«Nous avons les instruments pour décarboner la totalité de la logistique urbaine d'ici 2026», Philippe Wahl, PDG de La Poste

 |  | 567 mots
Lecture 3 min.
PRISE DIRECTE. Champion en matière de RSE, le groupe dispose des outils nécessaires pour accélérer la transition écologique des villes. C'est ce qu'a affirmé son dirigeant lors du Forum Zéro Carbone, organisé par La Tribune et la Ville de Paris.

> VOIR notre dossier « Cinq ans après la COP21 »

C'est un enjeu majeur de la crise climatique : la logistique urbaine, un secteur en croissance responsable de 30% des émissions polluantes en ville, est un énorme défi écologique pour les territoires. Et La Poste, entreprise pionnière dans le domaine de la mobilité propre, veut contribuer à le relever. « Nous sommes prêts à accélérer la transition écologique et la décarbonation au service de projets portés par les maires », a assuré Philippe Wahl, le président-directeur général du groupe La Poste, au cours d'un débat qui s'est déroulé au Forum Zéro Carbone, organisé le 10 décembre par La Tribune et la Ville de Paris pour faire le point sur la lutte contre le réchauffement climatique à la veille du 5ème anniversaire de l'Accord de Paris.

« Nous avons aujourd'hui les instruments, si les maires le souhaitent, pour décarboner la totalité de la logistique urbaine d'ici à 2026 », a déclaré le dirigeant de l'entreprise classée au premier rang mondial des plus performantes en ce qui concerne la Responsabilité Sociale et Environnementale (RSE), selon l'évaluation de l'agence de notation sociale et environnementale Vigeo Eiris, publiée en juin 2020. La Poste a été notamment saluée pour ses résultats exemplaires en matière de neutralité carbone. De fait, La Poste est « la seule poste au monde neutre en carbone », a insisté son dirigeant.

Première flotte de véhicules électriques au monde

La Poste met en effet plusieurs instruments au service de la neutralité carbone sur le terrain. D'abord, des solutions durables, co-construites avec les collectivités. « Nous avons signé des conventions logistiques urbaines avec des métropoles », dont Nice, Nantes, Toulouse et Paris, et « nous avons beaucoup appris ensemble, par exemple sur le primat de la géographie », détaille Philippe Wahl. Il s'agit en effet d'adapter l'organisation du transport des marchandises aux particularités des régions. Par exemple, à Nice, avec la contrainte, au sud, de la Méditerranée, et au nord, du Mercantour. Autre atout : « Nous avons la première flotte de véhicules électriques au monde », a rappelé le patron du groupe qui dispose d'un parc de 39.000 véhicules propres, dont 23.000 vélos à assistance électrique. Les véhicules ont en outre la capacité de se connecter sur le réseau électrique ou, en fonction du choix des élus, sur une infrastructure de GNV. « Nous avons maintenant la capacité de transporter non seulement des colis mais aussi des marchandises lourdes ». Et enfin, « nous avons également une chaîne du frais », a-t-il ajouté.

Autant d'instruments au service des collectivités locales si elles les demandent. « Ensemble, et selon la vision et les priorités de chaque métropole, nous pourrions - sous certaines conditions, y compris les moyens mis en oeuvre, supprimer 30% des émissions de carbone en ville d'ici 2026 », a martelé le PDG de La Poste. En concentrant aux abords des métropoles l'ensemble des flux pour être le plus efficace possible sur le dernier kilomètre. A l'heure de l'explosion de l'e-commerce, son entreprise - qui transporte par ailleurs un tiers des colis pour le géant Amazon (qui, lui, promet la neutralité carbone en 2040), le dirigeant de La Poste entend bien être leader d'une révolution urbaine en marche...

Lire aussi : Amazon veut construire jusqu'à 35 sites de distribution en France sur les trois prochaines années

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/01/2021 à 22:28 :
Un mensonge de plus. Toute activité humaine, y compris le courrier, génère du CO2. Payer plus cher l'affranchissement, n'y changera rien
a écrit le 04/01/2021 à 20:30 :
a 1.2 euro le timbre pour commencer c'est sur
j'attend de voir l'explosion des couts de livraison amazon et autre, et les reactions des clients, sur le meme modele que le timbre
ca s'appelle inflation, et c'est un impot
rapidement les gens vont s'organiser autrement et y aura retour des monopoles ( ca sera pas de la concurrence capitaliste, au contraire de la justice juste bien a gauche et qu'il faudra payer, ce qui sera injuste donc de droite pour ' ceux qui n'en n'ont pas les moyens eux')
personne ne rase gratuit

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :