EDF EN construit un parc éolien offshore au Royaume-Uni

 |   |  412  mots
Discrète en France en matière d'éolien offshore, avec quatre projets à l'étude sur les trois façades maritimes du pays, active dans les eaux belges avec un parc en construction, EDF Energies Nouvelles se développe au Royaume-Uni avec le parc de Teesside. Développé par sa filiale EDF Energy Renewables, détenue à 50% avec EDF Energy (filiale britannique du groupe EDF), ce parc accueillera 27 turbines pour une puissance de 62,1 MW. EDF Energy Renewables a commencé la phase de construction, notamment pour l'ingénierie, et prévoit d'attaquer les travaux en mer à l'automne 2011.

Situé à 1,5 km des côtes de la ville de Redcar, dans le nord-est du pays, le projet Teesside a été lancé par EDF Energy Renewables en 2002. "La décision d'investissement a été prise en juillet dernier ", explique Christian Egal, CEO de la société, basée à Londres. Le montant de l?investissement s'élève à 220 millions de livres (environ 250 millions d'euros). Le parc doit entrer en service fin 2012. EDF Energy Renewables a ouvert récemment un bureau près de Redcar, au Wilton Centre, pour superviser le développement du projet. Les turbines de 2,3 MW sont pré-commandées auprès de l'allemand Siemens. Parallèlement, le groupe a noué un partenariat avec la société MPIC ((Marine Projects International Consultancy and Contracting) sur la base d'un contrat de project management. MPIC va fournir une équipe d'une vingtaine de personnes pour superviser et gérer le développement du parc.

"EDF Energy Renewables vise une puissance installée d'énergies renouvelables de 1.000 MW à l'horizon 2015 au Royaume-Uni", indique Christian Egal. Une puissance de 260 MW est déjà installée, et le groupe mise principalement sur l'éolien. Le projet Teesside est le premier parc éolien en mer développé par le groupe EDF dans le pays. A l'heure actuelle, EDF Energy Renewables ne prévoit pas de deuxième projet offshore pour le moment dans les eaux britannique. Un autre projet offshore avait été lancé au début des années 2000, baptisé Cromer, mais il a été abandonné il y a 4-5 ans, en raison de problèmes géotechniques.

Le Royaume-Uni a déjà installé plus de 1 GW de puissance offshore au large de ses côtes, et vise pas moins de 48 GW cumulés sur les deux prochaines décennies.

En Belgique, le français EDF Energies Renouvelables construit actuellement un projet de 300 MW au large de Zeebrugge, dans le cadre du consortium C-Power (dont le groupe détient 18,3%). Six premières turbines cumulant 30 MW sont déjà installées et en service. En France, le groupe va être attentif, comme une quinzaine de développeurs français et étrangers, au lancement prochain de l?appel d'offres offshore pour l'installation d'une première tranche de 3.000 MW au large des côtes. EDF EN présente officiellement quatre projets, avec des niveaux de développement peu avancés, selon le groupe, dont l?un de 72 MW sur la côte Atlantique, sur le plateau de La Banche, au large du Pouliguen (Loire-Atlantique).

 

Green Business - le site de référence

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :