Nasdaq et ICE renoncent à une offre hostile sur Nyse Euronext

Le régulateur américain s'opposait à ce rapprochement susceptible de remettre en question « la concurrence sur la cotation des actions ».
Copyright Reuters
Copyright Reuters

Après avoir défrayé la chronique en lançant une offre hostile sur l'opérateur de Bourse Nyse Euronext, le tandem Nasdaq-ICE a publiquement annoncé lundi qu'il renonçait à poursuivre l'offensive sur le groupe américano-européen. À l'origine de cette volte-face : la position du régulateur américain. « Nous avons décidé de retirer notre offre puisqu'il est apparu évident que nous ne pourrions pas obtenir les autorisations du régulateur, malgré les promesses faites pour gommer les problèmes de monopole, via la vente, notamment, de certaines activités », a expliqué Bob Greifeld, le patron de Nasdaq OMX. Le ministère de la Justice américain a confirmé une heure plus tard qu'il avait indiqué au Nasdaq et à l'ICE qu'ils seraient poursuivis s'ils maintenaient leur offre, car « l'acquisition aurait éliminé de façon substantielle la concurrence sur le marché de la cotation des entreprises ».

Une aubaine pour Deutsche Börse, en lice pour prendre le contrôle de Nyse Euronext et qui n'avait pas ménagé ses efforts, ces derniers jours, pour vanter les mérites de son offre. Celui-ci s'est d'ailleurs contenté de prendre note de la décision des Américains, ajoutant qu'il continuait à travailler d'arrache-pied pour présenter aux autorités de régulation un dossier irréprochable.

Deutsche Börse s'envole

« Comme nous l'avons toujours dit, la fusion avec Deutsche Börse devrait donner naissance au meilleur groupe boursier au monde, avec plusieurs classes d'actifs qui créeront une valeur attractive et de long terme pour les actionnaires », a souligné le directeur général de Nyse Euronext, Duncan Niederauer, dans un communiqué. L'action de l'opérateur allemand s'est logiquement envolée à la Bourse de Francfort, s'adjugeant près de 5 %. Les titres de Nyse Euronext, eux, se sont effondrés de plus de 10 %, la perspective d'une âpre bataille boursière n'étant plus d'actualité. Les conseils d'administration de Nasdaq et ICE avaient donné leur accord début mai pour lancer un offre destinée à acquérir l'ensemble des actions Nyse Euronext pour un montant d'environ 11 milliards de dollars, une offre destinée à contrer le rapprochement entre Nyse Euronext et Deutsche Börse, annoncé en février. Deutsche Börse a maintenant les mains libres pour peaufiner son projet. Celui-ci demeure soumis aux fourches caudines des régulateurs américano-européens. L'examen devrait encore prendre de longs mois.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.