Air France : "la grève des PNC est une véritable aberration" (PDG) .

Dans une interview accordée au Parisien, Frédéric Gagey, le PDG de la compagnie, appelle les syndicats à "revenir au dialogue". La grève des hôtesses et stewards est prévue du 27 juillet au 2 août.
Fabrice Gliszczynski

5 mn

(Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)

Article actualisé lundi 25 juillet à 9h00

Alors que la grève d'une partie des personnels navigants commerciaux (PNC) d'Air France du 27 juillet au 2 août est inévitable depuis le refus vendredi des dernières propositions de la direction par deux des trois syndicats représentatifs des PNC, le PDG  de la compagnie, Frédéric Gagey, appelle néanmoins les syndicats de l'entreprise à "revenir au dialogue", estimant que mener une telle grève à cette période chargée, reviendrait à prendre le "risque de compromettre le redressement" d'Air France.

"Ce serait dommage qu'Air France perde à nouveau de l'argent"

"Il faut revenir au dialogue et prendre en compte sérieusement les enjeux pour l'entreprise", a-t-il affirmé dans un entretien au Parisien publié dimanche. "On ne se met pas en grève dans une telle période, au risque de compromettre le redressement d'Air France", juge-t-il.I l voit dans cette grève "une véritable aberration, d'autant qu'il n'y a actuellement aucun couperet, aucune pression sur les partenaires sociaux".

 "Il ne faut pas oublier que 2015 a été la première année depuis six ans où nous avons affiché un résultat positif", poursuit le PDG d'Air France. "Il y a de quoi être fiers, car c'est le fruit d'un travail collectif. Ce serait vraiment dommage que l'entreprise perde à nouveau de l'argent", estime Frédéric Gagey.

Ce n'est pas encore le cas. Grâce à la baisse du prix du carburant, Air France gagne pour l'heure de l'argent. Le groupe Air France-KLM publiera mercredi des bons résultats semestriels (janvier-juillet) mais tirera aussi la sonnette d'alarme concernant les perspectives de baisses de recettes unitaires, comme l'ont fait Lufthansa et Easyjet.

Depuis mi-mai, une cassure nette de la recette unitaire a été constatée à Air France, de l'ordre de 8% selon nos informations.

La proposition ne comportait pas de mesures de gains de compétitivité

Cette grève reconductible semble en effet un peu sortir de nulle part. Son calendrier et son ampleur contraste avec le contenu de l'accord proposé qui ne comprend pas de mesures de gains de la productivité (alors que l'écart de compétitivité avec les concurrents s'élève à près de 40% selon la compagnie), mais, au contraire, améliore l'accord précédent. En outre, il n'y a en effet aucun caractère d'urgence dans la mesure où l'accord actuel est valable jusqu'au 31 octobre 2016 et que sa renégociation, en 2013 , avait été conclue quelques semaines seulement avant l'échéance de l'accord précédent. Cette grève a lieu car, à trois mois de la fin de l'accord, les deux parties ne sont pas d'accord sur la durée de l'accord. La direction propose 17 mois à partir du 1er novembre quand les syndicats demandent 5 ans.

"Des revendications plus que raisonnables au vu de la situation financière de l'entreprise", font valoir le SNPNC et l'Unsa.

La direction ne le voit pas ainsi.

Il y a un lien entre le contenu et la durée de l'accord. Si le contenu comprenait des mesures d'amélioration de la compétitivité permettant de traverser des périodes difficiles, l'accord pouvait s'inscrire dans la durée. Dans la mesure où la principale revendication des syndicats était de reconduire l'accord existant, nous ne pouvions envisager une période plus longue", a expliqué vendredi Gilles Gateau, le directeur des ressources humaines d'Air France, en précisant que "porter un accord jusqu'en mars 2018 constituait néanmoins une période longue. Il faut plus voir notre proposition comme le prolongement de 17 mois d'un accord de 3 ans."

Et d'ajouter: "Comment un accord qui est bon pour une durée de 5 ans devient mauvais sur 17 mois au point même de justifier une grève de 7 jours en plein été?"

"Des mesures pour les syndicats"

Pour Frédéric Gagey, la direction a proposé "des améliorations" à cet accord d'entreprise: "Des droits de congés, des rémunérations consécutifs à des modifications de programme ont ainsi été revus à la hausse".

Pour Sophie Gorins du SNPNC-FO, "la direction ne propose que des mesurettes et continuant à s'arc-bouter sur la durée de l'accord".

"Reconduire non intégralement l'accord collectif actuel pour une durée de 17 mois est insuffisant pour garantir les conditions de travail et de rémunération de notre population. Les améliorations présentées par la direction en matière de conditions de travail, soit renvoient à des études ultérieures, soit sont très inférieures à nos demandes", expliquait vendredi le SNPNC dans un communiqué.

L'Unac, le troisième syndicat PNC représentatif, a quant à lui repoussé son préavis à octobre.

"Nous avons été cherché du mieux pour le PNC. L'accord qui nous a été mis sur la table demande des clarifications. Cependant nous reconnaissons qu'il s'y trouve des améliorations concrètes pour notre métier et seulement des améliorations, sauf pour la composition équipage du 319 (passage de 4 PNC à 3, ndlr) sur trois destinations. Rien n'est perdu sur ce point, il nous reste jusque la fin octobre pour continuer à négocier", explique Eric Chauvel, le vice-président de l'Unac sur le site du syndicat.

Si les vols long-courriers seront "les plus préservés", les "courts et moyen-courriers risquent d'être les plus impactés".

Selon les syndicats, "les déclarations des hôtesses et stewards laissent présager d'une mobilisation historique qui atteint déjà 55% de grévistes et pourrait atteindre 70% dès la première journée".

Fabrice Gliszczynski

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 35
à écrit le 26/07/2016 à 11:05
Signaler
J'aimerais bien savoir combien de commentateurs réels ont écrit tout ces messages, un ? Deux peut-être ? Parce qu'ils sont tous écrits de la même façon. Merci à eux de prouver qu'en effet nos décideurs économiques n'ont que la fin du syndical...

à écrit le 26/07/2016 à 8:35
Signaler
air france comme la sncf les syndicats ne veulent pas que l'on touche a leur pres carre etre bien payes travailler peu ce n'est pas responsable de la part des syndicats apres ils viendront pleurer parce que la ste sera dissoute ou vendu a des fonds ...

le 26/07/2016 à 11:00
Signaler
C'est L'union Européenne qui ne veut plus de service public, cela n'a absolument rien à voir avec le fonctionnement interne des compagnies publiques. J'espère que vous le saviez au moins quand même hein...

à écrit le 25/07/2016 à 17:53
Signaler
Alors qu'une partie des français essaient de se battre pour rendre la France compétitive malgré le boulet des taxes des charges sociales et des 35h, d'autres préfèrent saborder le navire. Désolé on aime consommer Français mais si réelement les PNC ai...

le 26/07/2016 à 10:58
Signaler
"on ferait tous pareil à leur place" Exactement, et c'est bien là qu'est le problème justement, le patronat actuel ce ne sont que des clones. ça manque singulièrement d'originalité tout ça et de capacité à innover du coup.

à écrit le 25/07/2016 à 17:13
Signaler
Air France à vendre, pas cher 1.5 Milliards € (piteuse capitalisation boursière), en attendant la deuxième démarque.

le 25/07/2016 à 18:35
Signaler
Même à ce prix, qui voudrait d'un tel boulet? Surement pas Raynair et autre Easy Jet.

à écrit le 25/07/2016 à 14:36
Signaler
En ses temps d'instabilite et d'attentats acceleres, les grevistes vont mettre les voyageurs en peril. Laisser les gens bloques dans les aeroports en des temps pareils, c'est egoiste et irresponsable, quelques soient les revendications (qui ne sont...

à écrit le 25/07/2016 à 13:37
Signaler
Réponses. Merci pour votre réaction tout à fait logique. Mais pourquoi éliminer le problème des charges sociales sans une analyse plus poussée? Et comment aborder le problème de la SNCF et des entreprises industrielles soumises à la concurrence inter...

à écrit le 25/07/2016 à 11:36
Signaler
Pourriez-vous nous expliquer en quoi la proposition de la direction (de maintien des conditions de travail actuelles) serait inacceptable pour une durée de 17 mois,... mais acceptable pour une durée de 3 à 5 ans ??? j'attend de vous lire...

le 25/07/2016 à 12:54
Signaler
A la SNCF, lorsque l'on interroge certains grevistes, ils ne sont pas capables d'énoncer clairement les motifs pour lesquels ils arrêtent de travailler, sans doute qu'à Air France ce serait la même chose.

le 25/07/2016 à 17:22
Signaler
Elle est inacceptable parce que Elle ne maintient pas les conditions actuelles ( suppression de personnel de bord sur certains vols, déjà en en équipage mini) Augmentation des tâches à bord sans le matériel adéquat Elle ne fait que repousser apr...

le 25/07/2016 à 20:47
Signaler
"repousser après l'élection": vous croyez-vous toujours fonctionnaire ? Pourquoi ne pas proposer cet accord pour 3 ans ? parce que ce que souhaite la nouvelle direction, c'est un délai d'étude et de préparation d'une proposition permettant à l'entre...

à écrit le 25/07/2016 à 11:12
Signaler
Encore une grève politique dont les principales victimes seront à terme les salariés, les idiots utiles au service de quelques leaders syndicaux jusqu’au-boutistes en mal de reconnaissance.

le 26/07/2016 à 10:55
Signaler
Ben faut dire, encore un gouvernement de droite aussi hein...

à écrit le 25/07/2016 à 11:04
Signaler
Comme si l'élimination du droit de grève relancerait l'économie, nos décideurs économiques et politiques sont décidément complètement stupides mais encore plus inquiétant, en manque total d'idée pour relancer une économie mondiale qui s'effondre.

le 27/07/2016 à 12:32
Signaler
L'évolution des mentalités et l'arrêt des grèves abusives, peut être. Il doit y avoir un juste milieu entre le pouvoir syndical et la marge de manoeuvre du patronat, et on est loin du compte vu tous les abus syndicaux. Un cadre opérationnel SNCF

à écrit le 25/07/2016 à 7:05
Signaler
La solution est entre les mains du gouvernement. Il faut réduire par tous les moyens le cout du travail. C'est un problème lié aux charges sociales. Il concerne aussi la SNCF et est en rapport avec le prix de l'énergie.

le 25/07/2016 à 8:28
Signaler
@ Gépé : Dans les mains du gouvernement ? Je croyais qu'Air France était une entreprise privée... Effectivement si certains de ses salariés pensent encore que c'est "le gouvernement" qui décide, la boîte est mal barrée... Ce ne sont pas que les charg...

le 25/07/2016 à 11:29
Signaler
Les charges sont trop élevées en France : certes ! Mais elles sont les mêmes pour toutes les entreprises françaises ! Ce n'est pas propre à AirFrance : preuve en est qu'une autre compagnie française, Air Caraïbes, tire très bien son épingle du jeu ...

à écrit le 25/07/2016 à 6:53
Signaler
Voyons chers collègues on ne fait pas grève lors d'un chassé croisé comme celui-ci , si vous voulez vous rendre impopulaire c'est gagné! Comme le dit votre PDG cette grève est une aberration. Bien à vous . Un PNC retraité

à écrit le 24/07/2016 à 21:44
Signaler
Air France est finie depuis longtemps déjà. C'est mort ! Les Personnels font grève par réflexe, celui des nerfs avant l'arrêt total. Vendons ça au Qatar.

à écrit le 24/07/2016 à 18:14
Signaler
"les stews sont devenus fous, les hotesses de l'air sont suicidaires!" ces rimes vont etre à la mode chez AirFrance... malheureusement

à écrit le 24/07/2016 à 15:02
Signaler
qu'on vende pendant qu'il en est encore temps ce poids mort à Ryan air et qu'on n'en parle plus.......................

à écrit le 24/07/2016 à 13:57
Signaler
SNCF,Air France,SNCM,greves à répétitions systématiques ,très médiatiques ( événements ,vacances) entraînent une lassitude et une résignation qui incite à se tourner vers easyJet,emirates, corsica ou voitures par sécurité.ceux qui ont été pièges ne r...

à écrit le 24/07/2016 à 13:04
Signaler
Pas question de productivité? Enlever du personnel sur certains vols, alourdir le service a bord de telle manière que les passagers vont devoir garder leur plateau sur les genoux pendant plus de 2 h. Concocter des produits pas du tout adaptés aux te...

le 24/07/2016 à 16:21
Signaler
voila le role des pnc ;desservir les plateaux en moins de 2 heures

le 24/07/2016 à 18:20
Signaler
Votre mauvaise foi est pathétique ! Si réellement cette offre d'accord était contreproductif comme vous l'affirmez, et si réellement votre intérêt était la défense du confort des passagers, alors pourquoi demandez-vous que cet accord s'applique sur ...

le 25/07/2016 à 1:52
Signaler
Pilotes...fossoyeurs de leur entreprise. les autres personnels devraient se revolter.

le 25/07/2016 à 17:24
Signaler
Sur un vol prévu comme Athènes en 3 heures désolé, oui faire le service en moins de 2 heures, ça me semble logique. Le,plateau ce sera sur vos genoux pas sur les miens

le 25/07/2016 à 17:34
Signaler
Si joli soit elle, la proposition n'est qu'un miroir aux alouettes Pourquoi pas 3 ans? Elle ne fait que repousser après les élections, un nouveau conflit Pourquoi? Pourquoi un nouveau de la promo voltaire? Pourquoi et comment fait on pour per...

le 25/07/2016 à 21:06
Signaler
"Pourquoi pas 3ans" : parce que ça entérinerait un manque de compétitivité de l'ordre de 40% avec la concurrence européenne.. " pourquoi 17 mois" : parce que c'est le temps nécessaire pour étudier la situation ! "Pourquoi la promo Voltaire" : je vo...

le 25/07/2016 à 22:26
Signaler
"Easyjet = même coût salarial", dites-vous? très bien : que les syndicats proposent officiellement et publiquement qu'ils sont demandeurs d'un alignement des conditions salariales et de productivité au travail chez Hop et AirFrance, sur celles d'Eas...

à écrit le 24/07/2016 à 12:54
Signaler
Le fond de la proposition est satisfaisante pour les syndicats : - reconduction quasi intégrale de la situation précédente alors que la compétitivité des PNC n'est pas là comparée à celles de leurs homologues européens; - pas de couteau sous la gor...

le 25/07/2016 à 20:33
Signaler
syndicat et "comportement responsable" : quelle belle antinomie !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.