La low cost indonésienne Lion Air reste sur la liste noire de l'Europe

 |   |  544  mots
Le président et fondateur de la controversée compagnie low cost indonésienne Lion Air, Pak Rusdi Kirana, avait signé en avril 2013, le fameux contrat de 24 milliards de dollars avec Airbus sous les ors de l'Elysée
Le président et fondateur de la controversée compagnie low cost indonésienne Lion Air, Pak Rusdi Kirana, avait signé en avril 2013, le fameux contrat de 24 milliards de dollars avec Airbus sous les ors de l'Elysée (Crédits : reuters.com)
La Commission européenne, qui a actualisé la liste des compagnies aériennes faisant l’objet d’une interdiction ou de restrictions de vols dans l’Union européenne, maintient Lion Air dans sa liste noire. En dépit des achats d'appareils massifs de la célèbre compagnie indonésienne fondé par Rusdi Kirana à Airbus.

Encore raté... La compagnie indonésienne Lion Air, qui avait passé l'un des plus importants contrats de l'histoire de l'aviation en avril 2013 à Airbus, reste toujours "non-grata" dans le ciel européen. C'est ce qu'a décidé jeudi la commission européenne qui a actualisé la liste des transporteurs aériens faisant l'objet d'une interdiction ou de restrictions d'exploitation dans l'Union européenne. Tout un symbole. Lion Air a beau signer de très gros chèques à Airbus (234 A320) et Boeing (230 Boeing 737) pour moderniser et surtout faire grossir sa flotte, la compagnie low cost indonésienne reste interdite de voler dans le ciel de l'Union européenne.

"Je m'en fiche d'être sur la liste noire des compagnies aériennes en Europe", s'était même exclamé en février 2012 le président et fondateur de la controversée compagnie low cost indonésienne Lion Air, Pak Rusdi Kirana, interrogé lors du salon aéronautique de Singapour. C'est pourtant lui qui avait signé en avril 2013, le fameux contrat de 24 milliards de dollars au prix catalogue avec Airbus sous les ors de l'Élysée. Mais depuis 2007, Lion Air reste inscrite sur la  liste noire des compagnies interdites en Europe (qu'elle ne dessert d'ailleurs pas), faute de normes de sécurité satisfaisantes. Soit au même titre que 231 compagnies aériennes du monde entier au total (dont des compagnies afghanes, béninoises...), qui font l'objet d'une interdiction générale d'exploitation dans l'UE.

Les compagnies philippines à nouveau autorisées

Il y a les compagnies aériennes qui restent dans la liste noire (1), dont Lion Air. Et puis il y en a d'autres qui en sortent. Ainsi, toutes les compagnies aériennes philippines, frappées depuis 2010 par cette interdiction, en ont été retirées et sont, dès lors, autorisées à exercer des activités dans l'espace aérien européen. Cette mise à jour ne s'accompagne pas de nouvelles interdictions, a précisé la commission.

"Après cinq années de travail intensif, nous sommes enfin en mesure de lever l'interdiction d'exploitation qui pesait sur les transporteurs aériens certifiés aux Philippines, a expliqué la commissaire pour les transports, Violeta Bulc. Dotées d'un secteur aérien non négligeable connaissant une croissance rapide, les Philippines sont un pays important".

"D'autres pays qui ont des difficultés à faire coïncider leurs capacités de surveillance en matière de sécurité avec la croissance de leurs activités dans ce secteur pourraient tirer parti de l'expérience" des compagnies philippines, a expliqué Violeta Bulc. Clairement une recommandation adressée à l'Indonésie en général, et à Lion Air en particulier. Toutes les transporteurs aériennes certifiées par les autorités de l'Indonésie responsables de la surveillance réglementaire (à l'exception de Garuda Indonesia, Airfast Indonesia, Mandala Airlines, Ekspres Transportasi Antarbenua et Indonesia Air Asia).

 (1) : Afghanistan, Angola (à l'exception d'un transporteur soumis à des conditions et à des restrictions d'exploitation), Bénin, République du Congo, République démocratique du Congo, Djibouti, Guinée équatoriale, Érythrée, Gabon (à l'exception de 2 transporteurs  soumis à des conditions et à des restrictions d'exploitation), Indonésie (à l'exception de 4 transporteurs), Kazakhstan (à l'exception d'un transporteur soumis à des conditions et à des restrictions d'exploitation), Kirghizstan, Liberia, Libye, Mozambique, Népal, Sao Tomé-et-Principe, Sierra Leone, Soudan et Zambie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/06/2015 à 15:55 :
A parceque cette compgnie voulait venir en Europe??? Un peu de sérieux tout de même... Encore de la gesticulation de hauts fonctionnaires européens.
Réponse de le 26/06/2015 à 0:28 :
Vous n'avez pas tout à fait compris le bout de l'histoire...C'est que si vous partez en voyage organisé en Indonésie, l'assurance ne vous couvrira pas en cas de pépins si votre organisme de voyage vous fait voler sur Lion Air une fois sur place...
a écrit le 25/06/2015 à 14:24 :
Aussi longtemps que la corruption restera à son niveau actuel,on ne voit pas comment l Indonésie peut se plier aux normes internationales

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :