Rebond du Covid : Ryanair baisse ses capacités 20%, Easyjet ferme trois bases aéroportuaires

 |  | 429 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Ralph Orlowski)
Mauvaise nouvelle pour le transport aérien. L'impact sur les réservations de la recrudescence des contaminations de Covid-19 en Europe et de la mise en quarantaine au Royaume-Uni des passagers en provenance de plusieurs pays européens contraint Ryanair à réduire de 20% ses vols prévus en septembre et octobre. Dans le même temps, Easyjet a annoncé la fermeture de trois bases aéroportuaires au Royaume-Uni, celles de Londres-Stansted, de Londres-Southend et de Newcastle.

Elles ont beau avoir davantage d'atouts pour sortir plus rapidement de la crise que les grandes compagnies classiques, si les passagers ne veulent pas ou ne peuvent pas voyager, les grandes compagnies low-cost seront évidemment touchées comme les autres. Annoncées ce lundi par Ryanair et Easyjet, les mesures de réduction de capacités l'attestent. Et jettent à nouveau un coup de froid sur l'ensemble du transport aérien européen.

Lire aussi : Reprise : pourquoi les compagnies de "hub" sont désavantagées par...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/08/2020 à 9:30 :
Déjà que cette économie reposait sur la subvention publique actuellement elle n'a plus aucune crédibilité.
a écrit le 19/08/2020 à 9:09 :
Durant la première décennie ds année 2000 je prenais easy- jeu pour voyager en Europe .... maintenant ça fait 8 ans que je voyage plus en avion mais en train moins polluant ,plus exotique et n ayant pas le meme type de tourisme et touristes Les destinations non accessible pas ce moyen de transport ne m intéresse plus ....
a écrit le 18/08/2020 à 11:53 :
Si Ryanair et les autres compagnies "bas-coûts/bas-prix" pouvaient toutes disparaître ce serait une bonne chose. Elles maltraitent leurs personnels, imposent leurs conditions léonines aux aéroports secondaires, génèrent une gigantesque pollution, font voyager des hordes d'individus mal éduqués qui détruisent leurs destinations de séjour.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :