Bol d'air pour Norwegian : deux gros remboursements d'obligations reportés

 |   |  347  mots
(Crédits : TT News Agency)
La compagnie à bas coûts a annoncé lundi avoir obtenu de pouvoir différer le remboursement d'obligations d'une valeur totale de près de 350 millions d'euros.

Bonne nouvelle pour Norwegian. En pleine restructuration pour tenter de surmonter ses difficultés financières, la compagnie aérienne a annoncé ce lundi avoir trouvé un accord  pour différer de près deux ans le remboursement de deux obligations d'une valeur totale de près de 350 millions d'euros.

D'un montant de 250 millions d'euros, la première obligation devait être intégralement remboursée en décembre, tandis que la seconde, de 964 millions de couronnes suédoises (89,5 millions d'euros) arrivait à terme en août 2020. En contrepartie, Norwegian proposait d'apporter ses créneaux de décollage et atterrissage à l'aéroport de Londres Gatwick en garantie, alors que les obligations concernées n'étaient jusqu'à présent pas sécurisées.

Amélioration des résultats

Lundi, à l'issue de réunions avec les créanciers, Norwegian a indiqué avoir reçu l'aval de plus des deux tiers des porteurs de chaque obligation. Une bouffée d'oxygène pour la compagnie dont les difficultés ont été récemment aggravées par des problèmes avec ses moteurs Rolls-Royce ainsi que par l'immobilisation des Boeing 737 MAX.

"Nous sommes heureux de la décision des détenteurs d'obligations de les modifier, car cela nous donnera une marge de manoeuvre financière accrue", a commenté le nouveau directeur général, Geir Karlsen, qui a succédé à Bjorn Kjos en juillet. "Les performances opérationnelles de la compagnie continuent de s'améliorer et nous sommes en bonne voie de réaliser les réductions de coûts visées de 2 milliards de couronnes norvégiennes (202 millions d'euros, ndlr) en 2019", a-t-il ajouté.

Pour sortir de l'ornière, Norwegian a déjà procédé à une augmentation de capital de 3 milliards de couronnes en début d'année, cédé ses actifs bancaires, fermé des bases et des liaisons aériennes, et repoussé la livraison de nouveaux appareils Airbus et Boeing.
Elle négocie aussi la vente d'une partie de sa flotte à une joint-venture susceptible d'être mise en place avec un partenaire financier. L'action prenait 5,75% en début d'après-midi à la Bourse d'Oslo.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :