Corsair négocie un incroyable plan de sauvetage

Selon nos informations, l'Etat, le groupe TUI, actionnaire à 27% de la compagnie, mais aussi de nouveaux investisseurs privés qui ont marqué leur intérêt pour reprendre l'entreprise, négocient un plan de sauvetage et de relance de Corsair. Un accord de principe pourrait être signé d'ici à la fin du mois.
Fabrice Gliszczynski

5 mn

(Crédits : DR)

Par le scénario et les acteurs concernés, c'est à coup sûr le plan de sauvetage le plus incroyable du transport aérien français qui se négocie aujourd'hui en coulisse. Il concerne Corsair (1.200 salariés), cette compagnie aérienne que les concurrents ont déjà condamnée en raison de l'impasse dans laquelle elle se trouvait. Avec ses difficultés financières ces dernières années, celles de ses actionnaires qui évoluent dans le secteur du transport aérien et du tourisme, le refus des banques de lui accorder un plan garanti par l'Etat (PGE), l'horizon semblait en effet bouché. Même si le ministre des Finances Bruno Le Maire avait assuré en mai que l'Etat ferait un geste à condition que les actionnaires actuels mettent la main à la poche, les propos pouvaient s'apparenter à une promesse de gascon vu le profil et les difficultés des deux actionnaires de Corsair.

Lire aussi : Corsair : les actionnaires ne veulent pas aider, l'Etat va-t-il changer la donne?

Deux actionnaires fragiles

Le principal d'entre eux, la société allemande Intro Aviation, actionnaire depuis la reprise l'an dernier de 53% du capital à l'actionnaire historique TUI qui cherchait à se désengager, n'a pas la surface financière pour assumer une recapitalisation d'une entreprise de la taille de Corsair, plus importante que la sienne. Resté dans le capital à hauteur de 27% (les 20% restants appartiennent aux salariés), le groupe touristique TUI est quant à lui aux abois avec la crise du Covid-19. En témoignent les suppressions de postes de la moitié des effectifs en France.

Aussi, malgré une trésorerie confortable liée au renflouement l'an dernier de TUI à hauteur de 37 millions d'euros, de la vente d'un A330 en début d'année et de celle récente de trois B747-400 pour 25 à 30 millions d'euros, selon nos informations, tout semblait réuni pour que Corsair meure à petit feu.

Après deux mois et demi d'inactivité, la reprise qui débute ce jour s'annonce en effet extrêmement difficile avec une faible demande. Les recettes ne permettront pas de compenser les coûts de la remise en service. A l'inverse des années "normales", les compagnies ne pourront engranger suffisamment de cash au cours de l'été pour passer sans encombre la prochaine saison hivernale.

Quant à l'environnement concurrentiel, il se corse. Les concurrents français directs de Corsair (Air France, Air Austral, Air Caraïbes, French Bee) ont tous obtenu un prêt bancaire garanti par l'Etat, une aide de leur actionnaire et ont engagé pour certains des mesures d'économies importantes. Déjà très compétitives, Air Caraïbes et French Bee, par exemple, ont signé avec les syndicats un accord de performance collective permettant une baisse des salaires de 10% pendant deux ans en contrepartie d'un maintien de l'emploi. Air France prépare elle aussi un plan de restructuration pour baisser ses coûts.

Un schéma où chacun ne participe que si les autres suivent aussi

Et pourtant, selon des sources concordantes, un plan de relance ambitieux est en cours de négociation pour non seulement traverser la crise, mais aussi pour assurer une pérennité à Corsair. En "bonne voie" selon certains connaisseurs du dossier, il pourrait déboucher sur la signature d'un accord de principe avant la fin du mois de juin, selon deux sources.

Ce plan passe par un prêt direct de l'Etat autorisé par l'article 107 2b du Règlement européen sur les aides d'Etat, comme en ont bénéficié la compagnie scandinave SAS et la compagnie allemande Condor. L'Etat pourrait prêter plusieurs dizaines de millions d'euros, remboursables sur plusieurs années. Coup de théâtre, des négociations sont en cours avec le groupe TUI pour que le groupe allemand mette la main à la poche. Là aussi, plusieurs dizaines de millions d'euros sont en jeu. Une sorte de solde de tout compte pour TUI, actionnaire à 100% de Corsair entre 2002 et 2019, date à laquelle il a commencé à se désengager. La somme que prévoit TUI vise à éponger les pertes de Corsair de l'exercice en cours qui s'achèvera fin septembre. Elle devrait être inférieure à celle du prêt de l'Etat français et n'a pas vocation à maintenir le groupe dans le capital de Corsair. Au contraire. Un nouveau tour de table est en cours de négociation. C'est le dernier volet du plan. Des négociations sont en cours avec des investisseurs privés qui ont marqué leur intérêt pour reprendre la compagnie.

De fait, malgré ses difficultés, la compagnie a encore des atouts : la notoriété de sa marque, ses positions sur les Antilles et la Réunion, son portefeuille de droits de trafic, ses créneaux horaires à Orly. En sortant de la flotte ses trois B747-400 avec un an d'avance pour ne conserver que six A330, la compagnie met aussi fin à une coûteuse politique de double-flotte. La direction entend bien prendre livraison de trois autres A330 Neo en commande pour disposer d'une flotte de neuf A330 en 2022.

Plan de restructuration

S'ajoute également une perspective de restructuration pour permettre à Corsair de traverser la crise dans un environnement compliqué. En effet, le plan de sauvetage n'assurera pas la pérennité de Corsair sans une réduction de la structure de coûts pour s'adapter à une demande qui mettra peut-être deux ans, selon les experts, à revenir à son niveau d'avant-crise, et à des prix appelés à être extrêmement bas pendant la phase de reprise. Comme pour la plupart des compagnies aériennes, un plan de restructuration semble inévitable chez Corsair.

Après l'échec d'une négociation sur la baisse des rémunérations fin mai, la direction a lancé une procédure de dénonciation des accords collectifs qui ne pourra être effective que début juillet, à l'issue de l'avis sur ce projet d'un expert nommé par le Comité d'hygiène de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) début juin. La direction entend baisser les salaires de 10%. Mais au-delà de la question salariale, la question du sureffectif va nécessairement se poser. La suppression de l'escale d'Orly pour passer à la sous-traitance a été évoquée en interne.

Interrogés, ni l'Etat, ni le groupe TUI, ni la direction de Corsair n'ont souhaité faire de commentaire.

Fabrice Gliszczynski

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 19/06/2020 à 23:30
Signaler
Assez instructif et intéressant.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.