Transports scolaires : en panne de chauffeurs, le réseau breton recrute en urgence

La flambée des cas positifs ou cas contacts au Covid-19 désorganise un peu plus le réseau des transports scolaires. Le 6 janvier, la région Bretagne a lancé un appel afin de trouver 170 chauffeurs pour son réseau de cars scolaires et interurbains BreizhGo. Au niveau du territoire, ce sont plus de 500 postes qui sont à pourvoir dans ce secteur. Beaucoup d’anciens salariés ont décidé de changer de métier.

4 mn

Depuis de longs mois déjà, la région Bretagne fait face à une pénurie de personnels dans les transports scolaires et interurbains de son réseau BreizhGo. Ce phénomène est accentué aujourd'hui par la flambée du variant Omicron. Au niveau régional, il manque 540 chauffeurs.
Depuis de longs mois déjà, la région Bretagne fait face à une pénurie de personnels dans les transports scolaires et interurbains de son réseau BreizhGo. Ce phénomène est accentué aujourd'hui par la flambée du variant Omicron. Au niveau régional, il manque 540 chauffeurs. (Crédits : Région Bretagne-Jérôme Sevrette)

Avis aux chauffeurs avec permis D : la région Bretagne recrute dans le transport scolaire. Le conseil régional a lancé le 6 janvier en urgence, quelques jours après la rentrée scolaire, un appel à candidatures afin de pourvoir 170 postes sur son réseau BreizhGo. Avec la flambée des cas positifs au Covid-19 et des cas contacts, le planning des bus est un peu plus désorganisé et fortement perturbé par l'absence de chauffeurs.

Huit jours après cet appel d'urgence, et l'ouverture d'une adresse (recherche.chauffeurs@bretagne.bzh) sur laquelle envoyer son curriculum vitae, 150 candidatures ont été reçues, précise le Conseil régional à La Tribune.

Une pénurie qui dure depuis plusieurs mois

41 personnes disposent déjà du permis D et donc peuvent conduire un car scolaire. Les autres vont avoir la possibilité de suivre, dans les jours ou semaines à venir, une formation pour le passer et se former au métier de « conducteur ou conductrice de transport en commun sur route ».

Le relais est pris par la cellule emploi/formation de la Fédération nationale des transports publics Bretagne (FNTV) qui reprend contact avec chacun des 150 candidats. La Région, de son côté, financera la formation des nouveaux conducteurs (environ 140 parcours de formation par an en moyenne).

« Depuis de longs mois déjà, la région Bretagne doit faire face à une pénurie de personnels dans les transports scolaires et interurbains de son réseau BreizhGo. Ce phénomène est accentué aujourd'hui par la flambée du variant Omicron qui n'épargne pas les conducteurs, cas Covid ou cas contacts. Nous avons un manque de 540 chauffeurs à l'échelle régionale dans ce secteur d'activité, tous transports de passagers confondus » avait indiqué Loïg Chesnais-Girard, le président de la Région, lors du lancement de cette campagne de recrutement.

Revalorisation des salaires

Pour inciter les personnes intéressées à sauter le pas, il avait précisé que cet emploi, « pourrait voir ses conditions d'embauche et de salaires revalorisées, compte-tenu des négociations actuelles avec FNTV ». Ces augmentations pourraient passer par un co-financement régional.

Si la crise sanitaire amplifie le phénomène, elle n'est pas seule cause. Des horaires contraignants et une rémunération peu attractive explique ce déficit. « Il y a aussi une réorganisation dans la vie des gens. Nous voyons bien que certaines personnes qui travaillaient dans le transport scolaire ont changé de métier », ajoute l'élu. « Ils ont trouvé d'autres employeurs dans cette période où l'économie est très dynamique. Nous avons donc des trous dans notre carte ».

Des lignes perturbées

Le phénomène n'est pas propre à la Bretagne où plus de 95% du plan de transport était encore assuré la semaine dernière mais la situation s'est encore dégradée en Ille-et-Vilaine, avec dix lignes perturbées.

En pratique, les absences de dessertes et les arrêts se multiplient et pas seulement dans la région rennaise, mais aussi en Finistère et Côtes d'Armor. Le Morbihan étant plus épargné.

La semaine dernière, la ligne BreizhGo 2 assurant la liaison Saint-Fréhel-Saint-Brieuc n'a pas été assurée, tout comme la ligne Lamballe La Vollée pour les établissements de Pléneuf Val André. Quant aux services scolaires, Caulnes - Dinan, ils n'ont pas fonctionné le soir sur l'ensemble de la semaine.

100.000 élèves transportés par BreizhGo

La situation n'est pas simple à anticiper pour les familles, surtout lorsqu'elles sont prévenues la veille pour le lendemain. La Région affirme que le plan de transport avec les différentes entreprises de transport a été adapté, certains services ont fusionné et quelques circuits ont été supprimés momentanément.

Pour les dessertes scolaires, les familles sont informées par SMS quand c'est possible. Responsable des transports scolaires dans les 4 départements bretons, le Conseil régional transporte chaque jour à l'école près de 100.000 élèves, principalement des collégiens et des lycéens. 2.000 cars parcourent ainsi 160.000 km chaque jour dans 1.000 communes bretonnes.

Redoutant que les absences de chauffeurs n'augmentent encore dans les semaines à venir, la Région a préféré anticiper. « Notre responsabilité est de garantir la continuité des services publics » a rappelé Loïg Chesnais-Girard. « Et cette campagne de recrutement peut nous y aider ».

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 14/01/2022 à 16:33
Signaler
Super, avec leurs mesures sanitaristes à la noix, ils découragent les gens de travailler. Y-a pas à dire, on est des champions en France

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.