Le transport maritime propose une nouvelle taxe pour financer le passage au zéro carbone

 |  | 401 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : iStock)
Cette taxe fixée à 2 dollars par tonne de carburant, et payée par les transporteurs, permettrait de financer des projets de navires à émission zéro carbone.

Plusieurs organisations internationales du transport maritime proposent de créer un fonds pour l'innovation qui serait financé par une taxe sur le carburant afin de conduire des projets pour réduire l'empreinte carbone du secteur, l'un des plus polluants au monde.

Ces associations d'armateurs, dont la première mondiale Bimco ou encore le World Shipping Council (WSC), suggèrent de créer un organisme indépendant supervisé par des membres de l'Organisation maritime internationale (OMI) et chargé d'investir les fonds prélevés.

A raison de 2 dollars par tonne de carburant qui seraient payés par les transporteurs, le fonds atteindrait 5 milliards de dollars sur 10 ans, ont calculé les signataires. Cette somme serait investie dans des projets de recherche et développement (R&D) "nécessaires pour rendre commercialement viable une flotte de navires à émission zéro carbone au début de la décennie 2030", précise leur communiqué.

"Notre proposition est simple, transparente et réaliste, et nous espérons que les gouvernements nous soutiendrons", a estimé mardi Esben Poulsson, président de l'International chamber of shipping (ICS), lors d'une conférence de presse.

Cette mesure sera soumise aux membres de l'OMI lors du prochain Comité de la protection du milieu marin (MEPC) du 30 mars au 3 avril 2020, en vue d'une mise en œuvre "d'ici 2023".

Les associations de protection de l'environnement réservaient un accueil mitigé à ces propositions: "un fonds de R&D associé à une tarification du carbone (...) est une bonne chose" mais "pour atteindre la cible de réduction des émissions polluantes, nous devons décarbonner les navires et les carburants dès maintenant", a ainsi réagi auprès de l'AFP Aoife O'Leary, de l'ONG Environmental defense fund (EDF).

Le transport maritime représente 3% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, selon l'Institut supérieur d'économie maritime (Isemar), soit davantage que le transport aérien. Il s'est fixé un objectif de réduction de 40% de ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030.

Le secteur est depuis peu dans le viseur de la nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen: lors de la présentation de son "Pacte vert" - sa feuille de route vers la neutralité climatique - mercredi dernier, elle a indiqué souhaiter "revoir" toutes les législations en lien avec le climat, dont celle qui régit le marché du carbone pour y inclure le secteur maritime.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2019 à 10:50 :
Par ailleurs, dans les estimations les plus basses, à savoir celles des assureurs, ce serait plus de 5 containers perdus chaque jour en mer, bien entendu aucun élément concernant les produits perdus ne sont fournis.

LE transport maritime de masse, une aberration totale.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :