Les fermes verticales d'Infarm s'installent dans les magasins français

 |  | 1075 mots
Lecture 6 min.
Les 23 variétés de plantes proposées en France ne contiennent ni de pesticides chimiques ni d'OGM, et sont vendues aux prix du bio.
Les 23 variétés de plantes proposées en France ne contiennent ni de pesticides chimiques ni d'OGM, et sont vendues aux prix du bio. (Crédits : DR)
L'entreprise allemande est désormais présente dans une quarantaine de points de ventes en France. La plupart d'entre eux disposent de micro-fermes propres, afin de vendre des plantes, véritablement, à kilomètre zéro. Comme pour la plupart des fermes verticales, la consommation énergétique et la rentabilité restent toutefois des enjeux problématiques et peu transparents.

Les startups spécialisées dans les fermes verticales s'imposent progressivement dans le paysage français de l'agriculture urbaine. C'est le cas d'Infarm, arrivée d'outre-Rhin il y à moins de deux ans, et désormais bien implantée en région parisienne.

Née à Berlin en 2013, à l'initiative de trois jeunes Israéliens, l'entreprise mise dès le début sur un modèle original: l'implantation de fermes verticales à l'intérieur même des magasins qui en vendent les produits, afin de proposer des herbes aromatiques et des micro-pousses ultra-fraîches cultivées véritablement à kilomètre zéro. Dès 2015, l'enseigne Métro a adhéré au concept dans un magasin berlinois, permettant à l'entreprise de le tester en conditions réelles. Plusieurs levées de fond lui ont en même temps permis de le standardiser, puis de se développer à l'étranger.

Une levée de fonds de 170 millions de dollars

Aujourd'hui, Infarm est présente dans 10 pays: l'Allemagne, le Canada, le Danemark, les Etats-Unis, la France, le Japon, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Suisse, où ses 700 salariés travaillent pour une trentaine d'acteurs de la grande distribution. Une toute récente levée de fonds en série C de 170 millions de dollars, réalisée pendant la pandémie de Covid-19, a porté le financement total de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/11/2020 à 7:46 :
Dans le monde d'avant, honni par Macron et ses adeptes LREM/Modem, on avait un truc bizarre : des fermes horizontales... ça s'appelait des exploitations agricoles.
Réponse de le 02/11/2020 à 8:58 :
IL faut savoir être réaliste, les fermes horizontales ayant massacré la nature et son humanité, peut-être que l'agro-industrie serait moins nocive avec les fermes horizontales non ?

Maintenant j'ai bien peur qu'ils nuisent autant à l'horizontale qu'à la verticale, la nuisance étant sa manière d'être visiblement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :