SNCM : les désaccords persistent, un redressement judiciaire se profile

L'actionnaire majoritaire de la SNCM, Transdev, a affirmé mardi soir qu'il espérait qu'un redressement judiciaire intervienne "au plus vite" à l'issue d'une réunion avec les syndicats de la SNCM. Ces derniers jugent le bilan de la rencontre "négatif".
Chaque jour qui passe compromet en effet un peu plus les chances de trouver un repreneur et de préserver le maximum d'activités et d'emplois, selon Transdev, actionnaire majoritaire de la SNCM.
"Chaque jour qui passe compromet en effet un peu plus les chances de trouver un repreneur et de préserver le maximum d'activités et d'emplois", selon Transdev, actionnaire majoritaire de la SNCM. (Crédits : reuters.com)

"Transdev prend acte mais ne se sent en aucun cas lié par la prolongation de la médiation au-delà du 31 octobre. Chacun doit désormais assumer ses responsabilités" [...] Compte tenu de la situation de la SNCM (exploitation chroniquement déficitaire avec 14 millions d'euros de perte rien qu'en 2012, et demandes de remboursement de l'Union européenne, Ndlr), le redressement judiciaire doit désormais intervenir au plus vite"

Cette déclaration de Transdev, qui détient 66% de la SNCM, a été diffusée dans un communiqué, alors que les protagonistes - direction, syndicats et actionnaires - se sont séparés mardi 28 octobre au soir, au terme d'une réunion à Marseille pour discuter de l'avenir de la compagnie. La multinationale a renchéri:

"Chaque jour qui passe compromet en effet un peu plus les chances de trouver un repreneur et de préserver le maximum d'activités et d'emplois."

    Lire >> La Cour de justice de l'UE oblige la SNCM à rembourser des aides d'État

Perte de temps selon la CFE-CGC

"Un temps considérable a été perdu, on devrait avoir des garanties sur le volet social, mais Transdev (le principal actionnaire de la SNCM) ne veut pas s'avancer", a réagi vivement Maurice Perrin de la CFE-CGC.

"Le bilan de cette réunion est très négatif, très inquiétant", a renchéri Pierre Maupoint de Vandeul, délégué CFE-CGC. D'après lui, l'État, actionnaire de la SNCM à 25%, est également prêt à aller jusqu'au redressement judiciaire.

Plus tôt dans l'après-midi devant l'Assemblée nationale,  Alain Vidalies, secrétaire d'État aux Transports, avait dit que le placement de la SNCM en redressement judiciaire était effectivement une "probabilité forte dans un proche avenir".

Transdev et les syndicats se sont fixés un nouveau rendez-vous le 18 novembre pour évoquer l'avenir de la compagnie maritime.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 29/10/2014 à 12:26
Signaler
Les syndicats ne se remettent même pas en cause? Ils sont responsables de l'image désastreuse de cette société ainsi que des pertes finanières considérables. La liquidation est inévitable et j'espère que le gouvernement ne mettra pas un sou de plus d...

à écrit le 29/10/2014 à 11:56
Signaler
Qu'on ferme ce trou sans fond et qu'on laisse les entreprises privées faire le job.

à écrit le 29/10/2014 à 10:33
Signaler
Jusqu'au bout les syndicats responsables de tout resteront dans leurs certitudes. Qu'on en finisse la farce à assez duré.

à écrit le 29/10/2014 à 10:06
Signaler
Cette boite, c'est, sauf mal informé, l'incurie depuis toujours, les syndicats de salariés en sont les premiers responsables, ensuite c'est L'Etat qui a laissé faire et les technocrates qui savaient néanmoins être sur des sièges éjectables.

le 29/10/2014 à 10:37
Signaler
Sans oublier les syndicalistes qui se partageaient les bénéfices des boutiques sur le bateau ! Du vol pur et simple, des détournements de fonds, que ce gouvernement "a oublié " de sanctionner !

le 29/10/2014 à 11:05
Signaler
@Rudy: ce n'est pas au gouvernement de sanctionner mais à l'entreprise puis la justice s'il y a lieu.

le 29/10/2014 à 11:08
Signaler
les gouvernements précédents aussi, l'Etat quoi.

à écrit le 29/10/2014 à 9:27
Signaler
Qu'on en finisse avec la SNCM. Encore une entreprise plombée par FO/CGT/Sud ... A chaque fois que ces syndicats interviennent, c'est la fin annoncée de l'entreprise. Il devrait y avoir la possibilité de virer ces syndicalistes extrêmistes qui se sent...

à écrit le 29/10/2014 à 9:14
Signaler
Les salariés de la SNCM sont en passe d'obtenir se qu'ils méritent !

le 29/10/2014 à 9:42
Signaler
a trop tirer sur la corde , à la fin elle se casse !!

à écrit le 29/10/2014 à 8:59
Signaler
Comme pour Air France que la SNCM disparaissent du paysage économique français plus un bien qu'un mal.... et bientôt au tour de la SNCF RATP.... vive la concurrence...

le 29/10/2014 à 11:55
Signaler
Sauf qu'Air France est entièrement privé. Les autres ce sont nos finances et en tant que tel on a le droit de dire stop.

le 30/10/2014 à 20:34
Signaler
Sauf que l'état est actionnaire d'AF et injecte des subventions à tour de bras dedans ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.