Sarkozy plaide pour les énergies renouvelables à La Réunion

 |   |  466  mots
Le chef de l'Etat, qui inaugurait une ferme photovoltaïque dans le sud de l'île, a estimé qu'elle ne devait pas se contenter de viser un rattrapage économique par rapport à la métropole mais avait "les moyens de voir plus loin et de viser plus haut".

Nicolas Sarkozy, plaidant pour un développement économique endogène de l'Outre-mer, a déclaré mardi que La Réunion devait devenir une référence pour la France en matière d'énergies renouvelables.

Le chef de l'Etat, qui inaugurait une ferme photovoltaïque dans le sud de l'île, a estimé qu'elle ne devait pas se contenter de viser un rattrapage économique par rapport à la métropole mais avait "les moyens de voir plus loin et de viser plus haut".

"La Réunion a les moyens de trouver des domaines d'excellence où elle ne serait pas à la remorque, mais en avance sur la métropole", a-t-il ajouté.

Il a évoqué plus particulièrement les énergies renouvelables avec le programme Gerri, qui vise à faire de La Réunion le premier territoire autonome en matière énergétique à l'horizon 2030 alors que la facture de ses importations en ce domaine atteint 500 millions d'euros par an.

"En matière d'énergies renouvelables et de réduction des émissions, c'est La Réunion qui va montrer le chemin et c'est La Réunion qui va devenir une référence pour la France et une référence dans le monde !", s'est-il exclamé.

Les énergies renouvelables représentent aujourd'hui 37% de la consommation dans l'île contre 12% en France métropolitaine et leur développement devrait permettre de créer des emplois dans un territoire qui affiche un taux de chômage de 26%.

LABORATOIRE GRANDEUR NATURE

A la suite des états généraux de l'Outre-mer, Nicolas Sarkozy avait annoncé que l'Etat augmenterait de 20% les tarifs de rachat des énergies propres produites dans ces régions, y compris le solaire, afin de favoriser leur autonomie énergétique.

Il n'a rien dit mardi de la compatibilité de cet engagement avec la baisse récemment annoncée par le gouvernement des tarifs du photovoltaïque, plus spécifiquement pour l'électricité produite par des panneaux solaires installés sur les toitures, afin de préserver l'équilibre d'un système menacé par une explosion des demandes d'installation.

La question est sensible à La Réunion, où la production d'électricité photovoltaïque revendue à EDF a été multipliée par trois sur le seul dernier trimestre, pour atteindre 42 MW à fin décembre, souvent à partir d'installations de particuliers.

Nicolas Sarkozy a lancé en outre mardi un projet associant EDF, Total, le groupe Bernard Hayot et l'américain General Electric pour la création d'un réseau de dispositifs de recharge pour véhicules électriques à l'échelle de La Réunion (2.500 km2).

Renault, qui y est associé, s'est engagé à commercialiser sur place à l'horizon 2011 l'ensemble de sa future gamme de voitures électriques.

"La Réunion sera le laboratoire grandeur nature de la mobilité du XXIe siècle, propre, silencieuse et durable", a dit le chef de l'Etat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :