À Paris, 14.000 mètres carrés pour tester la ferme urbaine et propre du futur

Située sur l'un des toits du parc des expositions de la porte de Versailles, Nature urbaine est destinée à devenir la plus grande ferme urbaine d'Europe. L'objectif est d'expérimenter à plus grande échelle les techniques comme le modèle économique de l'agriculture urbaine.
Giulietta Gamberini

5 mn

(Crédits : DR)

Si on ne voyait pas la tour Eiffel à l'horizon, on ne se croirait même pas à Paris. Avec sa surface de 14.000 mètres carrés, l'immense terrasse du pavillon 6 du parc des expositions de la porte de Versailles, située à la frontière entre la capitale et son périphérique, est déjà à elle toute seule un lieu inédit. L'arrivée depuis quelques semaines d'une ferme urbaine, agrémentée d'un bar-restaurant branché pouvant accueillir 500 personnes assises, accroît l'effet dépaysant.

Gérée par l'entreprise d'agriculture urbaine Agripolis, via sa filiale ad hoc Nature urbaine, la ferme, qui aujourd'hui occupe 4.000 mètres carrés, est destinée à couvrir quasiment toute la terrasse et ainsi à devenir l'une des plus grandes d'Europe. Tomates, fraises, blettes, sauge, menthe, coriandre... une quinzaine de fruits et légumes vont y pousser hors sol. Nature urbaine espère atteindre une production, en période de pointe, de quelques centaines de kilos par jour. Pour sa taille, le projet a donc une importante valeur de démonstrateur, explique Pascal Hardy, fondateur d'Agripolis: il s'agit de tester à plus grande échelle non seulement des technologies "propres" qui ont déjà fait leur preuve dans des fermes de quelques centaines de mètres carrés, mais aussi des débouchés hyper-locaux pour les produits et plus globalement le modèle économique de l'agriculture urbaine.

Nature urbaine

Un modèle permettant de "se déployer partout"

Comme dans les autres cinq fermes réalisées depuis 2016 par Agripolis (en région parisienne et à Bordeaux), celle de la porte de Versailles utilise deux techniques courantes dans l'agriculture urbaine. Les plantes grimpantes comme les tomates sont cultivées en hydroponie, dans des gouttières horizontales: leurs racines baignent en permanence dans un liquide composé d'eau, d'engrais minéraux et d'éléments organiques, explique Pascal Hardy. Les autres plantes sont en revanche cultivées en aéroponie, dans des colonnes verticales vides: le liquide vient alors asperger leurs racines à des intervalles réguliers. Ces cultures hors sol permettent de limiter le poids supporté par le toit à moins de 50 kilos par mètre carré, alors que la charge devrait être supérieure à 300 kg/m2 si on utilisait de la terre.

Nature urbaine

Agripolis assortit ces techniques de technologies propres: un modèle spécifique de colonnes, mais surtout un système de filtration de l'eau qui permet d'en réutiliser 90%, ainsi que des logiciels qui adaptent l'apport en nutriments aux besoins de la plante et en suivent le développement à distance. Dans la conception de ses fermes, l'entreprise utilise aussi des méthodes de "lutte intégrée" contre les parasites, afin d'éviter l'utilisation des pesticides: ainsi, les colonnes de blettes et de fraises sont ponctuées de capucines, qui attire et détourne les pucerons. Gare en revanche aux Led en vogue dans les fermes verticales d'outre-Atlantique, trop consommatrices d'énergie au goût d'Agripolis.

"Nous tâchons de développer un modèle agricole sain et sans impact", résume Pascal Hardy.

Une ambition qui va de pair avec la volonté de réduire les investissements, afin de rentabiliser le modèle et de pouvoir "se déployer partout": en étant au plus près du consommateur, "nous pouvons choisir nos plantes pour leur goût, et non pas en fonction de leur résistance aux transports", souligne-t-il.

L'événementiel "incontournable"

Les végétaux produits à la porte de Versailles seront en effet consommés dans un rayon maximum de cinq kilomètres, calcule Pascal Hardy. Le principal client sera le gérant de restaurants d'entreprise Serenest. Mais les autres acheteurs seront situés à moins de deux kilomètres: un Intermarché, un hôtel, un restaurant de quartier, énumère-t-il. Le plus proche sera le tout nouveau bar-restaurant Le Perchoir Porte de Versailles qui partage le toit du pavillon avec Nature Urbaine.

Lire: Agriculture: la crise conforte le modèle, plus résilient, des circuits courts

Cette proximité, et la possibilité de s'approvisionner ainsi en circuit ultra-court, ont d'ailleurs beaucoup compté dans le choix du Perchoir, qui exploite déjà cinq bars-restaurants sur les toits de Paris, d'ouvrir ce nouvel espace."C'était un atout essentiel non seulement en termes de marketing, mais aussi dans le cadre de notre démarche de développement durable", explique Christophe Talon, associé du groupe, lequel revoit depuis quelques années son offre de plats et boissons afin d'y intégrer davantage de produits locaux et durables.

"Nous comptons utiliser au maximum les fruits et légumes de Nature urbaine, an fonction de l'offre de saison", ajoute Emmanuel Collignon, autre associé du Perchoir.

Malgré un prix des produits "un peu supérieur au conventionnel, bien qu'inférieur au bio", les autres clients de la ferme ont aussi surtout été motivés par les effets positifs sur la réputation d'un approvisionnement ultra-local, témoigne Pascal Hardy.

Pour Nature urbaine, ces ventes représentent néanmoins seulement un peu plus de la moitié du budget provisionnel. Le reste - 42% - doit être assuré par l'événementiel, explique Pascal Hardy, pour qui une telle ressource reste "incontournable" - aux côtés de la recherche de rentabilité - dans le modèle économique encore balbutiant de l'agriculture urbaine. Il y a d'une part les "Carrés parisiens": des espaces potagers assortis d'un service de conseil agronomique, que les riverains peuvent louer pour 320 euros par an. Ils sont déjà un succès: les 130 bacs ont tous été pourvus, malgré le confinement. Mais surtout, il devait y avoir la location de deux espaces dédiés aux entreprises. La crise est malheureusement passée par là, en les laissant pour le moment entièrement vides.

Le perchoir porte de Versailles

Giulietta Gamberini

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 05/07/2020 à 8:41
Signaler
Le ridicule parisien dans toute sa SPLENDEUR

à écrit le 04/07/2020 à 10:57
Signaler
Titre manipulateur qui laisse entendre que la ferme à la campagne est sale et qu'une micro ferme hors sol à Paris intramuros pourrait être l'agriculture du futur et apporter la propreté à un Paris très sale.Voilà la démonstration d'une écologie très ...

à écrit le 03/07/2020 à 17:15
Signaler
1,4 hectare, sur plus d'un demi-million d'hectares dédiés aux fruits et légumes en France: c'est effectivement un test. Mais je crois que ce test posera beaucoup de questions, car on ne verra aucune différence positive physico-chimique avec ce qui es...

à écrit le 03/07/2020 à 16:15
Signaler
En matière de couillonade, je m'y connais ! Et celle là est la plus grosse qu'il m'ait été donné de relever. Grosso modo, dans cette couillonade vont être produit des légumes sur le même modèle que tout ce qui produit sous serre. C'est à dire, sans ...

à écrit le 03/07/2020 à 14:11
Signaler
Si c'est de la permaculture c'est une excellente idée mais qui sera agressée par le lobby agro-industriel, qui tandis qu'ils se permettent de nous inoculer le cancer vont dire que c'est pas bio à cause de la pollution extérieure, et si c'est ce même ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.