BNP Paribas... Fortiche

 |   |  338  mots
Par Pierre-Angel Gay, directeur adjoint de la rédaction de La Tribune.

On ne mesure jamais assez combien BNP Paribas sort renforcée de la crise. Non que la banque ait été épargnée par la tempête qui a submergé la planète finance ces deux dernières années. Elle en a même été, involontairement, l'un des acteurs. Le 9 août 2007, l'annonce d'un gel temporaire de trois de ses fonds monétaires, a fait prendre conscience que la crise n'était plus seulement américaine, mais était devenue mondiale?

Et l'on se souvient de ce mois de décembre 2008 où une pluie de mauvaises nouvelles déstabilisait l'établissement de la rue d'Antin, à Paris. La publication d'un résultat trimestriel en berne, celle d'une perte de plus de 1 milliard et demi d'euros par sa banque d'investissement, la mise sous surveillance de sa note AA+ par l'agence Standard and Poor's, avaient fait dévisser son cours de Bourse, avant qu'une retombée collatérale de l'affaire Madoff ne vienne encore alourdir l'atmosphère.

Michel Pébereau, son président, et Baudouin Prot, son directeur général, semblaient avoir perdu la main. Douze mois plus tard, le contraste est total. L'établissement a remboursé l'aide de l'Etat. Surtout, avec l'acquisition des activités bancaires de Fortis en Belgique et au Luxembourg, conclue à l'arraché début mars pour 10 milliards d'euros, BNP Paribas s'est hissé au premier rang de la zone euro en termes de dépôts. Et ses perspectives ne cessent de s'améliorer avec, dès 2012, des synergies estimées à 900 millions d'euros et un rendement sur capitaux investis de 20%. La banque espère même renouer, à moyen terme, avec une rentabilité de 15%.

Depuis le 1er janvier, le titre a rebondi de près de 90%. Autant de chiffres que les actionnaires ne pensaient pas revoir de sitôt. Fidèle à son image, BNP Paribas se la joue modeste, se disant trop concentrée sur l'intégration de sa dernière acquisition pour en envisager d'autres. Mais chacun sait que BNP Paribas agit vite quand il le faut. Fortiche !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2010 à 10:22 :
Je trouve que du coté banque BNP Paribas est celle qui s'en sort le mieux. Elle a su gardé toute sa solidité et sa stabilité durant la crise. Outre la valeur je trouve que BNP Paribas a aussi su évolué au niveau de sa relation client, sa proximité avec eux et la transparence sur ses agissements. Alors comme tu dis: Fortiche!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :