La SNCF passe commande à Alstom des premiers trains à hydrogène français

 |  | 493 mots
Lecture 3 min.
Alstom va concrètement installer une chaîne de traction à hydrogène sur un modèle éprouvé dans les TER français (appelé Coradia Polyvalent par le constructeur national et Regiolis par la SNCF): longs de 72 mètres, ces trains de quatre voitures offriront 218 places assises et les mêmes performances dynamiques et de confort que la version bimode électrique-diesel, selon le communiqué.
Alstom va concrètement installer une chaîne de traction à hydrogène sur un modèle éprouvé dans les TER français (appelé Coradia Polyvalent par le constructeur national et Regiolis par la SNCF): longs de 72 mètres, ces trains de quatre voitures offriront 218 places assises "et les mêmes performances dynamiques et de confort que la version bimode électrique-diesel", selon le communiqué. (Crédits : Alstom)
Ce sont 12 premiers trains à hydrogène français qui ont été commandés par la SNCF pour le compte de quatre régions de France. Le président d'Alstom France Jean-Baptiste Eyméoud envisage "les premiers essais sur voie fin 2023, et a priori une mise en service commerciale en 2025".

Lancé en Allemagne en 2018, le train à hydrogène va enfin démarrer en France. Ce jeudi, la SNCF a passé commande à Alstom, pour le compte des régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Grand Est et Occitanie, des 12 premiers trains à hydrogène français, dont les premiers essais sont annoncés fin 2023.

Ces trains bimodes, capables de rouler sous caténaires en traction électrique et en mode hydrogène, auront une autonomie allant jusqu'à 600 km sur les lignes non-électrifiées, sans polluer, ont indiqué les parties prenantes jeudi dans un communiqué.

Lire aussi : Le train à hydrogène sera bien expérimenté sur la ligne Lyon-Clermont Ferrand

Le président d'Alstom France Jean-Baptiste Eyméoud envisage "les premiers essais sur voie fin 2023, et a priori une mise en service commerciale en 2025".

Lire aussi : Le train à hydrogène va être testé près de Toulouse

Trois trains pour chacune des quatre régions initiatrices

Le contrat s'élève pour Alstom à 190 millions d'euros pour 12 rames. Il prévoit la fourniture de trois trains à chacune des quatre régions pionnières, auxquels pourraient s'en ajouter deux en option pour le Grand Est.

Lire aussi : "En privatisant les TER, nous allons économiser entre 15 % et 30 % par rapport à la SNCF" Jean Rottner, président de la région Grand-Est

Alstom va concrètement installer une chaîne de traction à hydrogène sur un modèle éprouvé dans les TER français (appelé Coradia Polyvalent par le constructeur national et Regiolis par la SNCF): longs de 72 mètres, ces trains de quatre voitures offriront 218 places assises "et les mêmes performances dynamiques et de confort que la version bimode électrique-diesel", selon le communiqué.

Les régions --qui financent les trains-- profitent d'un contrat-cadre existant depuis 2011 pour acheter des rames, via la SNCF.

Alstom, pionnier de la traction à hydrogène

Alstom fait figure de pionnier dans le train à hydrogène, avec une technologie mise au point dans son usine de Tarbes. Il a fait circuler ses premiers prototypes en Allemagne en 2018 et y est maintenant entré dans une phase industrielle, avec 41 commandes à ce jour.

Lire aussi : En finir avec les locomotives diesel : Alstom lance le premier train à hydrogène du monde

Ces trains mélangent de l'hydrogène embarqué à bord et de l'oxygène présent dans l'air ambiant, grâce à une pile à combustible installée dans la toiture qui produit l'électricité nécessaire à la traction de la rame. Ils ne rejettent que de la vapeur d'eau.

"C'est une étape supplémentaire vers le +zéro émission+ dans le transport public ferroviaire", a relevé Christophe Fanichet, le PDG de SNCF Voyageurs.

Lire aussi : Déjà plus de 70 projets d'hydrogène vert en France

Près de 1.100 TER utilisent actuellement du diesel, dont la SNCF veut se débarrasser d'ici à 2035. La compagnie teste également diverses formules utilisant des batteries et des carburants "verts" comme le colza.

Lire aussi : Hydrogène : le train se convertit aussi, l'avion y réfléchit sérieusement

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/04/2021 à 12:37 :
avec les train a hydrogene stop a l'electrification des lignes
comme la ligne paris bale devient innutile
a écrit le 08/04/2021 à 23:02 :
La SNCF étant pauvre, c'est donc l'Etat qyu paye la note, c'est-à-dire l'impôt, c'est-à-dire les contribuables dont la majorité ne peut pas prendre le train faute de voie (inutilisable ou supprimée).
a écrit le 08/04/2021 à 15:52 :
Les trains ne rejettent rien... Juste de la vapeur d'eau !
C'est formidable c'est l'avenir ? Bin pas tout à fait. On a tous appris au lycée le miracle de l'électrolyse de la flotte 2H²+O² -> 2H²O, un carburant inépuisable pour l'éternité ?
Si l'hydrogène est un combustible, il faut bien comprendre que ce n'est pas une source d'énergie pour nous, sur Terre parce qu'il n'y en a pas et nous devons donc la produire (C'en est une pour le soleil, mais pas pour nous).
Pour l'instant, on ne sait pas encore faire une fusion à froid et recombiner l'hydrogène en hélium, ou produire de l'hydrogène consommable sans dépenser plus d'énergie que l'on en produit !! En fait, chaque m3 d'hydrogène pour faire le plein de ces trains, c'est juste de l'électricité et du gaz, et donc des rejets de CO².
Dans le meilleur des cas (10%), on utilisera l'électrolyse pour produire de l'hydrogène à partir d'électricité qu'on espère nucléaire, solaire, éolienne ou hydraulique. La production d'électricité est majoritairement avec du charbon (40% dans le monde) et c'est la source principale des émissions de CO² dans le monde.
Dans le pire des cas (90%), l'hydrogène est fabriqué par reformage à la vapeur haute température du méthane ce qui est beaucoup moins cher car beaucoup moins énergivore, mais en revanche, c'est extrêmement polluant en CO, en CO², et en NOx et dangereux : le dihydrogène est explosif et très inflammable.
Pour conclure, utiliser des trains à pile à combustibles au lieu de trains diesels, ne veut pas dire qu'on va juste émettre de la vapeur d'eau !
La production d'hydrogène ACTUELLE c'est 1 milliard de tonnes de CO2 rejetées dans l'atmosphère par an soit 3 fois les rejets de CO² de notre pays (320Mt)
En clair, l'Hydrogène n'est qu'un moyen très polluant de stocker de l'électricité produite à 40% avec du charbon, c'est pas super forcement super intéressant pour l'écologie, mais l'idée est tellement à la mode niveau marketing que les compagnies vont se bousculer pour en acheter et pouvoir mettre sur leur plaquette publicitaire et la façade de leurs trains "Zéro Emission". Une usine à gaz de plus...
Réponse de le 08/04/2021 à 21:18 :
Vive le marketing ! 😄 J'ai l'impression que les gens ont un peu oublié comment on produit l'hydrogène. Mais oui, c'est à la mode, comme de dire que la privatisation rendra les choses moins chères. Pourtant, elle est en marche, et je peux vous dire que c'est loin d'être le cas car le fractionnement des voyages que cela engendre provoque une augmentation des prix. Alors désolée Mr Rottnet du Grand Est, mais vérifiez vos dires avant de les publier n'importent où. En fait, il faudrait pouvoir récupérer le CO2 pour en faire une énergie et là, oui peut-être serait-elle propre.
a écrit le 08/04/2021 à 15:17 :
C'est bien , encore un petit effort, prenons de l'hydrogène gris et séquestrons le CO2 coproduit et on aura un hydrogène vert foncé et de plus une efficacité énergétique globale qui renverra les moteurs thermiques au musée ; cerise sur le gateau on va résoudre en parallèlle la question du réchauffement climatique.
a écrit le 08/04/2021 à 14:11 :
Ca aurai pu être une belle annonce, si Alstom France ne voulait pas dire General Electrics.
Réponse de le 08/04/2021 à 14:18 :
Non le secteur rail n’est pas américain
Renseignez vous
Réponse de le 08/04/2021 à 14:25 :
Alstom à vendu sa division turbine à GE, qui s'appelle GE, pas "Alstom France".
Alstom s'est recentré sur le ferroviaire, et avec le produit de la vente des turbines à pu acheter la division rail de Bombardier.
Réponse de le 08/04/2021 à 14:25 :
Il vaut mieux se renseigner avant de dire des bêtises. Et pourtant c'est si facile de se renseigner aujourd'hui. Comment émettre un jugement crédible sur l'économie ou la stratégie industrielle ou financière sans un minimum de données factuelles ? Alsthom n'a rien à voir avec General Electric. Son premier actionnaire est certes étranger - Electricité du Quebec avec environ 18% ) et avec un flottant de 33%.
a écrit le 08/04/2021 à 12:17 :
Reste plus qu'a inventer l'hydrogène propre en quantité suffisante.

Ca aurai peut être été plus simple de garder du diesel électrique et électrifier massivement les lignes.
a écrit le 08/04/2021 à 11:35 :
Bonjour, pourriez vous perdre cette habitude d'écrire les nombres avec un point comme séparateur de millier.
Chez les anglo saxons on utilise la virgule 100,000, en suisse l'apostrophe 100'000 et en France un espace 100 000
Nulle part on utilise le point, 100.000 ne correspond à rien. (le point est utilisé chez les anglo-saxons comme chez nous la virgule).
a écrit le 08/04/2021 à 11:32 :
La pile à combustible existe depuis plus d'un siècle: c'est une technologie formidable si on ne cherche pas trop à approfondir. A première vue : oxygène + hydrogène donne électricité + eau: sauf qu'il est nécessaire de transformer les molécules utilisées en ions qui peuvent se alors se recombiner et donner de l'eau et de l'électricité; or cette opération nécessite des catalyseurs à base de platine: ce qui peut poser quelques problèmes et explique le développement limité jusqu'à présent d'une technique très ancienne.
De plus il est important de voir soit comment l'hydrogène est obtenu par cracking ou par hydrolyse. Pour l'hydrolyse le problème du rendement est crucial et globalement faible: ce qui conduit pour l'instant à des coûts prohibitifs.
Réponse de le 08/04/2021 à 14:29 :
L'hydrogène n'est pas produit par hydrolyse mais par électrolyse. Ce n'est pas du tout la même chose.
a écrit le 08/04/2021 à 10:51 :
Il ne s'agit que d'opérations pilotes qui ont le mérite de permettre le test en grandeur nature de cette technologie. "En finir avec les locomotives diesel" ... ce n'est pas pour tout de suite car la route est encore très longue et semée d'embuches pour que la filière de mobilité à hydrogène soit à la fois plus vertueuse (empreinte carbone) et économiquement viable par rapport à la filière "pétrole". La déclaration du PDG de SNCF voyageurs sur le "zéro émission" c'est du pur bla bla de technocrate surtout si on ne précise pas comment est produit l'hydrogène (eh oui car l'hydrogène n'est pas une énergie primaire !!). Rappelons aussi que l'empreinte carbone doit prendre en compte tout le cycle de vie de la filière (construction des équipements, exploitation, production de l'hydrogène, déconstruction et recyclage) et donc le zéro émission n'est qu'un mirage journalistique.
a écrit le 08/04/2021 à 10:39 :
Effectivement c'est la SNCF qui commande dans le cadre d'un contrat cadre avec Alstom mais le plus important c'est de dire que c'est les REGIONS QUI PAYENT.
La SNCF est un abime sans fond pour les l'état, les régions, et au final les français.
Qui osera traiter le problème ? L ensemble des coûts (déficit, subvention, retraite, avantages divers payés par la collectivité est estimé à 15 milliards par an,
Imaginez cet argent versé aux Hopitaux.
Réponse de le 08/04/2021 à 11:25 :
La SNCF est certes un gouffre financier, c'est de notoriété publique avec une productivité en dessous de tout ... mais là en occurrence, pour mener des opérations pilotes sur la mobilité ferroviaire basée sur hydrogène, si on ne fait pas appel à la SNCF, à qui fait-on appel. Certes c'est le contribuable qui va payer mais comme il s'agit de tester des solutions potentiellement intéressantes pour l'avenir on ne peut pas ne rien faire en commençant à évoquer des critères économiques. Pour l'instant on évalue la faisabilité n'est-ce pas !
Réponse de le 08/04/2021 à 11:29 :
La SNCF est certes un gouffre financier, c'est de notoriété publique avec une productivité en dessous de tout ... mais là en occurrence, pour mener des opérations pilotes sur la mobilité ferroviaire basée sur hydrogène, si on ne fait pas appel à la SNCF, à qui fait-on appel. Certes c'est le contribuable qui va payer mais comme il s'agit de tester des solutions potentiellement intéressantes pour l'avenir on ne peut pas ne rien faire en commençant à évoquer des critères économiques. Pour l'instant on évalue la faisabilité n'est-ce pas !
a écrit le 08/04/2021 à 10:35 :
Le ferroviaire a toujours un couts disproportionné par rapport à la route (du fait que les infrastructures routières sont en parties gratuites). Il y a un problème de fond, car le tout voiture/camion n'est pas possible (parking, routes, pollution) et le ferroviaire n'est pas vraiment rentable. Pour les marchandises c'est environ 0,22€/tonne pour les deux pour 350km, mais le routier dessert plus finement rendant le cout final plus faible, malgré les incitations sur ferroviaire; pour le transport de passager, voyager a deux coute toujours moins cher en voiture (souvent plus rapide et permet le transport de charge) pour environ 0,36-0,55€/km (entretien et assurance comprise pour le nombre de passager que eut accueillir la voiture) contre 0,18€-0,44€km en train + transfert jusqu'aux gares (pour la voiture).
Innover et se projeter dans ce statut quo est vraiment un casse tête, encore plus dans un monde de mobilité.Je n'arrive pas a voir l’intérêt de cette innovation (qui est un tour de force industriel et technologique, bravo!). J'ai du mal à imagine que c'est la conso de diesel des trains qui pollue le plus et qui nous rend dépendant outre mesure des pays du Golfe.
La réflexion est peut-être a poser sur la mobilité "contrainte" (travail, étude, santé, ...) de la mobilité choisie (voyage, voir ds proches, ...).
Réponse de le 08/04/2021 à 11:55 :
Pour l'instant le sujet H2 est "à la mode"& le gouvernement pour lutter contre le covid19 s'est empressé de parler "écologie".

Plus sérieuse, sans faire le relai d'opinion, il devient d'utilité publique de1/réindustrialiser la france 2/ s'affranchir du pétrole dans le plus de domaine possible 3/d'étre capable de réduire les émissions de CO2 (ici l'empreinte des camions).

Comme à priori ce sont les régions qui financent, à suivre en paralléle la "réactivation" de l'écoTaxe régionalisée.

Et oui c'est une action initiatrice, à suivre en fait qui fait produire le H2 non Pétrolier.

Cdt
Réponse de le 08/04/2021 à 11:55 :
Pour l'instant le sujet H2 est "à la mode"& le gouvernement pour lutter contre le covid19 s'est empressé de parler "écologie".

Plus sérieuse, sans faire le relai d'opinion, il devient d'utilité publique de1/réindustrialiser la france 2/ s'affranchir du pétrole dans le plus de domaine possible 3/d'étre capable de réduire les émissions de CO2 (ici l'empreinte des camions).

Comme à priori ce sont les régions qui financent, à suivre en paralléle la "réactivation" de l'écoTaxe régionalisée.

Et oui c'est une action initiatrice, à suivre en fait qui fait produire le H2 non Pétrolier.

Cdt
a écrit le 08/04/2021 à 10:30 :
Reste à savoir pourquoi des lignes ne sont pas électrifiées...
Le nucléaire n'émettant pas plus de CO2 que l'H2
a écrit le 08/04/2021 à 9:52 :
L'accident du fait d'une explosion est absolument interdite même une seule fois, qu'ils y réfléchissent sérieusement, sinon c'est une excellente idée mais qui ne peut pas être confiée à n'importe qui.
a écrit le 08/04/2021 à 9:21 :
c'est marrant les deux ont été privatisé il y a peu par macron , du coup nous avons donc a l'idée que les coûts d'innovations et de constructions seront pour l'état, et la profitabilité pour les actionnaires privés!!

Trop fort le capitalisme énarchique !
Réponse de le 08/04/2021 à 9:54 :
Regarde la pollution du diesel plutôt que le capitalisme un peut borné le gars !!!!!
Réponse de le 08/04/2021 à 10:52 :
@ Charli, "Regarde la pollution du diesel plutôt que le capitalisme " il en va de même pour les solutions alternatives.... lithium, graphite, cobalt, cuivre, et autres métaux lourds et rares, et une petite question soit dit en passant comment est obtenu l’hydrogène ? les solutions soient disant vertes ne le sont peut être pas en définitive ? Quand les industriels sont aussi prompt a changer de techno.... c'est qu'ils y trouvent leurs comptes malgré la demande ridicule !!
Réponse de le 08/04/2021 à 14:36 :
Ah bon, depuis quand Alsthom était il propriété de l'état ? Raconter un mensonge ou une ignorance à longueur de journée n'en fait pas une vérité.
Réponse de le 08/04/2021 à 17:08 :
De quelles privatisations parlez vous ???
Réponse de le 08/04/2021 à 19:57 :
Pour tototiti et borninzelimousin

Oui effectivement ce n'est pas une entreprise privée, cependant il me semble que l'état y a injecté de l'argent, y a pris des commandes du coup oui effectivement si on l'appelait une entreprise française.

Pour ce qui concerne la scnf, je vous renvois vers le changement de statuts de l'entreprise début 2020.

Macron fut celui qui fit le deal il y a quelques années avec général éclectrique !

on peut demander a Jérôme Pécresse?

"quand Jérôme Pécresse supprime les emplois de la région de Valérie... Pécresse"

C'est pas beau la vie !!

Donc question politique? a mon avis oui

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :