Paris-Montparnasse : la SNCF a trouvé la panne, le trafic reste perturbé

 |   |  387  mots
La SNCF a fermé la gare de Paris-Montparnasse, qui dessert l'ouest et le sud-ouest de la France, la nuit dernière de 22 h à 6 h. Une cinquantaine de techniciens ont été mobilisés pour déterminer l'origine de la panne.
La SNCF a fermé la gare de Paris-Montparnasse, qui dessert l'ouest et le sud-ouest de la France, la nuit dernière de 22 h à 6 h. Une cinquantaine de techniciens ont été mobilisés pour déterminer l'origine de la panne. (Crédits : Reuters)
Sur le site internet de la compagnie, de nombreux trains sont annoncés comme étant supprimés. En revanche, la circulation des Transilien, Intercités et TER devrait être normale aujourd'hui. L'origine de la panne, qui a totalement interrompu le trafic dimanche, en plein week-end de chassé-croisé des vacances d'été, a enfin été identifiée. Mais pas encore réparée.

Hier, les annonces de la SNCF promettant le retour à la normale se sont succédé, en vain, au grand agacement des voyageurs bloqués depuis dimanche au départ de Paris-Montparnasse, la compagnie ferroviaire reconnaissant finalement devoir attendre d'avoir trouvé l'origine de la panne avant toute reprise de trafic.

Les investigations de la nuit ont donc porté leurs fruits puisque ce mardi matin, la SNCF a annoncé avoir trouvé l'origine de la panne de signalisation qui a semé la pagaille dans la quatrième gare parisienne ce week-end, sans toutefois parvenir à la réparer entièrement, et prévoit de nouvelles perturbations ce jour.

"Dans le cadre des investigations qui se sont déroulées toute la nuit dans le poste de signalisation de Vanves, l'origine de la panne a été identifiée", a indiqué un porte-parole de la SNCF à l'AFP.

3 TGV sur 4 devraient circuler mardi

La compagnie n'a donné aucune indication sur la durée des réparations, indiquant seulement qu'elles avaient débuté dans la nuit de lundi à mardi et qu'elles devraient se poursuivre dans la nuit de mardi à mercredi.

Le porte-parole de la SNCF ne donne pas non plus de date de retour à la normale du trafic, mais précise que 3 TGV sur 4 devraient circuler mardi et que certains trains vont être supprimés, regroupés ou encore déroutés vers la gare d'Austerlitz. De fait, sur le site internet de la compagnie, de nombreux trains sont ainsi annoncés comme étant supprimés.

La circulation des Transilien, Intercités et TER devrait, en revanche, être normale, selon la SNCF.

Reporter ses déplacements est cependant conseillé

La société recommande aux voyageurs de reporter leur déplacement si possible, "au moins pour (ceux qui étaient prévus dans) la matinée", a précisé le porte-parole.

"Au fur et à mesure de la journée, l'amélioration se fera sentir", a-t-il ajouté.

La SNCF a fermé la gare de Paris-Montparnasse, qui dessert l'ouest et le sud-ouest de la France, la nuit dernière de 22 h à 6 h. Une cinquantaine de techniciens ont été mobilisés pour déterminer l'origine de la panne. La SNCF va mener des "analyses plus poussées" afin de déterminer ses causes.

| Lire : Paris-Montparnasse : la SNCF interrompt le trafic lundi soir pour vérifications (de 22h à 6h)

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/08/2017 à 22:42 :
Ba la sncf ne pourra pas dire qu'il n'y avait pas eu de signe avant coureur en juin juillet à montparnasse.

Après ce genre d'incident arrive et loi de Murpy oblige c'est tombé le mauvais jour.
Des problèmes Montparnasse en connait pas mal en ce moment d'une ampleur moindre... CQFD
En attendant ils n'ont mis que quelques heures pour trouver ce qui semble être LA panne. Bravo.

On ne parle jamais des trains qui partent à l'heure, (mais arrivent en retard) ;-)
a écrit le 01/08/2017 à 20:42 :
Impossible de se faire rembourser sur internet, LE SITE SNCF NE LE PERMET PAS!!!! QUELLE HONTE CETTE MAFIA SNCF
a écrit le 01/08/2017 à 18:09 :
C'est fait. Toutes ces investigations et ces heures supplémentaire pour rebrancher la prise utilisée par Bébert pour faire son petit café.

Ah, sacré Bébert le chemineau. Toujours prêt à faire une blague aux têtes d'oeufs du Siège de la Sncf.
a écrit le 01/08/2017 à 16:03 :
Comment la sncf a pu créer une telle usine à gaz.....?????
a écrit le 01/08/2017 à 14:42 :
Comme les administrations publiques la sncf entreprise publique : lorsque surgit un problème ce n'est jamais leur faute. Hé ! les cheminots surement la faute des usagers clients contribuables. VIVEMENT L'ARRIVE DES COMPAGNIES FERROVIAIRES PRIVES ET BYE ! BYE ! LA SNCF PLUS EFFICACE A FAIRE GRÈVES ET LA CHAISE LONGUE !!!!
Réponse de le 01/08/2017 à 15:38 :
vraiment bête ce commentaire !
Je reviens d'Italie où deux compagnies ( TRENITALIA et ITALO) se livrent une concurrence féroce sur la dorsale Milan/Florence/Rome.
L'une est publique , la seconde est privée.
Quand un incident voire accident de circulation survient , TOUS LES TRAINS SONT ARRÊTÉS !
Faut voyager en Europe pour voir à quelle sauce nous allons être mangée...
Réponse de le 01/08/2017 à 17:27 :
En parlant de privé :

Janvier 2017
Mardi dernier, des milliers de Britanniques ont convergé vers les gares du pays. Fin de vacances et retour au travail obligent. Dans une centaine de stations, pourtant, certains usagers sont restés à quai. Pancartes à la main. L'objet de leur colère, la nouvelle hausse des prix des billets de train, de l'ordre de 2,3% en moyenne sur l'ensemble du réseaux, décidée par les opérateurs de franchises privés.Selon des estimations du Labour, le prix des billets annuels a ainsi augmenté de 27% depuis 2010. Après avoir comparé les prix de 200 lignes, le parti emmené par Jeremy Corbyn, militant de la renationalisation, estime à 2.788 livres (3.222 euros) le coût du pass, soit 594 livres (686 euros) de plus qu'en 2010. Pas mieux, pour le syndicat TUC, selon lequel le prix moyen des billets de train augmente deux fois plus vite que l'inflation. Résultat, les Britanniques déboursent chaque mois six fois plus que les Français simplement pour se rendre sur leur lieu de travail. 14% de leur revenu mensuel, très exactement, contre 2% pour les usagers de l'Hexagone.Sauf qu'en dépit des prix exorbitants, force est de constater que la qualité du service laisse à désirer. Usagers et conducteurs constatent les mêmes dysfonctionnements : retards à répétition, suppressions de trains et réduction des effectifs en gare. Dans le sud du pays, la situation est particulièrement catastrophique. Entre avril 2015 et mars 2016, quatre trains sur cinq du réseau Southern Rail, qui permet à 300.000 personnes de se rendre à Londres chaque jour depuis Eastbourne, Brighton & Hove ou encore Crawley, étaient en retard. Pire, le très fréquenté Brighton-Londres de 7 heures 29 n'est pas arrivé une seule fois à l'heure en 2014...
Réponse de le 01/08/2017 à 20:48 :
Nous n'avons pas besoin de vos commentaires inopportuns. Voyagez un peu et prenez, par exemple, les chemins de fer britaniques.
Et pendant que vous y êtes, restez là-bas. Vous nagerez dans le bonheur libéral.
Ah, ce que vous dénoncez, je le vis tous les jours dans les entreprises... privées. Tout le monde veut des responsabilités mais personne n'est responsable de rien... Sauf des succès, surtout quand on y a pas contribué. Vous devez faire partie de cette espèce là.
Réponse de le 02/08/2017 à 11:45 :
Je prends le tgv coreen Seoul /Pusan tous les jours depuis 16 ans. Pas un seul probleme a part un petit retard de quelques minutes de temps a autre.
Service impec.
Pourquoi les cadres sncf qui ont vendu le truc a la Coree ne viennent- ils pas faire un stage ?
Réponse de le 03/08/2017 à 6:11 :
Pourquoi les cadres sncf qui ont vendu le truc a la Coree ne viennent- ils pas faire un stage ?

Vous êtes sur que ce sont les cadres SNCF qui ont vendu le TGV a la Corée ?
Il me semble que l'entreprise qui les a vendu est Alstom et l'état français avec transfert de techno ... Dites moi si je me trompe ?
Il me semble que la SNCF exploite le TGV , et que cette entreprise n'a jamais fabriquée de trains ...

Que la Corée sache mieux que nous exploiter un " excellent produit français " ( en 16 ans , peu de retard , dites vous ? ) est un fait que vous rapportez.

Peut on comparer au niveau ferroviaire la Corée et la France ?
Nombre de kilomètres de voix ferrés avec le nombre de gares à desservir dans la totalité du pays ?.
Pensez vous que ce soit comparable ?

Rappelez moi : Séoul a combien de gare(s) centrale(s) ?
Paris pour mémoire en à 5 ( Gare du Nord,de l'est , Montparnasse , Lyon , auterlitz )

Quel est l'âge moyen du réseau en Corée ? ( question subsidiaire ) ; celui de la France a débuté au XIX eme siècle...

Personnellement je ne suis pas sur qu'un stage en Corée soit profitable aux cadres de la SNCF ... Sauf à faire du tourisme et ils sont demandeurs!
a écrit le 01/08/2017 à 14:13 :
Acte de malveillance ..? sabotage ...? autres....? actuellement ce n'est pas clair.....
a écrit le 01/08/2017 à 12:25 :
L'économie touristique, déjà chahuté, va encore payer la casse cette année, mais aussi pour les années à venir, et ceci même si les touristes étrangers reviennent dans l’hexagone cette année. Parce que cette publicité est bien passée aux infos à l'international.
Est-ce que les musées, restaurateurs, hôteliers, cafés, guides, parcs, zoos, festivals vont pouvoir envoyer l’addition à l’Etat ?
Quel cynisme ces élus qui agressent la SNCF alors que c’est l’Etat qui pilote l’entreprise (EPIC) depuis des années.
EPIC : établissement public à caractère industriel et commercial.
C’est comme pour l’Armée, les retards d’investissement se paient un jour ou l’autre puissance 10.
L’économie touristique, ce n’est que 7% du PIB et 1 million d’emplois sans compter les saisonniers, pas très grave, continuons comme cela et c’est le mur qui nous attend au bout de la déconne !
Et il parait que Paris « fait les yeux doux » à la finance et aux entreprises britanniques ?
Et bien là bravo, encore gagné !
Manque plus que la petite grève chronique estivale à Air France pour couronner le tout !
Réponse de le 01/08/2017 à 14:07 :
Correction 1 million d'emplois dont 300 000 saisonniers et un CA de plus de 70 milliards
Réponse de le 01/08/2017 à 14:09 :
Correction 1 million d'emplois dont 300 000 saisonniers et un CA de plus de 70 milliards
a écrit le 01/08/2017 à 11:13 :
La SNCF dépense une fortune pour l'inauguration des TGV et pour changer de nom mais n'a pas les moyens d'entretenir son réseau. Quant à sa com vis à vis des usagers c'est carrément le néant.
Réponse de le 01/08/2017 à 22:56 :
UE oblige réseau et exploitant sont séparés.
Comme pour l’énergie.
C'est stupide et contre productif mais colle aux exigences de la doxa libérale.
a écrit le 01/08/2017 à 11:04 :
Curieux que le diagnostic aie duré si longtemps. Et également étonnant ce peu de détails sur la cause technique. Est-ce si complexe pour le profane ?
a écrit le 01/08/2017 à 10:16 :
C'est marrant mais quand ce sont des grèves la phrase qui revient sans cesse dans les médias de masse c'est "les usagers pris en otage par les grévistes" et tout tourne autour de cela.

Dorénavant, purges d'austérité budgétaire obligent, ce sont les pannes qui risque de bien s'installer un peu partout par manque de moyen mais là on peut être tranquille personne ne parlera de "prise en otage des usagers par les actionnaires milliardaires" alors que pourtant réalité.

A force de ne jamais mordre la main qui vous nourri, elle vous nourri de moins en moins.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :