Ce qu’il faut savoir du délestage de kérosène de l’AF852 d'Air France au-dessus de Fontainebleau

 |   |  642  mots
L'appareil s'est posé non pas à Orly mais à Roissy car Air France disposait sur cet aéroport d'un avion et d'un équipage de réserve, lequel a pu partir dans l'après-midi.
L'appareil s'est posé non pas à Orly mais à Roissy car Air France disposait sur cet aéroport d'un avion et d'un équipage de réserve, lequel a pu partir dans l'après-midi. (Crédits : © Marcus Donner / Reuters)
Dimanche, à la suite d'un incident moteur au décollage d'Orly, un B777 d'Air France a été contraint de se délester d'une partie de son carburant au-dessus de la forêt de Fontainebleau pour pouvoir se poser comme l'exigent les procédures de sécurité. Qui décide du lieu? Quelles sont les règles? Explications.

L'information fait le buzz depuis dimanche. A la suite d'un problème technique au décollage de l'aéroport d'Orly dimanche matin, un Boeing 777-200 d'Air France, un gros-porteur équipé de deux moteurs, a opéré une vidange d'une grande partie de son carburant au-dessus de la forêt de Fontainebleau (Seine-et-Marne), pour pouvoir ensuite se poser non pas à Orly mais à Roissy. La procédure a suscité l'indignation maire de la ville, Frédéric Valletoux (LR), qui a jugé sur Twitter "scandaleux que cette procédure soit encore autorisée". "La forêt de Fontainebleau, c'est 10 millions visiteurs/an, l'espace naturel le protégé en France", a-t-il ajouté.

Procédure

Que s'est-il vraiment passé ? A-t-on assisté à une mesure sauvage d'un commandant de bord déversant des dizaines de tonnes de kérosène sur la tête des promeneurs ?

Absolument pas. Au contraire. Cette procédure a un objectif premier : assurer la sécurité des passagers de l'avion. En cas de pompage réacteur comme ce fut le cas pour le moteur gauche du B777 au moment du décollage, l'avion doit revenir se poser à l'aéroport. Or, pour ce faire, la procédure des constructeurs fixe une masse maximale à l'atterrissage (208 tonnes pour le B777-200), laquelle est inférieure à celle du décollage (293,9 tonnes). "Ne pas les respecter pourrait entraîner une rupture du train d'atterrissage au moment de l'impact ou d'une vitesse excessive par rapport à la longueur de la piste", explique un observateur.

Le contrôle aérien détermine la zone

De fait, pour alléger l'avion et respecter les procédures des constructeurs qui ont été certifiées par les autorités de certification, les pilotes doivent se délester d'une partie du carburant embarqué, forcément de plusieurs dizaines de tonnes quand il s'agit d'un gros porteur en partance pour Cayenne. Le commandant de bord ne fait pas cela dans son coin et n'importe comment. Il demande l'autorisation au contrôle aérien qui va ensuite l'isoler du reste du trafic et lui indiquer la zone où il peut vidanger en fonction des règles établies par l'Organisation internationale de l'aviation civile (OACI) qui régit le transport aérien mondial.

Celles-ci exigent que l'avion soit à une altitude de 6.000 pieds (environ 2.000 mètres) au-dessus d'une zone non peuplée, un plan d'eau si possible, une forêt ou une montagne. C'est ce qui a été fait. Pourquoi au-dessus la forêt de Fontainebleau ?

"C'est l'une des rares zones inhabitées proche d'Orly", explique-t-on à la DGAC, la direction générale de l'aviation civile.

90% du kérosène s'évapore avant de toucher le sol

Pour autant, s'il y a un impact sur l'environnement, ce ne fut pas un déluge de kérosène sur la forêt comme certains ont pu l'imaginer. Le kérosène est pulvérisé sous forme de micro-gouttelettes et s'évapore en grande partie au contact de l'air. Selon les études de la DGAC, "90% du kérosène s'évapore avant de toucher le sol". Parmi ces 10% restants, une grande partie s'évapore ou se dégrade au contact du sol en fonction de l'hygrométrie et de la température au sol. Au final, la partie de kérosène restant au sol au sol se mesure "en milligrammes par m2", explique-t-on à la DGAC.

Ce type de manœuvre est rare. Il y en a eu 13 l'an dernier en France, dont deux en Île-de-France

L'appareil s'est posé non pas à Orly mais à Roissy car Air France disposait sur cet aéroport d'un avion et d'un équipage de réserve, lequel a pu partir dans l'après-midi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/09/2016 à 15:16 :
Je ne comprend pas cette partie :

D'abord je lis :
"C'est l'une des rares zones inhabitées proche d'Orly", explique-t-on à la DGAC, la direction générale de l'aviation civile."

Juste après dans l'article je lis :
L'appareil s'est posé non pas à Orly mais à Roissy

Un poil contradictoire non?
a écrit le 27/09/2016 à 13:28 :
C'est comme çà dans toutes les compagnies et toutes les armées . Quand la mer est proche la vidange se fait en mer et dans les terres on utilise des nes à l'écart des aglomérations . La pollution est insignifiante bien inférieure a celle des éclats de voix des imbéciles incultes !
a écrit le 27/09/2016 à 10:46 :
Effectivement un écolo ne peut plus dormir à l'idée que du kérosène ait pu se vaporiser au-dessus de cette sainte forêt de Fontainebleau, il aurait mieux valu qu'il se crashe dans la Beauce.
a écrit le 26/09/2016 à 22:09 :
Le maire de Fontainebleau trouve scandaleux ce délestage : est-il conscient qu'il s'agit d'une mesure de sécurité indispensable pour les passagers ??
Bientôt, pour la protection des citoyens de sa ville face aux risques d'attentat, va-t-il demander que la police ne circule qu'à pied ou en vélo par souci écologique ?? Faudra aussi remplacer les armes à feu des policiers et gendarmes, par des arcs et flèches !!! finie, la combustion polluante de poudre, sans parler de la dissémination de plomb avec les balles perdues !
Que Môssieur le Maire, plus écolo que sécuritaire, remette en question le choix de la zone, et propose une zone selon lui mieux approprié : il serait dans son rôle, là !
Réponse de le 27/09/2016 à 5:11 :
Cette mesure de délestage est très très rare, et uniquement dans les cas d'urgences, comme anomalie de moteurs etc. Arrêtez de cracher sur les écolos à chaque fois, ils n'ont rien à faire dedans.... Car il est normal pour chaque citoyen de la terre de se préoccuper de son environnement, et ce n'est pas etre écolo de dire ça, mais simplement adulte et responsable. Mais bon, je suppose que vous mangez du béton au lieu de légumes et viande, et vous adorez respirer les particules fines et les pesticides. Je me demande où vous habitez pour etre aussi anti environnement et méchant contre ceux qui défendent la nature ?
a écrit le 26/09/2016 à 21:35 :
On attend toujours le tweet d'excuses du maire de Fontainebleau, ainsi que de son parti politique pour avoir soutenu et présenté aux électeurs un candidat aussi peu responsable ...
a écrit le 26/09/2016 à 18:47 :
Plus que la rupture du train c'est l’énergie nécessaire pour freiner l'appareil qui va poser problème !
a écrit le 26/09/2016 à 18:11 :
Sacrés français !! tout est sujet à polémique. La prochaine fois, je suggère que le CdB laisse l'avion se crasher sur la mairie de Fontainebleau. Au moins, la "pollution" sera circonscrite.
a écrit le 26/09/2016 à 16:52 :
"90% du kérosène s'évapore avant de toucher le sol"

ah bon ben c'est bon alors, cool, "tout va bien !"
a écrit le 26/09/2016 à 16:51 :
Et dire que les élus de Loire Atlantique sont favorables à Notre-Dame des Landes. Les
habitants de cette région vont être heureux d'avoir en plus des nuisances sonores, un petit
coup de gas-oil à l'apéro.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :