Turkish Airlines, un danger plus fort qu’Emirates pour Air France ?

 |   |  807  mots
(Crédits : © Osman Orsal / Reuters)
Devant la presse française, le directeur général de Turkish Airlines a dévoilé ses objectifs de croissance à 2023. Selon lui, la compagnie aura doublé de taille à cet horizon en transportera 120 millions de passagers.

Pendant qu'aux Etats-Unis et en Europe les compagnies aériennes et les politiques se focalisent sur la "menace" des compagnies du Golfe, Turkish Airlines, un danger au moins aussi important pour les opérateurs comme Air France-KLM ou Lufthansa, continue sa folle croissance, dans la plus grande discrétion.

 Hausse des capacités de 16% en 2015

La compagnie turque, qui donnait jusqu'ici des objectifs de croissance jusqu'en 2021 pousse désormais l'exercice jusqu'en 2023. Et l'ambition est toujours aussi forte puisque Turkish Airlines veut doubler de taille d'ici 2023 par rapport à 2015. C'était déjà son objectif en 2013 pour 2021, mais la base de comparaison est beaucoup plus forte aujourd'hui car, après une hausse de capacités de 16% en 2014, Turkish Airlines entend croître dans les mêmes proportions en 2015 et transporter 63,2 millions de passagers cette année (+16%).

«En 2023, nous tablons sur un trafic 120 millions de passagers », a indiqué ce lundi à Istanbul, Temel Kotil, le directeur général de la compagnie turque depuis 10 ans, à quelques journalistes français.

Le chiffre d'affaires devrait lui aussi doubler, à 24 milliards de dollars en 2023. A ce moment la flotte devrait dépasser les 450 appareils contre 293 d'ici à fin 2015, une année durant laquelle la flotte aura grossi d'une trentaine d'avions par rapport à 2014.

Enorme carnet de commandes

Une croissance que la compagnie a, en grande partie préparée. 235 appareils, essentiellement des appareils court et moyen-courriers, Airbus de la famille A320 ou B737. Alors que son réseau est déjà le plus important en nombre de destinations internationales (226, Turkish Airlines veut mettre à profit la hausse de ses capacités pour augmenter la fréquence de ses vols sur les lignes existantes, en Afrique notamment, où elle dessert déjà 46 villes.

Selon de nombreux professionnels du secteur, Turkish Airlines est encore dangereuse que les compagnies du Golfe. Ceci pour plusieurs raisons. La situation géographique de son hub d'Istanbul est considérée comme encore plus avantageuse que celle d'Abu Dhabi, Dubai ou Doha entre l'Europe et le Golfe mais aussi l'Inde, l'Asie, et l'Afrique de l'est et l'océan indien. Temel Kotil ne dit pas le contraire : «Istanbul est mieux située», fait-il valoir.

Situation géographique idéale

A seulement trois heures de vols de la France, elle peut en effet alimenter son hub à moindre frais, non pas avec des avions long-courriers, comme le font les compagnies du Golfe, mais avec des appareils de la famille A320 ou B737, moins chers.

«Ces appareils couvrent 75% de nos destinations internationales», explique Temel Kotil.

Surtout, disposant d'accords de ciel ouvert avec un grand nombre de pays européens, la compagnie turque dispose au départ d'Istanbul d'un réseau en Europe autrement plus conséquent que celui des transporteurs du Golfe au départ de leur hub respectif. Un atout de taille pour capter la clientèle asiatique voulant se rendre en Europe explique Temel Kotil. Des accords qui traduisent l'importance des flux de trafic entre l'Europe et la Turquie, du fait de la taille du marché turc, du dynamisme de son économie (au moins jusqu'ici) et de son potentiel touristique.

"Les subventions sont un poison"

Contrairement à certaines compagnies du Golfe, Turkish Airlines ne fait pas l'objet de suspicions sur l'opacité de ses comptes. La compagnie turque est une entreprise privée depuis 2006, cotée en Bourse. Pas de souci a priori de mesures « protectionnistes » à son encontre comme certains tentent de le faire avec les transporteurs du Golfe accusés de concurrence déloyale par certaines compagnies européennes et américaines en raison des soutiens directs ou indirects (faiblesse des redevances aéroportuaires notamment). « Les subventions sont un poison », a-t-il expliqué.

Lundi, Turkish Airlines a publié un résultat opérationnel de 18 millions de dollars au premier trimestre et un bénéfice net de 153 millions de dollars. La compagnie est chaque année bénéficiaire depuis 2002.

Ouverture du nouvel aéroport en octobre 2017

Pour accompagner sa croissance, Temel Kotil compte sur le troisième aéroport d'Istanbul, appelé à être l'un des plus importants de la planète avec une capacité de 150 millions de passagers annuels. Selon, le directeur général de Turkish Airlines, la première tranche de cet aéroport colossal devrait ouvrir en octobre 2017 avec une capacité d'accueil de 70 millions de passagers.  Un calendrier qui fait sourire certains experts aéroportuaires.

"Nous avons besoin d'un grand aéroport. Avec lui, Istanbul va devenir la ville de la planète la mieux reliée au reste du monde", poursuit-il, "les grands hubs se développent mais à part Istanbul, aucun n'existe en Europe", a-t-il déclaré.

Côté flotte, Temel Kotil n'a pas semblé favorable à l'achat d'A380, alors que les discussions avec Airbus durent depuis des années. "C'est un bel avion mais aucune décision n'a été prise. Sur nos lignes, les bimoteurs sont très bien adaptés", a expliqué Temel Kotil.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2015 à 4:35 :
Bcp de différence dans le service et l'équipement entre les vols européens et ceux desservant l'Afrique; en février 2013, un 737 pas très propre desservant Ougadougou avec une escale à Niamey à laquelle embarquent les passagers qui vont repartir sur Istanbul via Ougadougou. Donc ce même avion fait un cercle (enfin un ovale vu le trajet) sans autre temps d'arrêt que 2 escales. Maintenance ? Un coup de balayette et ramassage des ordures avec les passagers embarqués à Niamey qui restent à bord pendant l'escale de Ouaga. On espère que l'équipage a changé mais pas certaine. Car quand j'ai repris le vol en sens inverse de Ouaga retour 2 mois plus tard l'équipage qui était dans l'avion semblait pas mal fatigué, alors n'était visiblement pas monté à Ouaga. Quid des pilotes? Avion pas propre, repas immangeable et pas une goutte de bière ni à l'aller ni au retour. "Nous sommes un pays musulman et nous allons vers des pays musulmans" fut la réponse . Euh pas vu bcp d'interdiction de consommation d'alcool à Ouaga et bien entendu rien de ce genre sur les vols intra européens ou intercontinentaux. Mais vols pleins dans les 2 sens et visiblement de plus en plus de Turcs allant travailler sur des chantiers africains. Depuis Turkish arrive aussi à Montréal
a écrit le 13/05/2015 à 15:37 :
Et vous êtes assez naïfs de croire que l'Etat Turc ne subventionne pas la compagnie ? Vu combien il met dans l'aéroport ... Nous en France on vend nos aéroports aux Chinois.
Réponse de le 24/05/2015 à 9:58 :
Heuuuu l'aéroport Atatürk d'Istanbul base de Turkish Airlines est géré par TAV qui est une filiale d'ADP (Aéroport De Paris).
Réponse de le 28/06/2015 à 12:25 :
TAV est une société privée et elle n'est pas une filiale d'ADP. ADP détient une participation de l'orde de 36 %.
a écrit le 12/05/2015 à 20:33 :
AF c'est la SNFC de demain , la compagnie a profité de son monopole avant les années 2002 en ce comportant comme des rentiers du XVIII sans investir pour être compétitif et ce sera pareil pour la SNCF si d'autres entreprises entre sur le marché.
a écrit le 12/05/2015 à 19:05 :
De quoi inciter les syndicats de pilotes A.F à refaire une grève trois mois, qui a plongé A.F dans le déficit.
a écrit le 12/05/2015 à 17:33 :
Bruxelles- Istanbul- Tokyo en Octobre 2014 sur Turkish. Très bien même en classe économie.
Nourriture de qualité sur le tronçon Europe-Turquie et idem sur le tronçon Turquie- Japon.
Les FA sont serviables et le repas copieux et variés. Iles offrent même une boite confort sous la forme d'un trousse à stylo en métal. Le seul bémol c'est l'aéroport d'Istanbul, cela fait un peu bazar mais nous sommes déjà en orient. Certes AF peut avoir peur car les prix sont compétitifs . Pour aller aux USA en Octobre je vais prendre Türksib même si je dois faire le détour via Istanbul....car côté prix et service c'est top notch comme disent les Américains.
Réponse de le 12/05/2015 à 17:55 :
Donc, si l'on comprend bien, vous êtes un touriste, qui fait 2 longs courriers par an. Une fois vers Tokyo (la route directe passe par la Sibérie...). Une fois vers les USA, et là, vous allez vous faire plaisir de rajouter 6h de vol, tout en repassant au dessus de chez vous. Tout ça pour économiser quelques EUR... effectivement, avec des clients comme vous, les "historiques" qui (avec leurs alliés) offrent une dizaine de vols directs Europe/NY par jour, ont du souci à se faire...
Réponse de le 12/05/2015 à 19:17 :
Je prends l'avion 4 à 5 fois par an et souvent je voyage sur Emirates, United vers les USA mais cette compagnie est merdique, parfois Lufthansa mais plus depuis qu'il font payer les sièges en économie et vers le Japon et l'Australie je voyage sur Turkish et ANA et Emirates. Eh oui, un weekend à Istanbul pour des centaines d'euros en moins....AF-KLM? leurs prix ne sont pas compétitifs depuis Paris.. vaut mieux partir de Bruxelles et on gagne souvent entre 250 et 300 euros sur le billet, de quoi se payer premium economy...mais j'avoue j'ai un faible pour les compagnies citées plus haut et cela ne me pose aucun problème! Et ce qui est génial c'est que Emirates , Turkish et... proposent des aller simples alors que AF matraque le client avec un billet "Y" plein tarif en AS....j'ai donné.
Réponse de le 15/05/2015 à 10:20 :
réponse à : pm
la route directe passait , pour Air France par Anchorage , .il y a qq decenies , Air France qui , à l'époque n'avait pas droit à l'escale de Moscou .
a écrit le 12/05/2015 à 13:07 :
J'ai pris turkish airlines, c'est nickel on est dans les mêmes standards que Singapour Airlines Ou Emirates contrairement à ce que dit mon précédent le collègue ! Voir le dernier classement skytrack ! Numéro 1 en Europe ! A air France de réagir et non de subir !
a écrit le 12/05/2015 à 10:13 :
J'ai pris une paire de fois Turkish, et c'est loin d'être au niveau d'Emirates ou Singapore ou même AF ou LH. C'est surtout LH qui risque de se faire cannibaliser, car ils font partie de Star tous les deux.
Réponse de le 12/05/2015 à 13:27 :
Désolé moi qui est utilisé KLM, LH, AF, Turkish , et la plupart des compagnies europénnes, nous ne pouvont pas comparer ces compagnies avec la compagnie turc qui a été élue 4 fois de suite meilleur compagnie europénne.Cependant nous ne pouvont pas comparer Emirates et Turkish Airlines, la compagnie arabe est largement au dessus.
a écrit le 12/05/2015 à 9:23 :
Faudrait déjà qu'ils fasse de gros efforts sur les conditions de travail pour avoir les naviguants a mettre dans leurs avions. Les gens ne restent pas longtemps là-bas... Les offres d empois pour eux foisonnent sur le web.
Réponse de le 12/05/2015 à 21:53 :
vous avez vecu combien d'ans en Turquie pour parler comme ça ?
Réponse de le 13/05/2015 à 16:46 :
Clou a raison, le plus gros challenge de Turkish sera de trouver des pilotes. Il y a un gros turn over et juste de quoi gréer les vols. Accroître leur flotte passera par améliorer nettement les conditions de travail.
Je peux vous l'affirmer car je travaille dans ce secteur bien que je n'ai jamais vécu en Turquie.
Réponse de le 13/05/2015 à 23:17 :
Vous êtes complètement à côté de la plaque. Les formations et les masterclass liés à l'aéronautique et au métier aériens ont augmenté, la demande justement est de plus en plus forte les jeunes turques étudiants en aeronotique sont davantage motivé avec ces projets très ambitieux.
Réponse de le 14/05/2015 à 10:16 :
Vous rigoler ou quoi ? Trouver des bons pilotes ? La plus part des pilotes de chez turquis airmines ce sont des vétérans quoi , la plus part sont des anciens pilote chasse!! Ils sont largement meilleur que les commandant d'europe ca c'est claire !
a écrit le 12/05/2015 à 9:15 :
Les petits malin d'air-france n'ont qu'a bien se tenir.
a écrit le 12/05/2015 à 8:50 :
C'est bonne chose pour Europe
Lès Turques travail dans le s'élance.
Pas comme nous que de la comme
Réponse de le 14/01/2016 à 16:28 :
Excès de raki ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :