Aéroports : en juillet, ADP poursuit sa remontée, Paris-Orly retrouvant son niveau de 2019

Le groupe ADP annonce des chiffres de trafic et de fréquentation en hausse partout, dans la continuité de cette reprise du printemps plus dynamique qu'attendu. Seule la zone Asie-Pacifique reste à la traine.
Photo d'illustration : un avion de ligne de la compagnie Air France passe devant la tour de contrôle de l'aéroport d'Orly, au sud de Paris, paré à décoller, le 20 août 2013.
Photo d'illustration : un avion de ligne de la compagnie Air France passe devant la tour de contrôle de l'aéroport d'Orly, au sud de Paris, paré à décoller, le 20 août 2013. (Crédits : Reuters)

[Article publié le 17.08.2022 à 7:58 mis à jour à 12:29 avec cours de Bourse]

Dans le droit fil des bonnes nouvelles annoncées par le groupe ADP avec l'amélioration de bons résultats au premier semestre, la reprise plus forte que prévu à partir du printemps continue ses effets au travers des bons chiffres de trafic du mois de juillet que vient de publier le gestionnaire des aéroports parisiens.

La très bonne nouvelle, c'est l'aéroport Paris-Orly qui retrouve en juillet son niveau de fréquentation d'avant-crise, a annoncé le groupe aéroportuaire hier soir dans un communiqué.

Paris Orly est revenu à 99% du niveau de 2019, Paris Aéroport à 86,3%

Dans le détail, l'aéroport de Paris-Orly, avec 3,1 millions de passagers, a récupéré la quasi totalité de sa fréquentation d'avant-crise en atteignant 99% du niveau de juillet 2019, le mois de juillet étant particulièrement crucial pour le secteur.

L'aéroport de Paris-Charles de Gaulle, avec 6 millions de passagers, progresse également, remontant à 81% de sa fréquentation d'avant-crise à la même époque.

Pris ensemble, les deux grands aéroports parisiens Paris-Charles-de-Gaulle (Roissy-CDG) et Paris-Orly, voient leur trafic une nouvelle fois nettement progresser en juillet avec 9,1 millions de passagers accueillis, ce qui permet à Paris Aéroport (Roissy et Orly) de revenir à 86,3% du trafic du mois de juillet 2019.

Le trafic international des deux aéroports parisiens est à 84,8% du niveau de juillet 2019, avec toutes les destinations en croissance. La zone Afrique atteint 99,6%, le Moyen-Orient 88,5% et l'Amérique du Nord 86,3%.

Le trafic reste encore faible vers l'Asie-Pacifique avec 36,1% des niveaux atteints en 2019. Le trafic vers l'Europe est à 89,5%, vers la France à 81% tandis que celui vers les DROM-COM atteint quant à lui 110,7%.

Au niveau mondial, ADP retrouve près de 84% de son trafic d'avant-crise

Au niveau de l'ensemble du groupe ADP, intégrant les aéroports de New Delhi, Antalya, ou Santiago du Chili, le trafic a atteint au mois de juillet 83,7% des niveaux de juillet 2019.

Depuis le début de l'année, le groupe a accueilli 147,9 millions de passagers, soit 71,9% du trafic sur la même période en 2019.

Hier, à la Bourse de Paris, l'action ADP avait gagné en fin de séance quelque 2%, à 143.85 euros. Ce mercredi 17 août, en revanche, l'action ne cesse de baisser depuis l'ouverture et, aux alentours de 12h30, le cours de l'action ADP se retrouvait à 141,90 euros, soit une baisse de -1,36%.

Revivez la 1ère journée du Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 17/08/2022 à 18:45
Signaler
On n'est plus à quelques millions de tonnes de CO2 près. Le plus important, c'est le business. Le dérèglement climatique, ça m'en touche l'une sans faire bouger l'autre.

à écrit le 17/08/2022 à 11:24
Signaler
Les dirigeants d'ADP confondent qualité et quantité ! Ils se réjouissent d'avoir atteints les 100 millions de passagers cumulés (Orly et Roissy) alors qu'ils devraient se désespérer que Roissy soit au fin fond des classements des aéroports mondiaux. ...

à écrit le 17/08/2022 à 10:50
Signaler
Avec une bascule des "légacies" vers les low-cost... pas sur que cela soit réjouissant !

à écrit le 17/08/2022 à 9:13
Signaler
bah, tout est comme avant, la chaleur monte, volez, volez, mais, surtout, climatisés !

à écrit le 17/08/2022 à 9:02
Signaler
Comme quoi ceux qui disaient qu'il y avait un avant et un après covid racontaient n'importe quoi. Le covid n'a été qu'un épisode banal dans l'histoire du monde

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.