CMA CGM lâche Air Caraïbes et se lance dans le fret aérien en solo

 |  | 708 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Air Caraïbes – Harold Asencio)
Le groupe maritime renonce à entrer au capital d'Air Caraïbes et French Bee, deux compagnies du Groupe Dubreuil, et préfère se lancer dans le fret aérien en solo en achetant quatre Airbus A330-200 qui seront exploités par Air Belgium, basé à Liège. Pour Air Caraïbes et French Bee, le coup est rude, alors que le marché vers les Antilles, résilient jusqu'en janvier, est aujourd'hui frappé de plein fouet par le durcissement des restrictions de voyage.

Coup dur pour Air Caraïbes et French Bee, les deux compagnies aériennes du Groupe Dubreuil. Le mariage avec CMA CGM est tombé à l'eau. Le protocole d'accord signé en septembre entre CMA CGM et le groupe Dubreuil sur la prise par le géant du maritime de 30% du capital de Groupe Dubreuil Aero (GDA) n'aura pas lieu. Dévoilée ce vendredi par le Figaro, l'information est confirmée par le géant du maritime. Le CMA CGM tentera son aventure dans le fret aérien en solo en créant une division de cargo aérien baptisée CMA CGM Air Cargo, composée, selon nos informations, non pas de deux appareils comme indiqué ces derniers temps dans la presse, mais de quatre Airbus A330-200, tous exploités par Air Belgium, une compagnie aérienne basée à Liège. Les premiers vols pourraient desservir les Etats-Unis. CMA CGM entend signer également des partenariats commerciaux avec des compagnies aériennes pour offrir à ses clients une couverture globale, notamment Air Caraïbes et French Bee. Près de 20 ans après avoir regardé le dossier de reprise d'Air Lib (avec Virgin Express), CMA CGM se lance dans le transport aérien.

"C'est un tournant majeur dans le développement de notre offre logistique", déclare Rodolphe Saadé, le PDG du groupe.

Tensions entre les présidents de CMA CGM et du Groupe Dubreuil

Selon certaines sources, le renoncement à entrer au capital d'Air Caraïbes s'explique par la détérioration des relations entre le président de CMA CGM, Rodolphe Saadé, et le président du Groupe Dubreuil, Jean-Paul Dubreuil, deux personnages à la personnalité affirmée. Par ailleurs, la direction de CMA CGM a visiblement peu apprécié les charges répétées des dirigeants d'Air Caraïbes et de French Bee contre le sauvetage de Corsair par l'Etat, permettant le rachat de cette compagnie concurrente par des investisseurs domiens, et antillais notamment. Alors que les Antilles sont un marché très important pour CMA CGM, l'armateur marseillais craignait que ces attaques ne nuisent à ses relations non seulement avec les autorités mais surtout avec les investisseurs de Corsair, à la fois publics et privés.

Le sauvetage de Corsair a changé la donne

Le sauvetage de Corsair a, par ailleurs changé, l'équation économique du couple Air Caraïbes-French Bee. Le maintien d'un opérateur supplémentaire sur les Antilles et La Réunion est forcément moins rémunérateur, et ne peut qu'influer sur la "valorisation" des compagnies du Groupe Dubreuil. Pour rappel, le projet du groupe maritime de prendre 30% du capital de Groupe Dubreuil Aéro par le biais d'une augmentation de capital de 50 millions d'euros (assortie d'un rachat d'actions pour 20 millions d'euros)

Reste une question. CMA CGM peut-il sortir aussi facilement des accords signés avec le Groupe Dubreuil? Selon un connaisseur du dossier, seul le refus de l'Autorité de la concurrence à ce mariage constituait une clause suspensive. Or, il n'y a pas eu d'avis.

Selon nos sources, le dossier déposé à l'Autorité a été retiré fin décembre. Le 23 décembre dernier, alors que le dossier était toujours en cours d'instruction à l'Autorité, le groupe Dubreuil réagissait à des informations de presse évoquant déjà la fin du projet en précisant bien que leprotocole d'accord  signé entre CMA CGM et Groupe Dubreuil Aéro était engageant".

La suite de la partie se poursuivra-t-elle sur le plan juridique?

Le trafic vers les Antilles s'écroule

Un divorce avec CMA CGM est un coup très dur pour Air Caraïbes et French Bee. Non seulement elles perdent l'appui d'un groupe extrêmement solide qui leur assurait de passer la crise du transport aérien sans encombre, mais elles sont confrontées à des concurrents renforcés par des plans de sauvetage impliquant l'Etat (Air France, Corsair, Air Austral), alors qu'ils étaient avant la crise en moins bonne situation. En effet, depuis des années, Air Caraïbes et French Bee sont les compagnies aériennes françaises les plus performantes. Le coup est d'autant plus dur que le trafic vers les Antilles et la Réunion, relativement résilient jusqu'ici est à son tour frappé de plein fouet par les restrictions de voyage  drastiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/02/2021 à 10:41 :
Un prêt garanti de 1 Md euros par nos impôts, ça aurait été stupide de ne pas s'en servir!
a écrit le 13/02/2021 à 7:38 :
Voila un investissement qui va etre vite amorti. Absolument sans risque.
Le corona va perdurer encore longtemps, reste le fret, les produits indispensables comme le frais et surgeles.
a écrit le 12/02/2021 à 13:13 :
Transporter avec ces gros trucs polluants pourrait paraître vraiment désastreux mais il serait temps de calculer ce que coûte le transport en mer des containers en matière de pollution, cela m'étonnerait que le frêt aérien lui fasse bien plus de mal... surtout si on y ajoute ces 10% de marchandises "perdues en mer".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :