Eurostar : Londres vend toutes ses parts pour 804 millions d'euros

 |   |  295  mots
Les autres actionnaires d'Eurostar sont la SNCF française , avec 55%, et l'État belge, qui détient le solde de 5%.
Les autres actionnaires d'Eurostar sont la SNCF française , avec 55%, et l'État belge, qui détient le solde de 5%. (Crédits : © Andrew Winning / Reuters)
Le fonds de pension canadien Caisse de dépôt de placement du Québec (CDQP) prendra une part de 30% dans Eurostar et le gérant d'actifs britannique Hermesre une participation de 10%. La SNCF peut toujours surenchérir.

Londres obtient plus qu'espéré de sa participation dans l'Eurostar. La Grande-Bretagne a vendu les 40% de la compagnie ferroviaire qu'elle détenait pour 585 millions de livres (804 millions d'euros) à un consortium comprenant le fonds de pension canadien Caisse de dépôt de placement du Québec (CDQP) et le gérant d'actifs britannique Hermes, a déclaré le Trésor britannique dans un communiqué mercredi 4 mars. Le CDQP reprendra une part de 30% dans Eurostar et Hermes Infrastructure une participation de 10%.

D'après des comptes publics 2013-2014, la valeur de la part de l'Etat britannique dans Eurostar était inscrite à 325 millions de livres. Cette vente entre dans le cadre de la volonté de Londres de céder 20 milliards de livres d'actifs entre 2014 et 2020.

"C'est formidable que nous ayons pu conclure un accord pour vendre la participation du Royaume-Uni dans Eurostar, il s'agit d'une excellente opération pour les contribuables britanniques qui dépasse nos attentes", a déclaré le ministre des Finances George Osborne.

En octobre dernier, le ministre des Finances avait annoncé:

"Je suis déterminé à avancer pour réformer l'économie britannique et nous attaquer à notre dette. Le produit de la vente sera une contribution importante à la réduction de la dette publique."

La SNCF peut surenchérir

En raison du bas niveau des taux d'intérêt à travers le monde, les investisseurs institutionnels en quête de rendements à long terme, tels que les fonds de pension ou les assureurs,se tournent de plus en plus vers des grands projets d'infrastructures.

Les autres actionnaires d'Eurostar sont la SNCF française, avec 55%, et l'État belge, qui détient le solde de 5%. Ils ont encore la possibilité d'acheter les 40% de part de la Grande-Bretagne s'ils déboursent 15% de plus que le prix convenu, selon le communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/03/2015 à 11:19 :
Eurostar n'est pas sorti de l'Eurotunnel.
a écrit le 04/03/2015 à 14:12 :
Ce qui voudrait dire que les anglais le considèrent comme un mauvais suppositoire et donc qu'ils s'en débarrassent pour mieux digérer.
Par contre d'autres en rêvent. Vertus ou gros sous?
Mais notre Macron et tous les gugusses du Palais qu'en pensent-ils?
Réponse de le 04/03/2015 à 14:57 :
Les anglais ont privatisé le chemin de fer, il était donc logique qu'ils revendent leur part dans l'Eurostar.
Notre gouvernement socialiste privatise aussi, mais par petites quantités pour ne pas que ça se voie trop (GDF Suez en décembre dernier, Safran ce mois-ci).
La raison est la même : réduire l'augmentation de la dette.
La technique est toujours de le faire discrétement... tout en critiquant les privatisations du gouvernement précédent (actuellement on critique la privatisation temporaire des autoroutes).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :