IPad, PlayBook et flop

 |   |  337  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : ALBERT CAEN)
Par Jean-Baptiste Jacquin, rédacteur en chef à La Tribune

La techno va trop vite. Sans vouloir jouer les grincheux, l'accélération des innovations semble atteindre un point où seuls les avertis s'en sortent sans migraine. Pour les groupes de technologies eux-mêmes, cela devient périlleux. Le canadien RIM, fabricant du BlackBerry, se lance cette semaine à la poursuite de l'iPad d'Apple avec le PlayBook. Un impératif pour rester dans l'écran radar des consommateurs, alors que la tablette avec écran tactile est en passe de s'imposer au point d'ébranler le bon vieux PC. Mais le succès du PlayBook ne sera pas forcément proportionnel aux montants qu'y a investis RIM. Dommage pour lui, mais ce serait trop facile. Surtout que sa tablette va vite se retrouver noyée dans une nuée de produits similaires que tous les fabricants de smartphones, de PC ou d'électronique s'apprêtent à sortir de leurs usines. Tout ça pour des miettes car, à en croire le cabinet Gartner, il faudra attendre 2015 pour voir l'iPad se contenter de moins de 50 % du marché mondial. Apple réussit à imposer un choix terrible à ses concurrents : soit ils ne lancent pas de tablette, et s'excluent du marché, soit ils y vont, avec peu de chance d'en tirer des profits. La troisième voie est de courir derrière les innovations du marché, sans s'épuiser pour maintenir sa propre capacité d'innovation. Facile à dire. D'autant que certaines innovations ont la vie courte. Cisco nous l'a rappelé la semaine dernière en annonçant l'arrêt de la caméra Flip. Il avait acheté il y a moins de deux ans, pour 590 millions de dollars, l'affaire qui faisait rêver les groupes d'électronique : une petite caméra HD qui tient dans la paume de la main et dont tous les ados de l'ère YouTube pensaient avoir besoin. Les smartphones font aujourd'hui l'affaire. Le GPS ou le « netbook » (mini-ordinateur portable) ont connu pareils envols... et flops. Il faut donc espérer pour RIM qu'il a autre chose que son PlayBook dans sa besace.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :