Masques, visières, prise de température... les mesures d'Air France pour rassurer les passagers

 |   |  759  mots
(Crédits : Reuters)
Air France multiplie les mesures pour rassurer les passagers et ses salariés au contact des clients. Après le port du masque obligatoire, la prise de température à l'embarquement ou encore le renforcement du nettoyage des avions, la compagnie va expérimenter le port de la visière pour les personnels navigants commerciaux qui le souhaitent. Pour rappel, l'air dans les avions est renouvelé toutes les trois minutes. Et l'utilisation de filtres identiques à ceux utilisés dans les blocs opératoires permet de filtrer les particules de la taille des coronavirus.

Comme pour tous les agents en contact avec les clients, le port du masque des hôtesses et stewards est obligatoire à bord des avions d'Air France. Il l'est pour les passagers depuis le 11 mai. Selon nos informations, la compagnie va expérimenter pour les personnels navigants commerciaux (PNC) le port de visières. Une commande a été passée la semaine dernière. Une nouvelle mesure qui s'ajoute à toutes celles déjà prises pour éviter la dissémination du Covid-19 et rassurer les passagers et les personnels. Depuis lundi dernier, la température des passagers est contrôlée avant l'embarquement des vols au départ de France, à l'aide de thermomètres infrarouges sans contact. Si elle dépasse les 38 degrés, les passagers ne montent pas à bord des avions. Un moyen d'éviter de se faire refouler à l'arrivée.

Neutraliser un siège n'a pas de sens médical

À bord des avions, la compagnie espace les passagers "autant que possible", la démarche étant facilitée par le faible taux de remplissage actuel des appareils. Mais la neutralisation d'un siège entre chaque passager est contestée par les acteurs du transport aérien. Et pas seulement parce qu'elle serait insoutenable sur le plan financier. Elle n'a pas de sens sur le plan médical, selon l'expression du directeur général d'Airbus Guillaume Faury. Déjà même en l'absence de mesures spéciales, le risque de transmission du virus à bord est faible, selon l'Association internationale du transport aérien (IATA).

Des filtres utilisés dans les blocs opératoires

L'air est en effet extrêmement pur dans les avions, expliquent les compagnies. Il est renouvelé toutes les trois minutes. En fait, 30% de l'air est expulsé de la cabine pour être remplacé par de l'air extérieur, et sont mélangés aux 70% restants, lesquels ont été recyclés en passant préalablement dans un filtre HEPA (High Efficiency Particulate Air) qui filtre 99,97% des particules, dont le coronavirus. Identiques à ceux utilisés dans des blocs opératoires, ces filtres ultra-performants extraient en effet les virus les plus petits, y compris ceux dont la taille ne dépasse pas 0,01 micromètre. Or, les virus type coronavirus ont une taille variant entre 0,08 et 0,16 micromètres.

"Le standard de qualité des équipements utilisés rend la propagation de virus et microbes impossible", assurait récemment dans le Journal du Dimanche, Jean-Brice Dumont, le directeur exécutif de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2020 à 10:18 :
Ils y tiennent tellement nos dragons célestes à leurs avions qu'ils vont régulariser la pratique de ne remplir qu'un siège sur deux, quand on est stupide on est stupide.
a écrit le 14/05/2020 à 6:00 :
M'en fout, je ne vole plus sur cette compagnie.
a écrit le 13/05/2020 à 18:40 :
personne ne va vouloir monter dans un avion avec potentiellement un gars contamine a cote, de preference qui ne respecte aucune regle ( et ca y a aucune garantie)
et en plus d'avoir 4 heures de tests et de controles de securite, les gens vont avoir 4 heures de tests covid!
soyez 8 heures en avance si vous ne voulez pas rater votre avion
a écrit le 13/05/2020 à 15:21 :
Je ne suis pas convaincu qu'on ne risque rien quand on a une personne sur le siège à coté, même si l'air est renouvelé. A mon humble avis, tous les endroits où il n'y a pas de distanciation physique entre les personnes sont dangereux.
Cordialement
Réponse de le 14/05/2020 à 0:20 :
La solution "zéro risque" existe, c'est : restez chez vous et n'en sortez pas !!
Si vous tenez absolument à avoir un siège vide à côté de vous, vous avez toujours, et depuis longtemps, la possibilité de payer une partie du billet de ce siège qui vous sera alors bloqué ...!!
Après, je suggère au groupe AirFrance de proposer que ce siège soit payé à part égal entre les deux passagers mitoyen de ce siège central !!!
Comme, avant le COVID-19, ce siège est de mémoire facturé 50% d'un siège occupé, ça fera donc 25% d'augmentation du prix de votre billet, et vous n'imposeriez rien aux passagers qui pensent, comme moi, qu'entre la filtration de l'air, la prise de température à l'embarquement, la limitation des mouvements dans l'avion (fin des mômes que les parents laissent divaguer dans les couloirs ?), et le port du masque obligatoire, les précautions sont suffisantes !!
NB, aux USA, une compagnie à mis un prix fixe de 40 à 60€ ( je ne suis pas sûr du prix) pour chacun des passagers mitoyens, et a réservé un certain nombre de rangée à cet effet ..!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :