Hype lève 20 millions pour déployer 10.000 taxis (presque autant que la G7) à hydrogène

Grâce à cette levée de fonds menée avec HRS et McPhy, deux pionniers français, Hype envisage de déployer à Paris et en Île-de-France rien de moins que 10.000 taxis à hydrogène qui seraient ravitaillés par 20 stations d'hydrogène "vert" en Ile-de-France. Un déploiement à grande vitesse puisque l'objectif doit être atteint d'ici à juillet 2024, pour les prochains JO, d'autant qu'en parallèle sera réalisée "son implantation dans 15 nouvelles villes, en France et à l'international".

4 mn

Hype s'était fait connaître en 2015 lors de la COP21, en inaugurant la première station à hydrogène de Paris, située pont de l'Alma, et avec une flotte de 5 taxis à hydrogène. La flotte Hype compte aujourd'hui 200 taxis.
Hype s'était fait connaître en 2015 lors de la COP21, en inaugurant la première station à hydrogène de Paris, située pont de l'Alma, et avec une flotte de 5 taxis à hydrogène. La flotte Hype compte aujourd'hui 200 taxis. (Crédits : Hype)

Le Pdg de Hype, Mathieu Gardies, qui avait lancé sa première offre de taxis à hydrogène en 2015, pile pour la COP21, vise, toujours avec le même sens du timing, l'événement des JO de Paris 2024 pour l'achèvement de son ambitieux plan de déploiement: il compte mettre dans les rues de Paris et d'Île-de-France rien de moins que 10.000 taxis à hydrogène, ravitaillés par quelques 20 stations d'hydrogène "vert". Pour se représenter ce que signifie le chiffre de 10.000 taxis, on peut comparer avec les effectifs de la compagnie G7 qui, elle, travaille avec environ 13.500 chauffeurs au total.

Contactée par La Tribune, la société Hype précise que cet objectif de 10.000 taxis à hydrogène est à horizon 2024 pour l'Île-de-France, mais qu'elle ambitionne d'atteindre un "volume de 40.000 véhicules en usage taxi fin 2025, dans 15 nouvelles en France et à l'international".

Pour réaliser son objectif de "développer le premier réseau d'infrastructures de mobilité hydrogène à usages intégrés en France et en Europe" dans un délai qui semble court, la compagnie de taxis à hydrogène Hype a annoncé mardi soir avoir levé 20 millions d'euros auprès de McPhy et HRS, deux acteurs industriels français de la filière hydrogène:

« Nous sommes ravis de nouer des partenariats avec HRS et McPhy, deux acteurs incontournables de la filière hydrogène française. La complémentarité des offres proposées par Hype, HRS et McPhy nous permet de couvrir l'ensemble de la chaîne de valeur et d'assurer notre déploiement rapide », a notamment déclaré Mathieu Gardies, président de Hype, dans un communiqué.

Dans le détail Hype, qui affirme opérer la première flotte de taxis roulant à l'hydrogène dans le monde, énonce ainsi la répartition des "engagements" qu'il a reçus : 6 millions d'euros de la part de HRS et 12 millions de la part de McPhy. McPhy est spécialisé dans la production et la distribution d'hydrogène, et HRS fournit, lui, des stations de ravitaillement en hydrogène.

Cette levée de fonds, dixit le communiqué, a "vocation à être complétée au cours du premier semestre 2022" dans le cadre d'autres "partenariats stratégiques, industriels et financiers complémentaires actuellement en discussion". 

Flotte, infrastructure et expansion géographique

Hype veut déployer simultanément sa flotte et ses infrastructures sur son périmètre actuel, l'Ile-de-France, mais également à l'international. Mathieu Gardies vise une "implantation dans 15 nouvelles villes, en France et à l'international d'ici fin 2024".

Hype s'engage ainsi à commander à HRS et McPhy "un minimum de 12 stations d'une capacité de 1 tonne par jour, dont 6 auprès de HRS et 6 auprès de McPhy", ainsi que deux stations de 200kg/jour à HRS et deux électrolyseurs à McPhy, pour permettre de produire de l'hydrogène à partir d'électricité sur place, dans la station même, détaille la société.

Pour mémoire, Mathieu Gardies, est le fondateur en 2009 de la société Step (Société du taxi électrique parisien), laquelle a lancé la marque de taxis zéro émission Hype qui s'est fait connaître en 2015 lors de la COP21, en inaugurant la première station à hydrogène de Paris, située pont de l'Alma, avec une flotte de 5 taxis à hydrogène (elle en compte aujourd'hui une centaine).

En 2019, avec Step, Mathieu Gardies cofonde la société HysetCo, constituée en partenariat avec Air Liquide, Toyota, Idex, pour financer une stratégie commune de déploiement d'un écosystème dédié à la mobilité hydrogène. Le but: l'achat d'une flotte de véhicules, mais également de licences de taxi et de stations de recharge d'hydrogène.

En 2019, Mathieu Gardies expliquait l'un de ses objectifs à La Tribune:

"Nous allons également déployer de nouvelles stations et capacités de recharge pour que les taxis comprennent qu'il n'y aura pas de problèmes de recharge et qu'ils peuvent donc basculer facilement dans la technologie hydrogène."

|Lire: « Nous tournons avec 110 taxis à hydrogène à Paris » (Mathieu Gardies)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 15/12/2021 à 17:48
Signaler
on va lui souhaiter bonne chance......je ne suis pas convaincu du succes a la vitesse esperee, les etudes sur les nouvelles technos sont tres claires a ce sujet.......

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.