XL Airways : un repreneur manifeste son intention de racheter

 |   |  492  mots
Souhaitant se désengager du transport aérien qui ne constitue pas leur coeur de métier, la quarantaine d'actionnaires actuels de XL Airways a décidé de s'engager dans ce processus de cession.
Souhaitant se désengager du transport aérien qui ne constitue pas leur coeur de métier, la quarantaine d'actionnaires actuels de XL Airways a décidé de s'engager dans ce processus de cession. (Crédits : DR)
Ce mercredi 21 août, à l'occasion d'une assemblée générale convoquée en pleine période estivale pour examiner la situation de XL Airways, les actionnaires de sa maison-mère, DreamJet Participations (également propriétaire de La Compagnie), ont pris connaissance d'une lettre d'intention pour l'achat de tout ou partie de XL Airways envoyée avant l'AG par un repreneur potentiel. La compagnie va jouer cette carte et s'engouffre dans un processus de cession.

En difficulté financière, XL Airways (600 salariés, un million de passagers transportés) n'a pas rendu les armes. Bien au contraire. Son avenir pourrait passer sous la coupe de nouveaux actionnaires, comme cela a souvent été le cas depuis une dizaine d'années.

Selon nos informations, ce mercredi 21 août, à l'occasion d'une assemblée générale convoquée en pleine période estivale pour examiner sa situation, les actionnaires de DreamJet Participations, maison-mère de XL Airways (et de La Compagnie) ont pris connaissance d'une lettre d'intention (Letter of Intent ou LOI) pour l'achat de tout ou partie de XL Airways, envoyée peu avant l'AG. Elle émane de l'un des deux candidats (une compagnie aérienne européenne et un fonds d'investissement) pour cette opération avec qui la direction menait des discussions. Selon nos sources, il s'agit du candidat industriel. Mais aucun nom n'a été communiqué à l'AG.

XL doit aller vite

Souhaitant se désengager du transport aérien qui ne constitue pas leur coeur de métier, les actionnaires actuels de XL Airways (ils sont au nombre d'une quarantaine - des familles ou des particuliers) ont décidé de s'engager dans ce processus de cession et vont jouer cette carte à fond. Si les négociations aboutissent, le repreneur apportera les fonds nécessaires au maintien de l'activité de la compagnie. XL Airways a notamment besoin de plus de 20 millions d'euros pour passer l'hiver, selon un connaisseur du dossier. Échaudés par les quelque 90 millions d'euros déjà engloutis dans La Compagnie lancée en 2014 et dans XL Airways, reprise fin 2016 (La Compagnie a absorbé l'essentiel de cette somme), les actionnaires sont en effet réticents à remettre au pot. Du moins les quatre plus gros (60% du capital) qui ont participé, seuls, aux différentes opérations de renflouement. Pour autant, en cas d'échec de la cession de XL, la question d'une nouvelle recapitalisation se posera.

La compagnie va tenter d'aller vite et espère conclure d'ici à la fin septembre. Pour autant, la prudence est de mise. L'an dernier, la cession à Air France était quasiment acquise, mais elle a été remise en cause par le départ surprise du PDG d'Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac, à l'issue de son référendum perdu sur la question salariale.

5 millions d'euros pour La Compagnie

Les actionnaires de DreamJet Participations entendent en revanche conserver La Compagnie, un transporteur long-courrier 100% classe affaires, qui se dirige vers l'équilibre financier. L'idée est ensuite de la développer par autofinancement, avant d'envisager éventuellement de la céder .

En raison de pépins techniques rencontrés par le B757 positionné sur la ligne Nice-New York, les plus gros actionnaires ont néanmoins dû souscrire à un financement obligataire d'un montant de 5 millions d'euros début août. La sortie de ce B757 devrait d'ailleurs être anticipée à cet automne, avec un an d'avance. L'arrivée d'un deuxième A321neo en septembre est quant à elle confirmée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :