Juniac veut des "mécanismes antisubventions" pour résister aux compagnies du Golfe

 |   |  405  mots
Alexandre de Juniac réclame un cadre réglementaire plus propice au développement des transporteurs européens.
Alexandre de Juniac réclame "un cadre réglementaire plus propice au développement des transporteurs européens". (Crédits : Reuters)
Dans une tribune, le PDG d'Air France, réclame des arbitrages qui s'appliquent au transport aérien et un "accord aérien équilibré" avec les Etats du Golfe dont l'essor des compagnies inquiète les sociétés européennes et américaines.

"Nous proposons que des mécanismes antisubventions et d'arbitrage du type de ceux prévalant dans le cadre de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) s'appliquent également au transport aérien."

Dans une tribune diffusée dans Le Monde, mercredi 22 juillet, le PDG d'Air France-KLM Alexandre de Juniac réclame  des mesures concrètes pour réguler la concurrence des compagnies du Golfe avec un "un cadre réglementaire plus propice au développement des transporteurs européens".

Pour rappel, Air France, KLM, Air Canada, Delta entre autres dénoncent les soutiens directs ou indirects dont disposent les compagnies du Golfe de la part de leur Etat-actionnaire, et qui leur permettent de financer une croissance vertigineuse.

Pour "un accord aérien équilibré avec les Etats du Golfe"

Alexandre de Juniac a en outre réitéré son souhait "que la Commission européenne puisse négocier avec les Etats membres les conditions d'un accord aérien équilibré avec les Etats du Golfe". Relayant les doléances d'Air France et de Lufthansa, la France et l'Allemagne avaient en effet saisi en mars la Commission européenne pour qu'elle mette fin aux "pratiques concurrentielles déloyales" des transporteurs du Golfe.

Et dans un courrier commun adressé le 17 juin à Siim Kallas, le vice-président en charge des transports la Commission européenne, les PDG des deux groupes et ceux de leurs filiales ont pressé Bruxelles de "prendre toutes les mesures appropriées pour assurer des règles du jeu équitables", en rappelant que les deux groupes européens transportaient à eux deux "180 millions passagers et employaient plus de 200 000 personnes".

42 milliards de dollars de subventions ?

Quel est le montant des subventions touchées par les compagnies du Golfe. Si aucun chiffre officiel n'a été mis en avant, les compagnies américaines ont mené leur propre enquête. Selon elles, les subventions touchées par Emirates, Qatar Airways et Etihad.  grimperaient à 42 milliards de dollars (38,4 milliards d'euros) en 10 ans. Il s'agirait de prêts sans intérêts, avances pécuniaires des actionnaires, fournitures non facturées.

Le rapport des compagnies américaines jugeait en outre que deux de ces trois compagnies ne seraient pas rentables sans ces subventions. Etihad aurait ainsi cumulé, toujours d'après l'enquête américaine, près de 4 milliards de dollars de pertes en 10 ans malgré l'injection de 6,2 milliards dollars de fonds propres. Ni Qatar Airways ni Etihad n'auraient gagné d'argent sans ces subventions d'après ce rapport.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :