' est pas retenue. Pourquoi. ??? Les recherches maritimes ne donnant aucun résultat. il faut envisager d'autres possibilités qui pourraient. donner un espoir de vie pour des passagers qui sont peut être. "Otages " quelque part. Gardons espoir

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :