Accord entre les compagnies aériennes et les aéroports pour reconduire le gel des "slots"en Europe

 |  | 724 mots
(Crédits : Air France)
En conflit pendant des semaines sur les conditions de reconduction cet hiver du moratoire sur l'utilisation des créneaux horaires de décollage et d'atterrissage des compagnies, qui permet à ces dernières de réduire leur programme de vols pendant la crise sans perdre leur créneaux, les transporteurs, les aéroports et les gestionnaires des créneaux ont trouvé un accord. Le moratoire sera assorti de conditions censées éviter de porter atteinte à la concurrence, comme le demandaient les aéroports et le gendarme européen des créneaux. Bruxelles va pouvoir valider ce compromis.

Après des mois de tensions, les compagnies aériennes, les aéroports et les gestionnaires de créneaux aéroportuaires de décollages et d'atterrissages (slots) ont trouvé un accord pour reconduire, sous conditions, le gel de la règle du "use-it-or-lose-it" ("on s'en sert ou on le perd"), point clé du Règlement européen sur l'utilisation des créneaux. Mise en place cet été, cette règle a permis aux compagnies aériennes frappées par la crise du coronavirus de réduire leurs vols sans craindre de perdre leurs autorisations de décollage et d'atterrissage pour la prochaine saison estivale, en 2021. En effet, la règle du "use-it-or-lose-it" exige des compagnies aériennes qu'elles utilisent leurs créneaux horaires à au moins 80% de leur capacité pour qu'elles puissent les conserver la saison suivante.

Les dérives de certaines pratiques

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/09/2020 à 8:37 :
C'est le genre d'actions qui devraient se faire automatiquement que plusieurs mois après les autorités européennes hésitent encore à permettre aux avions de ne pas avoir à voler pour rien est une véritable aberration, il serait temps que nos dirigeants européens méritent enfin leurs gros salaires.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :