BlaBlaCar : "Après le covoiturage et le bus, nous lancerons le train" (Nicolas Brusson, DG)

La première licorne française s'apprête à retrouver ses activités avec la levée progressive des mesures de restrictions sanitaires. Nicolas Brusson, le DG, veut accélérer sa stratégie d'internationalisation en renforçant son offre bus, mais aussi sa diversification avec l'arrivée d'une offre train en 2022. Année où BlaBlaCar doit également entrer en Bourse.

6 mn

Nicolas Brusson, DG de BlaBlaCar, vise une introduction en Bourse en 2022.
Nicolas Brusson, DG de BlaBlaCar, vise une introduction en Bourse en 2022. (Crédits : Robert Morel)

LA TRIBUNE - Vous vous apprêtez à relancer vos services après plusieurs mois de confinement. Mais vous allez également accélérer sur de nouvelles activités comme les liaisons par autocar. C'est un nouveau virage stratégique pour vous ?

NICOLAS BRUSSON - Notre enjeu immédiat, c'est effectivement de sortir de ce tunnel qu'a été près d'un an et demi de confinement. Nous constatons que les gens n'ont pas perdu le goût du voyage et les réservations sont en très forte hausse. Sur l'évolution de notre modèle stratégique, nous sommes dans la continuité de ce qui a été lancé en 2018-2019. Pour redonner des éléments de contexte, nous avons travaillé sur un premier volet stratégique entre 2012 et 2017 consistant à faire de BlaBlaCar une plateforme internationale. Nous y sommes parvenus en devenant numéro un en Allemagne, en Espagne, au Brésil, en Inde, en Russie et en Turquie, pour ne citer qu'eux. En 2017, nous nous sommes interrogés sur comment capitaliser davantage sur notre marque qui s'est imposée comme référence sur ces marchés avec une relation émotionnelle liée avec une communauté de bientôt 100 millions d'utilisateurs. Nous avons donc décidé d'offrir davantage que du covoiturage pour proposer une offre complète dans le voyage intercité (longue distance, ndlr). Sur ce segment, l'arbitrage tient notamment entre le covoiturage, le train et l'autocar, j'exclus le transport aérien. A terme, BlaBlaCar deviendra une appli de référence dans le voyage longue distance sur ces trois modes de transport. Nous lancerons le train en 2022.

Vous êtes dans une logique d'intermodalité ?

Nous sommes surtout dans une logique d'exhaustivité de notre offre. Au fond, la clé de voûte de notre stratégie reste le covoiturage. L'automobile est le mode de transport le plus utilisé dans tous les pays, le plus simple, et le seul qui ne dépend pas de stations de bus ou de gares. C'est un connecteur universel.

Quel est le potentiel de croissance de votre activité bus?

Nous nous sommes lancés dans l'activité bus en 2018, mais nous avons accéléré en juin 2019 après l'acquisition de Ouibus (filiale de la SNCF, ndlr). En Europe, nous continuerons à déployer notre réseau avec de nouvelles lignes en Allemagne, en Italie et la péninsule ibérique. Mais c'est sur les pays émergents que le potentiel est le plus important. En France, le marché du bus, c'est 250 millions d'euros en volume d'affaires, il atteint les 400 millions en Allemagne. Au Brésil, c'est un marché à 7 milliards d'euros par an, 10 milliards au Mexique et autour de 2,5 milliards en Russie. On est déjà leader en Russie et en Ukraine et nous sommes bien positionnés pour le devenir en Amérique Latine. Le potentiel est colossal.

Vous n'avez pas la même stratégie en Europe et dans les pays émergents. Dans le premier, vous exploitez des lignes, ailleurs, vous êtes plus proche de la billetterie...

Notre métier n'est pas d'être une billetterie, c'est de digitaliser une industrie comme nous l'avons fait sur le covoiturage sur le modèle de l'économie partagée. Vous avez plusieurs industries qui ont opéré leur transition digitale avec des références comme Booking pour la réservation d'hôtels. Dans les pays émergents, vous avez des milliers d'opérateurs d'autocars qui n'ont pas opéré leur transition digitale. Nous voulons être l'appli de référence naturelle dans la réservation de places d'autocars dans les pays émergents. En Europe, la situation est très différente, c'est même une exception parce qu'il n'y avait pas de marché. Il est né récemment de la libéralisation. Nous travaillons donc à créer ce marché en devenant un opérateur virtuel. C'est-à-dire que nous gérons des bus, leur réseau et leurs prix, mais nous ne sommes ni propriétaires des flottes ni employeurs des salariés.

Au regard des chiffres que vous annoncez, le bus pourrait devenir une très forte part de votre chiffre d'affaires...

Avant la crise du covid, notre activité de covoiturage enregistrait entre 80% et 100% de croissance par an. La dynamique de cette activité est toujours là, les bus vont accélérer cette croissance.

Vous voulez donc devenir le "Booking" du bus, mais aussi du train... N'est ce pas plus compliqué?

Le train, c'est le même levier: intégrer les offres de sièges libres avec de la technologie. Ici, nous sommes en capacité d'apporter une offre intermodale extrêmement fine grâce à notre réseau de covoiturage. Si vous voulez aller de Paris à Rennes, vous prenez simplement un train. Mais si vous voulez aller plus loin dans le Morbihan, notre offre devient pertinente puisqu'elle combinera intelligemment différents modes de transports que nous maitrisons, c'est ici que nous apportons de la valeur à nos clients. Avec BlaBlaCar, les clients peuvent tout avoir sur la même appli.

Avec BlaBlaCar Daily, nouveau nom de BlaBlaLines, vous sortez de votre modèle de leader dans la longue distance et vous attaquez le segment des liaisons quotidiennes courtes distances, plus communément appelées le domicile-travail.

Le covoiturage courte distance, c'est le Graal du covoiturage. Comme je disais, BlaBlaCar dispose d'une communauté de 100 millions de membres. Mais un trajet longue distance c'est deux ou quatre fois par an, peut-être une fois par trimestre. Avec le domicile-travail, c'est tous les jours, et c'est aussi 70% des Français.

Sur ce segment, vous n'êtes pas les premiers, et il y a déjà des acteurs bien installés comme Klaxit ou Karos...

Ce n'est pas tout à fait vrai... Lorsque nous avons lancé notre service en 2007, à l'époque cela s'appelait covoiturage.fr, nous proposions déjà du covoiturage courte distance en partenariat avec des grandes entreprises. Mais à l'époque, il n'y avait pas de modèle économique viable, il n'y avait pas la LOM (loi d'orientation des mobilités, ndlr) qui permet d'apporter un soutien public à ce marché à travers les régions ou le forfait de mobilité durable. Le covoiturage courte distance est un gros marché en France et en Allemagne.

Le fait de rebaptiser votre offre n'est pas une façon de la relancer en raison de résultats insatisfaisants ?

Pas du tout. Notre offre a rencontré un vif succès juste avant la crise du Covid, avec une nette accélération au moment des grèves de décembre 2019. Elle a ensuite rencontré deux vents contraires qui ont été le Covid mais aussi le développement du télétravail de masse. Mais on voit les chiffres de réservation repartir à la hausse et nous estimons qu'avec la LOM et le forfait mobilité durable, le covoiturage courte distance va continuer à décoller. Nous revendiquons aujourd'hui 1,5 million de membres sur ce segment, soit la moitié des parts de marché.

Vous envisagez une introduction en Bourse en 2022. Quel est l'objectif puisque vous vous auto-financez plutôt bien aujourd'hui ?

C'est un processus naturel pour une entreprise comme BlaBlaCar de se coter sur les marchés. Notre seule philosophie, c'est notre volonté de rester indépendant. C'est un nouveau signe de maturité de notre entreprise.

Propos recueillis par Nabil Bourassi

6 mn

Women for Future