Les contrôleurs SNCF appelés à la grève du 4 au 7 décembre

 |  | 212 mots
Lecture 1 min.
La CGT estime qu'il manque au niveau national 436 contrôleurs pour assurer la charge de travail.
La CGT estime qu'il manque au niveau national 436 contrôleurs "pour assurer la charge de travail". (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012)
La CGT-Cheminots et SUD-Rail appellent les contrôleurs de la SNCF à débrayer du jeudi 4 décembre au soir au dimanche 7 au matin pour réclamer des postes et protester contre la réorganisation des contrôles, groupés et plus systématiques.

Les deux syndicats, respectivement première et troisième organisations, ont bien déposé lundi un préavis de grève national courant du jeudi 4 décembre 19h au dimanche 7 décembre 07h, ont-ils précisé, confirmant une information de RTL.

D'ici là, la CGT-Cheminots demande à la direction "une réelle négociation", après déjà deux réunions qu'elle juge infructueuses. "Nous sommes dans l'attente d'une réunion de conciliation. La direction a les leviers pour répondre aux cheminots", estime son porte-parole Thierry Nier.

436 contrôleurs manquant

Parmi les motifs de grogne, l'emploi. Se défendant "de toute surenchère", la CGT estime qu'il manque au niveau national 436 contrôleurs "pour assurer la charge de travail conformément aux cadres d'organisation définis par la direction elle-même", explique M. Nier.

Les deux syndicats considèrent également que le mode d'exploitation dit "agent seul", laissant à certaines heures le conducteur seul agent à bord, met à mal la sécurité et bouleverse le métier des contrôleurs. Déjà à l'œuvre sur près d'un train sur deux en France, selon la SNCF, ce dispositif a mis fin à la présence systématique du contrôleur à bord, au profit de contrôles ciblés par des brigades de plusieurs contrôleurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/04/2015 à 8:34 :
Le service public.

Radio- France donne l’exemple de ce qui nous attend quand un service public est en difficulté. Dans le privé ,il n’y a pas à discuter on ferme;au personnel de se débrouiller avec les allocations de chômage. C’est très grave!!Dans le public, on se met en grève et on attend que la situation soit tellement grave que le gouvernement réquisitionne ou laisse le problème s’envenimer et mourir de fatigue. Bien entendu, dans un premier temps, le personnel est sûr de gagner: il suffit d’être patient et le contribuable paiera. Attention quand même, car un jour viendra où le contribuable ne marchera plus. Il n’a guère de solution, quand sa vie ne sera plus supportable. Sans radio ce n’est pas grave mais sans train sans métro, avec des allocations diverses en baisse, la colère risque de devenir impossible à contenir. Alors chers amis de tous les services publics réfléchissez... Votre responsabilité est grande, plus grande que vous semblez le percevoir. Un jour, malgré vos statuts, vos syndicats,votre habileté à gérer les grèves vous risquez de vous retrouver privatisés et dans la situation du privé. Ce sera alors des événements très désagréables pour tous.
a écrit le 27/11/2014 à 20:10 :
Que faire de contrôleurs a la voiture bar et qui ne vérifient rien. D'autres sont aimables conseillent et font leur travail avec plaisir. Les premiers sont à remettre au travail mais la CGT ne veut pas toucher à son pré carré pour rénover des apparts a grand frais
a écrit le 27/11/2014 à 16:04 :
Quand un train transporte plusieurs centaines de personnes pendant plusieurs heures, je pense qu'il n'est pas très rassurant de ne pas avoir de personnel à bord.
a écrit le 27/11/2014 à 15:56 :
On attend qu'ils privatisent la SNCF, et c'est pour bientot ! Ras le bol des gens qui ont trop de privilèges...
Réponse de le 27/11/2014 à 19:44 :
Vous volez que leur tarif flambent et que nos impôts augmentent pour compenser les bénéfices de la SNCF???
On voit ce que la privatisation même partielle donne chez EDF/GDF et France Telecom...
a écrit le 27/11/2014 à 15:14 :
Il y a qu' à les lourder tous , nous ne verrons pas la différence, ce sont les enfants gâtés de cette gauche caviar, ceux qui pompent l' économie de la France par leur fénéantise, trop de privilèges, mais qu' attentent ils pour aller dans le privé, la pas de privilèges A VIE !! Au fait pourquoi ont-ils des RTT alors qu' ils ont du mal à faire 25 heures par semaine ?????
a écrit le 27/11/2014 à 12:44 :
L'objet de cette grève ne serait-il pas d'essayer de masquer l'effet médiatique de l'appel à mobilisation du MEDEF du 1 au 5 décembre ? La conjoncture des dates est vraiment trop belle !
a écrit le 27/11/2014 à 12:33 :
Encore une grève de la SNCF, comme c est original. Qu ils en profitent, ils connaîtront le même destin que la SNCM, c est inévitable.
Réponse de le 27/11/2014 à 13:44 :
Entièrement d'accord ! Et je m'en réjouis d'avance :-)))))
a écrit le 27/11/2014 à 11:16 :
Et comme d'habitude cet article va faire venir le ramassis de sans cerveau qui pollue ce site. Des gens incapable de la moindre empathie, de la moindre réflexion un peu poussée. En gros la lie de notre pays va vite s'empresser de verser sa bile dans les commentaires de cet article.
Réponse de le 27/11/2014 à 12:26 :
On est en démocratie, on est pas dans votre dictature, si les gens disent des choses qui vous plaisent pas, allez voir ailleurs.
Réponse de le 27/11/2014 à 12:37 :
Heureux d'apprendre que vous avez un cerveau ... contrairement aux autres.
Proférer des insultes vous va bien. Elles sont gratuites et n'apportent rien au très réel problème des grèves à répétition de la SNCF, qui, faut-il le rappeler, établit régulièrement des records en la matière.
Donc toujours égal à vous-même !
Réponse de le 27/11/2014 à 14:58 :
C'est vrai que l'empathie vous caractérise personnellement Chich. Vous qui refusez de comprendre que certains ont en marre de payer pour les autres.
a écrit le 27/11/2014 à 11:10 :
JE NE PRENDS PLUS LE TRIA N DEPUIS1989 ?SAUF EN ESPAGNE ET EN ALLEMAGNE
Réponse de le 27/11/2014 à 12:16 :
Ecrivez plus fort, on ne vous lit pas.
a écrit le 27/11/2014 à 9:33 :
Si on commençait a leur faire payer les arriérés des retraités qu'ils pompent sur la CNAV, comme EDF, GDF, etc....
a écrit le 27/11/2014 à 8:52 :
Vivement qu'on privatise tout ce système. Y'en a ras le bol de ces grèves à répétition.
Et en plus on leur finance leur retraite !!
Et bonjour encore l'image de la France à l'étranger...
a écrit le 27/11/2014 à 8:13 :
Souhaitons à la SNCF qu'elle termine comme la SNCM de Marseille en faillite et disparaisse du paysage économique français. Déjà sous perfusion depuis de nombreuse année le but n'est pas très loin. En 2019, l'arrivée de compagnie privé ne fera que l'achevé peut-être par une future compagnie au nom de "Corsica Rail" qui a mis hors jeux la SNCM définitivement.
Réponse de le 04/12/2014 à 17:45 :
Avec des beaux wagons jaunes à tête de Maure

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :