Vivement dimanche prochain !

La polémique n'en finit pas sur la libéralisation du travail le soir et le dimanche. Ce débat est exemplaire des archaïsmes français, à l'heure d'internet et du e-commerce. Et si, au lieu de tout régler par la Loi, on faisait davantage confiance aux dialogue social et la liberté contractuelle.
Philippe Mabille
(Crédits : DR)

Ils en ont parlé… Et ils risquent bien de continuer à en parler encore longtemps. De quoi ? De la 4G qui démarre, enfin sauf chez Free ? L'« US Shutdown », le blocage budgétaire à Washington ? Non ! Depuis le week-end dernier, depuis les affaires Sephora, Monoprix et Castorama, la France de la bricole et des courses du soir et du dimanche ne parle que de ça, l'interdiction faite par les juges, au nom de la Loi, de travailler le soir et le dimanche, sauf dans des cas très dérogatoires et à vrai dire assez arbitraires.

C'est un de ces débats dont la France a le secret. Bien idéologique et caricatural. Il oppose les "gentils salariés" et les "salauds de patrons", les "pauvres étudiants exploités" et les "syndicats archaïques défenseurs des acquis sociaux". La vérité est plus nuancée. Tous les sondages publiées sur le sujet cette semaine, montrent que l'opinion est beaucoup plus en avance et libérée qu'on le pense. D'où la prudence du gouvernement sur ce dossier et sa relative ouverture, concrétisée par la mise en place d'une... commission.

Deux Français sur trois se disent prêt à travailler le soir et le dimanche, à condition bien sûr d'être payés plus. Pour les entreprises concernées, le blocage actuel est très mal vécu, au point que certaines enseignes de bricolage ont décidé de braver encore une fois ce dimanche l'interdiction légale. Avec cette fois la "bénédiction" des maires et l'indulgence de l'Etat, dans l'attente d'y voir plus clair...

Comment sortir de l'impasse actuel, par autre chose qu'un "bricolage" de plus sur des textes législatifs déjà maintes fois retouchés et toujours inadaptés ?

C'est un débat sur le travail, la place du travail et du temps libre dans nos sociétés modernes. Mais aussi sur une question de plus en plus cruciale en ces temps de crise. Jusqu'où faut-il aller ? Jusqu'où sacrifier des acquis sociaux au nom de l'emploi, pour lequel, c'est le moins que l'on puisse dire, on n'a pas tout essayé ?

Pour beaucoup de Français, près de 4 sur 10, l'exception est devenue en 2013 la règle. On se dit donc qu'au XXIe siècle et à l'ère de l'Internet et du e-commerce ouverts 24 heures sur 24, il est un peu illusoire et anachronique de s'écharper sur la liberté de faire ses courses le soir ou bien après la messe. La France a changé et il y a désormais une vraie demande pour des commerces ouverts plus tard et durant le jour du Seigneur.

C'est aussi un débat sur l'emploi, même si la vérité oblige à reconnaître que les études d'impact du secteur du commerce sont contestées et sans doute optimistes. À coup sûr, ce qui sera dépensé le dimanche ne le sera pas le mardi. Mais c'est négliger l'effet sur le tourisme, un secteur d'avenir pour la France, alors que la fermeture des grands magasins à Paris le dimanche précipite, dit-on, les Chinois dans les bras de Harrods à Londres.

Et puis, enfin, c'est un débat sur la liberté, la liberté d'entreprise et d'entreprendre, la liberté du commerce, peu reconnue dans notre pays et en tout cas mal-aimé. Au nom de quoi accepte-t-on que les cinémas, les théâtres, les musées soient ouverts le dimanche, et pas un commerce de bricolage ou un grand magasin ? Ceux qui font les lois ou qui inspirent le Code du travail ont-ils développé une phobie du commerce ? Pourquoi donc seules certaines activités culturelles ou de services publics et collectifs, comme les transports et hôpitaux, auraient-ils la noblesse suffisante pour que l'on accepte que des gens y travaillent le dimanche ?

Soyons clair, il n'est pas question de tout libéraliser, sans régulation ni limite, au détriment de la santé et de la qualité de vie : la société a le droit de fixer démocratiquement des règles de vie en commun. À l'heure où la crise nous interroge sur la pérennité de notre modèle de surconsommation, on peut bien sûr se féliciter que quelques heures par jour et une fois par semaine règnent le calme et le silence propice à la balade et à la déambulation sans but, en famille ou entre amis.

Ce dont il s'agit ici, c'est de la tendance liberticide de l'État qui fabrique encore trop souvent des lois absurdes, mal fagotées et abusives. Et si la solution était dans un dialogue social rénové ? Il est quand même plus que paradoxal et inédit de voir des salariés en colère attaquer en justice des syndicats censés les défendre et qui les empêchent de travailler plus pour gagner plus…Finalement, le débat sur le travail du dimanche, que l'on pourrait balayer comme assez anecdotique, est peut-être l'occasion d'en réveiller d'autres, sur le temps de travail et les heures sup, sur la place de la négociation collective dans notre pays si crispé.

C'est peut-être là que Jean-Paul Bailly, l'ex-PDG de La Poste, en charge (pour la seconde fois…) de la énième commission sur le travail du dimanche, pourrait renverser la table et en profiter pour énoncer un principe simple, celui de la liberté contractuelle. Et si on disait que ce qui a été négocié de bonne foi par des parties contractantes dans l'entreprise avait désormais force de loi… Tout est évidemment dans le terme « de bonne foi », mais au vu de l'attitude de certains syndicats dans ce pataquès, cela ne vaut pas que pour le côté employeur...

 

Philippe Mabille

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 07/10/2013 à 9:16
Signaler
bah ... vote salariés de façon anonyme histoire de savoir ce qu'il en est !

à écrit le 06/10/2013 à 22:36
Signaler
Consommez consommez . . et pour cela il faudrait ouvrir tout les jours alors que la majorité des Français sont contre l'ouverture le dimanche comme les salariés qui y sont obligés sous peine de perdre leur job . . Mais les mantras sont toujours les m...

à écrit le 06/10/2013 à 12:00
Signaler
Pas trop de hauteur de vue M. Mabille ! Je cite les arguments (affirmations ?) faciles : c'est archaïque , 80 % des francais veulent que ce soit ouvert, il faut que le commerce soit libre, pourquoi les hopitaux, les cines sont ouverts et pas les gran...

à écrit le 06/10/2013 à 10:24
Signaler
Encore un sujet qui démontre bien que le système économique actuel est obsolète. A l'heure où il faut faire des économies, on encourage l'agitation, la frénésie de consommation pour des biens accessoires, futiles et souvent produits ailleurs qu'en Fr...

à écrit le 06/10/2013 à 9:35
Signaler
Article sophiste ; liberté contractuelle entre celui qui demande du travail et celui qui le donne, existe t elle vraiment , ou bien une acceptation pour raison économique du plus vulnérable . Le point de vue du fournisseur est toujours prépondérant ...

à écrit le 05/10/2013 à 20:38
Signaler
Decidement la France sombre dans la mediocrite. Depuis quand est il moderne de travailler le Dimanche! C'est on ne peut plus archaique, cela nous ramene a une epoque ou les gens travaille 7j/7 et n'avait pas le temps de faire autre chose. La liberati...

à écrit le 05/10/2013 à 19:27
Signaler
Premier point : Se relire et éviter les fautes de français ne ferait pas de mal aux pigistes de la LT... Deuxième point : Travailler le vendredi est gênant pour les musulmans, le samedi pour les juifs, le dimanche pour les chrétiens, tous les jours p...

à écrit le 05/10/2013 à 18:19
Signaler
Cet article creux de la Tribune.fr est brouillon et approximatif. Avec ce genre d'article et la censure La Tribune.fr file du mauvais coton.

à écrit le 05/10/2013 à 17:46
Signaler
La fermeture de Sephora la nuit, c'est juste de la jalousie. Rien d'autre. Je travaillais dans un endroit pareille. Quand je travaillais une demi-heure de plus, un collègue me disait que si je ne travaillais pas, un autre aurait pu travailler à ma p...

à écrit le 05/10/2013 à 16:29
Signaler
Mabille est pour le pillage des petites sociétés par des moyens dont on ne comprend pas immédiatement la porté. Une bonne foi trompée comme celle du joueur de bonneteau. Il sait que les travail de nuit sert à piller les gogos et celui du dimanche à s...

à écrit le 05/10/2013 à 15:39
Signaler
ne soyons pas naif si les magasins ouvrent le dimanche un transfert de la cliente de la semaine au dimanche se produira moins de personelles la semaine plus d'étudiants payées moins cher le dimanche c'est tout bénéfice pour la grande distribution.

à écrit le 05/10/2013 à 14:49
Signaler
Negocier avec les syndicats? Serait-ce de l'humour? Les syndicats NE sont pas representatifs .Le quorum n'est en general jamais atteint dans les elections du CE. Ce sont des bras des partis de gauche, tout le monde le sait. A quand des elections libr...

à écrit le 05/10/2013 à 14:13
Signaler
QUAND le jounaliste dit "laisser la priorité au dialogue social " ,? quel dialogue social ? celui des syndicats quelques 3% dans les entreprises ou celui des salariés qui sont sur le terrain ,? devant un tel fossé il faut dans chaque entreprise un vo...

à écrit le 05/10/2013 à 13:15
Signaler
Que les fainéants et autres assistés qui ne veulent pas travailler n?empêches pas les autres de le faire! La liberté de chacun s'arrête ou commence celle de son prochain! YES WEEK END!!!

à écrit le 05/10/2013 à 13:04
Signaler
Trop de Lois absurdes? Mais depuis la révolution française, les députes qui veulent marquer leurs temps s'ingénient, sans génie, à essayer de définir ce qui est bien et ce qui est mal. Les dernières Lois, sur des sujets de très hautes importances, la...

à écrit le 05/10/2013 à 12:44
Signaler
De dures et longues luttes ont eu lieu dans le passé pour que les ouvriers obtiennent les dimanche chômé et que les enfants ne travaillent pas à 8 ans. La modernité c'est de remettre en cause tout ça !!!! Mes arrières petits enfants connaîtront les j...

le 05/10/2013 à 13:06
Signaler
Camarade ! rejoignez-nous dans la lutte contre le patronat !! Et non, tout ça c'est fini ! la société évolue et les gens vivent aussi le dimanche et souhaitent pouvoir acheter ce qu'ils n'ont pas le temps d'acheter en semaine.....si des salariés sont...

le 05/10/2013 à 13:12
Signaler
Vous êtes dépassé, archaïque et d'un autre temps. Il est grand temps de partir et de libérer la place aux jeunes, ainsi que des économies pour la sécurité social.

à écrit le 05/10/2013 à 8:48
Signaler
La France ce pays ou les glandeurs empêchent ceux qui veulent travailler de le faire. Le pire c'est que ceux qui bossent vont payer des impôts pour que les glandeurs continuent de glander. J'ai l'impression de refaire un épisode des Shadocks.

le 07/10/2013 à 11:32
Signaler
le mieux c'est de travailler et d'avoir aussi du temps libre pour glander . ni tout l'un ni tout l'autre . ce n'est pas parce qu'on ne travaille pas le we ou qu'on 60 heure la semaine, qu'on est un glandeur .alors si au lieu de vouloir pousser tout...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.