MH370 : le leader de l'opposition malaisienne accuse les autorités de dissimulation

 |   |  212  mots
Je crois que le gouvernement en sait davantage que nous. Certes nous ne disposons pas d'équipements sophistiqués comme ceux des Etats-Unis ou de la Grande-Bretagne, mais nous avons cependant les capacités de défendre nos frontières, a déclaré le leader de l'opposition malaysienne.
"Je crois que le gouvernement en sait davantage que nous". Certes "nous ne disposons pas d'équipements sophistiqués comme ceux des Etats-Unis ou de la Grande-Bretagne, mais nous avons cependant les capacités de défendre nos frontières", a déclaré le leader de l'opposition malaysienne. (Crédits : Reuters)
Selon Anwar Ibrahim, ex-vice Premier ministre, le système radar malaisien aurait forcément détecté le changement de cap du Boeing disparu.

Le dirigeant charismatique de l'opposition malaisienne n'y va pas par quatre chemins. Dans un entretien au quotidien britannique The Daily Telegraph, Anwar Ibrahim se dit "déconcerté" que le système radar Marconi - dont il a doté la Malaisie lorsqu'il était ministre des Finances en 1994 - n'ait pas détecté immédiatement le changement de cap de l'appareil.

"Je crois que le gouvernement en sait davantage que nous". Certes "nous ne disposons pas d'équipements sophistiqués comme ceux des Etats-Unis ou de la Grande-Bretagne, mais nous avons cependant les capacités de défendre nos frontières"

"Impossible, infaisable"

Il a ainsi estimé "non seulement inacceptable, mais impossible, non faisable" que l'appareil puisse traverser "au moins quatre" provinces malaisiennes sans être détecté.

Cet ancien vice Premier ministre a en outre pris la défense du pilote de l'avion, Zaharie Ahmed Shah, 53 ans, qui est également un ami personnel et un membre de son parti politique: "il n'aurait pas pu dissimuler les lectures radar. Il n'aurait pas pu ordonner aux forces aériennes de rester complètement silencieuses", a-t-il affirmé.

Le leader de l'opposition a été condamné en appel début mars pour avoir eu des relations sexuelles avec un ex-conseiller, un crime passible de 20 ans de prison en Malaisie. 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/04/2014 à 8:52 :
Malaisien ou simplement malais ?

Et pourquoi pas Françaisien, Maltaisien ?

Après Thaïlandais ou lieu de Thaï toutes les fantaisies et complications sont permises...
Réponse de le 05/04/2014 à 15:34 :
Le malais est relatif au linguisme de la région (Indonésie, Malaisie, Thaïlande, etc) tandis que le malaisien est relatif à la Malaisie, ce n'est pas si compliqué à comprendre! La langue française est suffisamment riche pour distinguer l'origine linguiste de l'origine géographique. Le terme "françaisien" aurait bien pu s'appliquer au français du Québec s'il était d'usage cependant il faut bien reconnaître que le terme "malais" prête à confusion.
a écrit le 04/04/2014 à 17:13 :
voici la réalité de ce jeu diabolique. le titre a chercher sur moteur de recherche goo.... :
Boeing malaisien : Une réplique de l'avion est garé à l'aéroport de Tel Aviv, la piste du false flag se précise
a écrit le 04/04/2014 à 11:15 :
Je suis tout à fait d'accord avec cette analyse. Il est pratiquement impossible que les radars n'aient pas détecté l'avion.
Réponse de le 04/04/2014 à 14:01 :
Sauf s'il n'allait pas vers le sud... Puisqu'on ne sait toujours rien !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :