"Chemise arrachée" : les condamnations de 4 ex-salariés d'Air France confirmées en appel

 |   |  642  mots
Pour protester contre un plan de restructuration menaçant près de 3.000 emplois, à l'appel de l'intersyndicale, une foule de salariés en colère avait envahi le siège d'Air France à Roissy. Ce 5 octobre 2015, deux cadres de l'entreprise avaient alors été pris à partie, ainsi que des vigiles assurant leur protection.
Pour protester contre un plan de restructuration menaçant près de 3.000 emplois, à l'appel de l'intersyndicale, une foule de salariés en colère avait envahi le siège d'Air France à Roissy. Ce 5 octobre 2015, deux cadres de l'entreprise avaient alors été pris à partie, ainsi que des vigiles assurant leur protection. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
Les images du DRH du groupe prenant la fuite, chemise arrachée par des manifestants, avaient eu un retentissement mondial. Les avocats d'Air France ont exprimé leur "satisfaction" de voir sanctionnées une nouvelle fois par la justice des "violences inacceptables" quand l'avocate des prévenus fustigeait dans cet arrêt une "décision politique".

Dans cette affaire de la "chemise arrachée" du DRH d'Air France qui remonte au 5 octobre 2015, la Cour d'appel de Paris a confirmé ce mercredi 23 mai 2018 les condamnations de quatre ex-salariés d'Air France, dont l'un avait été relaxé en première instance, à des peines de 3 à 4 mois de prison avec sursis pour violences.

Huit autres prévenus, qui étaient poursuivis pour des dégradations commises ce même jour d'octobre 2015, ont également vu confirmées leur peine d'amende de 500 euros.

Pour mémoire, ce 5 octobre 2015, à l'appel de l'intersyndicale, une foule de salariés en colère avait envahi le siège d'Air France à Roissy pour protester contre un plan de restructuration menaçant près de 3.000 emplois. Deux cadres de l'entreprise avaient alors été pris à partie, ainsi que des vigiles assurant leur protection. Les images du DRH du groupe prenant la fuite, chemise arrachée par des manifestants, avaient eu un retentissement mondial.

Les avocats d'Air France satisfaits

Pour trois des quatre prévenus pour violences, tous affiliés à la CGT, la Cour d'appel a confirmé les peines de 3 à 4 mois avec sursis infligées par le tribunal correctionnel de Bobigny en novembre 2016.

Le quatrième, relaxé en première instance et qui était rejugé à la demande du parquet, a cette fois été condamné et a écopé d'une peine de trois mois de prison avec sursis.

A l'issue de l'audience, les avocats d'Air France ont exprimé leur "satisfaction" de voir sanctionnées une nouvelle fois par la justice des "violences inacceptables".

"La vérité n'a intéressé la Cour à aucun moment", a regretté en revanche l'avocate des prévenus, Me Lilia Mhissen, voyant dans cet arrêt "une décision politique".

Lors du procès en appel mi-mars, trois à cinq mois de prison avaient été requis contre les quatre anciens employés de la compagnie, qui est empêtrée depuis février dans un conflit social marqué par 15 jours de grève cumulés et la démission début mai du Pdg d'Air France-KLM Jean-Marc Janaillac.

M. Janaillac a quitté la tête du groupe franco-néerlandais après le rejet, par une majorité du personnel d'Air France, d'un projet d'accord salarial mis sur la table pour sortir d'une grève démarrée le 22 février. L'intersyndicale réclame une augmentation générale de 5,1% dès cette année.

Anne-Marie Couderc propose de voir les syndicats "dans les jours qui viennent"

Dans ce contexte, la présidente par intérim d'Air France-KLM, Anne-Marie Couderc, a proposé de recevoir "dans les jours qui viennent" les représentants de l'intersyndicale qui a mené un long conflit sur les salaires, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Dix syndicats de tous métiers, à l'origine de 15 journées de grève entre fin février et début mai, avaient fait cette demande le 18 mai dans une lettre ouverte, réclamant "des mots et des actes susceptibles de purger le malaise profond qui perdure".

Dans une lettre du 22 mai, consultée mercredi par l'AFP, Anne-Marie Couderc écrit ceci aux syndicats représentatifs et non représentatifs d'Air France:

"Outre la mission qui m'a été confiée de proposer dans les meilleurs délais au conseil d'administration une gouvernance définitive pour le groupe, je souhaite comme vous qu'Air France retrouve au plus vite une dynamique constructive dans l'intérêt de ses salariés mais aussi de ses clients."

La présidente non-exécutive d'Air France-KLM, nommée après la démission de Jean-Marc Janaillac suggère également :

"Je vous propose donc de rencontrer dans les jours qui viennent chacune de vos organisations représentatives pour une rencontre bilatérale, ce qui me paraît le plus approprié."

Sollicitée par l'AFP, la direction de la compagnie aérienne a "confirmé" que "ces rencontres seront organisées dans les jours à venir".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/05/2018 à 16:54 :
Merci de virer l'incompréhension totale et répétée du débile maison.
a écrit le 28/05/2018 à 8:51 :
Si vous ne voulez pas virer le trollage de mon commentaire supprimez on commentaire.
a écrit le 28/05/2018 à 8:11 :
A l'origine de cet excès de violence, une annonce de 300 licenciements et l’arrêt de 10 avions long courrier (soit 3000 pers licenciées en plus), pour une raison de limite faillite!!
Le CE qui se tiens dans une salle facile d’accès alors que le siège AF regorge de salles isolées et isolables...
L'ensemble des dirigeants qui quittent le CE par un circuit interne, SAUF les deux personnes qui annoncent ces licenciement, qui eux sortent au milieu de la foule...
Foule que l'on frappe et gaze devant le 2E sans motif car mouvement non commencé, et foule que l'on laisse entrer dans le siège sans opposition...
Toutes ces annonces sous le couvert d'une faillite imminente, et l'annonce de 848 millions de bénéfices 3 mois après....
Je me demande objectivement qui sont les voyous ici?
a écrit le 26/05/2018 à 20:00 :
Eh oui les droits de l'homme....vous connaissez...
Cela rappelle le mouvement Bolchevik violent et totalitaire près à écraser toute discussion dans la répression !
Quelle belle image de la CGT....
a écrit le 25/05/2018 à 14:34 :
Après plus de 2 ans et demi de réflexion, la justice a tranché : arracher une chemise est bien plus grave que commettre des violences sociales. Au final, Air France-KLM aura perdu beaucoup plus qu'une chemise dans ce conflit qui dure toujours .
a écrit le 25/05/2018 à 13:18 :
Ces condamnations sont ridiculement symboliques. La CGT doit bien rigoler et recommencera à coup sûr. Avis aux patrons.... tirez vous de France car les vrais patrons en France ce sont les salariés. Avec ou sans travail ils sont pris en charge. Donc aucune motivation à travailler. Dans le reste du monde les patrons sont respectés.
La solution : vous créez une société à l'étranger et ensuite un établissement en France de cette société pas une filiale. Dès lors les recours sociaux sont limités idem les possibilités d'assassinat de la part du fisc. On se défend comme on peut.
a écrit le 24/05/2018 à 16:56 :
Si j'avais un état d'esprit de délinquant, dans l'entreprise pour laquelle je travaille, assurément j'adhèrerais à ce syndicat ou parti.
a écrit le 24/05/2018 à 16:43 :
Les avocats du syndicat politique extrémiste ont gagné : sanctions quasi nulles.

J'en deviens un Citoyen Blasé.
Réponse de le 28/05/2018 à 16:53 :
"J'en deviens un Citoyen Blasé. "

POurquoi b majuscule à Blasé ?

Parce que vous ne comprenez rien de rien mon pauvre ami...

Votre usurpation d'imagination est signalé.
a écrit le 24/05/2018 à 12:40 :
et avec la justice issu de l'inquisition
qui oubli que le drh ete en situation de faute
pour entrave au droit de greve
et que jamais il devait se trouver sur les lieus
a quand une vrai justice impartial
Réponse de le 24/05/2018 à 17:28 :
5 fautes d'orthographe en si peu de lignes.
a écrit le 24/05/2018 à 9:33 :
Hé oui même la justice a été infiltrée par l'oligarchie...
Réponse de le 25/05/2018 à 8:51 :
@ multipseudos

"Dans les pays tels que Vénézuela"

Ah churchill ! Je vous ai reconnu, facile, et signalé donc...

Par contre vous savez vous n'êtes pas obligé de griller tous vos pseudos avec moi hein...
Réponse de le 28/05/2018 à 8:50 :
C'est bien churchill pensez juste à changer de style quand vous changez de pseudos.
a écrit le 24/05/2018 à 2:55 :
Et les dommages aux victimes ? dont une, mise à moitié nue par la CGT COMMUNISTE.
Réponse de le 24/05/2018 à 13:03 :
" CGT COMMUNISTE"

Pourriez vous arrêter je vous prie de faire de la publicité à la CGT et au parti communiste ? Car changer de pseudo pour nous imposer votre fixette... -_-

Merci.
Réponse de le 24/05/2018 à 17:24 :
Grace à vous, ou à cause de vous C.G.T et P.C.F vont s'envoler à 30% ou plus vraisemblablement 45%,, puis au delà. Air.France vous donne des ailes, et leur donne des ailes .Bientot Mai 2022. dernières élections pluralistes, après lesquelles nous serons en R.P.D.F : République Populaire Démocratique de France : président et premier ministre martinez-mélenchon ou inversement.
a écrit le 24/05/2018 à 1:01 :
A souhaiter poursuite de la grève de ces pilotes et de ces pnc. Pas d'inquiétude sur la future équipe dirigeante, qui sera LA SOUMISE de ces gens là.
a écrit le 24/05/2018 à 0:52 :
500eur d'amende, consternant ! c'est 6000eur qu'ils méritent, et des T.I.G pour chacun.
Pas à plaindre la CGT COMMUNISTE paie tout.
a écrit le 23/05/2018 à 23:48 :
La justice a fait son travail. Maintenant ce serait bien que les politocards qui gèrent notre pays et l'Europe mettent en place les lois qui pourraient éviter ces incidents. Batir une Europe avec un coût du travail identique partout, uniformisation des protections sociales, suppression des passe droits accordés aux entreprises pour qu'elles "crééent" des "sous emplois" dans des "sous régions", ... Les responsables de ces troubles sociaux sont les politiques, mais ils n'ont ici pas été condamnés et on ne dispose bizarrement pas des lois nécessaires pour le faire.
Réponse de le 24/05/2018 à 17:34 :
Seulement 27 pays à accorder ! si nous étions 54, ce serait moins facile. Mais 27 ! que çà !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :