L'économie pour les 7 à 77 ans

 |  | 1554 mots
Lecture 8 min.
(Crédits : Les Arènes)
Les bons ouvrages de vulgarisation en économie sont plutôt rares. Dans "Economix" (éditions Les Arènes), le journaliste américain Michael Goodwin relève brillamment le défi. Bestseller aux Etats-Unis, l'ouvrage didactique doit son succès au fait d'être une BD, grâce au talent du dessinateur Dan E . Burr, et au choix de la chronologie historique.

Trouver de bons ouvrages de vulgarisation pour une matière comme l'économie n'est pas chose facile, tant le sujet est polémique aux yeux du grand public. A la décharge de ce dernier, les certitudes assénées par les experts économiques, du moins la grande majorité - et les plus médiatiques - peinent à convaincre. Ainsi, rares sont ceux qui avaient prévu la crise financière mondiale de 2008 ou encore celle de la dette européenne de 2010.

L'économie n'est pas une science comme la physique

Il est vrai que l'économie n'est pas stricto sensu une science, comme l'est la physique, la chimie ou encore les mathématiques. Son objet, qui consiste à expliquer comment les êtres humains s'organisent pour produire, distribuer, échanger et consommer des biens et des services est extrêmement complexe, car renvoyant au fonctionnement général des sociétés. Ce qui explique la diversité des théories et de leurs déclinaisons : mercantilisme, libéralisme, keynésianisme, marxisme...

Ce préambule pour convaincre celui ou celle qui voudrait dépendre moins des prophètes de l'économie et acquérir les rudiments de ce savoir au jargon intimidant  qu'il peut se plonger sans crainte dans l'ouvrage du journaliste et écrivain américain Michael Goodwin intitulé « Economix » dont le sous-titre dit bien le programme : "La première histoire de l'économie en BD".

Un bon équilibre entre texte et images

En effet, Goodwin, frustré de ne pas pas saisir les enjeux d'une matière qui guide une part prépondérante de nos vies quotidiennes, a précisément rédigé son livre - qui lui a pris quelques années de travail - pour y voir plus clair. Comment s'explique la création de richesse, pourquoi les uns possèdent tant et les autres presque rien (et cela ne s'arrange pas en ce moment)? Quelles causes conduisent à des crises qui se transforment de temps en temps en véritables catastrophes, par exemple des guerres?

A toutes ces interrogations et bien d'autres, l'ouvrage répond et tient ses promesses - c'est un best-seller outre Atlantique -, pour au moins deux raisons : d'abord, il y a la volonté pédagogique, qui passe notamment par le recours à la bande dessinée - remarquable travail en noir et blanc de l'illustrateur de Dan E . Burr -, et la nécessité de synthétiser le texte - explicatif, sans jargon - sous la forme de bulles, grâce à un bon équilibre entre texte et images.

La nécessité de passer par un détour historique

La deuxième raison, plus fondamentale, est le recours à la chronologie. Comme le souligne Goodwin, en guise de justification méthodologique : « Nous ne pouvons pas comprendre où nous nous trouvons si nous ne savons pas comment nous y sommes arrivés. » Or loin d'être élaborée dans des laboratoires in vitro, l'évolution des économies ne suit en aucun cas un théorie mais résulte de l'action et des décisions prises au jour le jour par des individus (quelque soit leur place au sein de la société) guidés par leurs propres désirs dans des conditions politiques, culturelles, technologiques données. Bref, comprendre l'économie passe par un détour historique, et non pas seulement, disons,  par la maîtrise des mathématiques.

L'auteur souligne d'ailleurs combien le scientisme est l'un des maux de l'économie. Ainsi, l'œuvre maîtresse d'Adam Smith « La Richesse des nations » est d'abord le résultat d'observations empiriques, comme l'illustre cette citation, qui pourrait en étonner quelque uns tant Adam Smith est devenu le symbole de "l'hyper-libéralisme" : « La proposition de toute nouvelle loi ou règlement de commerce qui part des (capitalistes) doit toujours être écoutée avec beaucoup de précaution, et ne doit jamais être adoptée qu'après avoir été longtemps et sérieusement examinée, non seulement avec le plus grand scrupule, mais avec la plus grande défiance, elle vient d'un ordre d'hommes dont l'intérêt n'est jamais exactement le même que celui du public, qui généralement est intéressé à tromper et même à opprimer le public, et qui, dans bien des occasions, n'a pas manqué de le tromper et de l'opprimer. »

Le capital est plus mobile que le travail

En revanche, des auteurs comme Malthus et ses théories sur la population ou encore David Ricardo, et son livre « Des principes de l'économie politique et de l'impôt » paru en 1817 illustrent - brillamment - le biais qui guette les théoriciens : confondre une logique abstraite avec la réalité. Ainsi, en est-il du fameux « avantage comparatif », une machine de guerre théorique contre le protectionnisme, illustrée par le fameux exemple de la production de vins et de draps en Angleterre et au Portugal, qui démontre que chaque pays doit se spécialiser dans la production la plus efficace pour pourvoir optimiser ses échanges. Le problème est que David Ricardo présuppose que le travail est mobile et le capital est immobile pour justifier sa théorie. Or dans la réalité, et les exemples des délocalisations le montrent, le capital est plus mobile que le travail, limitant la portée générale de l'argument

En montrant combien le développement historique modifie le fonctionnement des sociétés - révolution industrielle, guerres mondiales, colonialisme, révolutions, fonctionnement des États, montée en puissance du salariat, influence des multinationales… - Goodwin montre de manière convaincante que derrière le discours policé de l'économie se trouve en premier lieu l'histoire faite "de bruit et de fureur" des hommes.

Le rôle central joué par l'État

Surtout, il montre comment l'État a été amené à jouer au fil de l'histoire récente un rôle de plus en plus central dans l'organisation sociale et dans l'économie à travers des interventions - politique monétaire, politique fiscale, dépenses publiques (loin d'être uniquement sociales), redistribution  - souvent influencées par les acteurs sociaux. « Marxistes et néolibéraux s'intéressaient les uns comme les autres à la manière dont une économie idéale devrait fonctionner, et non à celle dont une économie réelle fonctionne ; ils pensaient également les uns comme les autres que leur idéal pouvait être atteint en supprimant l'État », souligne l'auteur, qui pointe combien cette idéalisation découlant de la théorie correspond de moins en moins à la réalité.

Ce rôle prépondérant de l'État s'est d'ailleurs accompagné d'une concentration de plus en plus importante des intérêts privés et du capital  sous la forme des grandes compagnies. Goodwin décrit cette émergence des premiers trusts aux États-Unis (chemins de fer, mines, pétrole (Standard Oil concentre toute l'activité)) , toujours plus concentrés, notamment via l'activité bancaire, sous la houlette décisive d'un certain JP Morgan dont l'enseigne est toujours une référence en matière de banque d'affaires à Wall Street.

Le "big stick" de Teddy Roosevelt

Face aux intérêts privés, l'Etat peut jouer un rôle majeur  comme ce fut le cas en 1901 avec le président républicain Teddy Roosevelt, et son "big stick" qui mit au pas les "riches" ; ou encore avec un autre Roosevelt (Franklin Delano) qui suivit ses intuitions contre ses conseillers en économie pour élaborer son "new deal" à coup de dépenses publiques et relancer ainsi, avec succès, l'économie après la crise de 1929.

Le recours à la chronologie permet également de replacer les "interventions" des grands économistes motivées par la volonté de répondre à des problèmes qui se posent à un moment donné de l'histoire. Ce fut le cas de Karl Marx, de John Meynard Keynes ou encore de Friedrich Hayek que Goodwin décrit comme "un "formidable penseur" qui regarda "comment le marché fonctionnait", comment l'interaction de petites unités (les gens) créait une intelligence complexe (le marché) , qui réagit aux pénuries, aux évolutions du goût ou aux nouvelles technologies bien mieux que n'importe lequel quel planificateurs humain".

La destruction de l'environnement, un nouvel axe de la recherche économique

De même, l'apparition de problèmes nouveaux favorisent la recherche économique, comme par exemple celui de l'impact de la destruction de l'environnement qui a donné lieu à une riche réflexion sur les "externalités", dans ce cas négatives, où les activités des uns peuvent procurer un bénéfice ou induire un coût pour tous les autres individus.

Au final, l'ouvrage réussit la gageure de fournir en quelques heures de lecture érudite et plaisante une mise en perspective historique du fonctionnement de l'économie en expliquant les notions de base, mises en situation. Évidemment, nombre d'économistes pourront discuter la faiblesse de tel ou tel point ou certains parti pris mais ce qui compte c'est la vue d'ensemble pour en maîtriser la cohérence, comme le rêve tout étudiant. Chacun pourra ensuite approfondir tel ou tel point par de nouvelles lectures. C'est ce à quoi invite d'ailleurs Michael Goodwin.

Michael Goodwin "Economix. La première histoire de l'économie en BD", illustrée par Dan E. Burr, éditions les Arènes, traduit de l'anglais par Hélène Dauniol-Remaud, 304 pages, 21,90 euros.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :