Pourquoi l'Etat monte au capital d'Air France KLM

 |  | 351 mots
Lecture 2 min.
L'Etat déboursera entre 33,15 millions d'euros et 45,9 millions d'euros pour acquérir un maximum de 5.100.000 de titres Air France-KLM
L'Etat déboursera "entre 33,15 millions d'euros et 45,9 millions d'euros" pour acquérir "un maximum de 5.100.000" de titres Air France-KLM (Crédits : © Louis Nastro / Reuters)
Afin de faire adopter le principe des droits de vote doubles pour les actionnaires fidèles, Bercy a annoncé ce 8 mai l'achat de 5,1 millions actions supplémentaires de la compagnie aérienne dont l'Etat détient déjà 15,88%. Il avait procédé de même chez Renault.

Bercy insiste pour renforcer les pouvoirs des actionnaires fidèles aux fleurons français. A cette fin, l'Etat déboursera "entre 33,15 millions d'euros et 45,9 millions d'euros" pour acquérir "un maximum de 5.100.000" de titres Air France-KLM (représentant 1,7% du capital). Les ministres de l'Economie et des Finances en ont fait Etat ce vendredi dans un communiqué commune.

Objectif: renforcer ses positions au sein de la compagnie aérienne dont l'Etat détient déjà 15,88% afin de faire voter le principe des droits de vote double. Une mesure prévue dans le cadre de la loi dite "Florange" du 29 mars 2014, qui consiste à attribuer des droits de vote doubles pour toutes les actions détenues au nominatif depuis deux ans par le même actionnaire, sauf dérogation statutaire adoptée par les actionnaires à la majorité des deux tiers  Or, lors de la prochaine Assemblée des actionnaires le 21 mai, une résolution prévoyant l'inverse doit être soumise au vote.

"Reconquérir l'économie réelle"

Dans leur communiqué, les ministres Emmanuel Macron et Michel Sapin justifient ainsi leur décision:

La loi du 29 mars 2014 visant à reconquérir l'économie réelle prévoit que sauf décision contraire des assemblées générales, les actionnaires qui conservent leurs titres pendant au moins deux ans sont récompensés par l'octroi de droits de vote doubles.

Ces droits de vote doubles sont d'ores et déjà aujourd'hui une réalité au sein du portefeuille d'entreprises détenues par l'Etat et également dans plus de la moitié des entreprises du CAC 40.

Précédent Renault

Un mois plus tôt, Bercy a procédé de la même manière chez Renault. L'Etat a augmenté sa part de capital de 15% à 19,74%, pour faire échouer une résolution similaire qui était défendue par le patron de Renault Carlos Ghosn. Mais l'opération du gouvernement a fonctionné puisque la résolution visant à refuser le droit de vote double a ainsi été repoussée par 60,53% des actionnaires.

>> Renault : la montée au capital de l'État ne menace pas Nissan, écrit Macron à Ghosn

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/05/2015 à 8:11 :
Le socialisme est donc bien une dictature ... Ce qu'il n'a pas pu imposer par la contrainte, il l'imposera par la finance ... Triste mentalité mais tellement représentative de ceux et celles qui votent pour eux...
a écrit le 10/05/2015 à 8:11 :
Le socialisme est donc bien une dictature ... Ce qu'il n'a pas pu imposer par la contrainte, il l'imposera par la finance ... Triste mentalité mais tellement représentative de ceux et celles qui votent pour eux...
a écrit le 09/05/2015 à 9:14 :
On voit bien que cette opération coûteuse d'acquisition temporaire de titres était inutile pour Renault. Mais afficher de la sorte la volonté de renationaliser l'industrie nuit simplement à la France. Le gouvernement ne veut pas respecter l'évolution normale de l'économie réelle, pas plus que les écolos dogmatiques respectent l'évolution normale de la nature. Tout contrôler à priori, économie, vie privée, nature, est la devise d'une dictature néo-républicaine. Il n'y a plus d'alternative possible que celle de l'administration de l'état.
a écrit le 09/05/2015 à 8:37 :
Peut-être le chef et les fonctionnaires de l’État pensent qu'il arrive mieux à gérer une compagnie aérienne que les finances publiques. Cela promet ....
a écrit le 08/05/2015 à 19:16 :
Eh Ben on est pas prêt de s'en sortir
Déjà qu'on ramait fort
Alors si l'état revient ne serait ce qu' un petit peu , ça va pas faire avancer les réformes. Les fainéants sont et seront encore la et pour longtemps
a écrit le 08/05/2015 à 13:17 :
Va ton vers un deuxième délit d unité de l'état après Renault ?😓💣🐾👹😷

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :