Grand débat, petits débuts

 |   |  546  mots
(Crédits : Reuters)
ÉDITO. Après cette crise, plus personne ne fera de la politique comme avant. En fait, le débat ne fait que commencer et Emmanuel Macron va devoir changer de méthode et impliquer les citoyens pour créer l'adhésion. Par Philippe Mabille, directeur de la Rédaction.

« Nous ne reprendrons pas le cours normal de nos vies. » Le 10 décembre dernier, au terme d'un exercice de contrition de 13 minutes chrono, Emmanuel Macron avait ainsi conclu son opération de reconquête de l'opinion, assortie d'une dizaine de milliards d'euros de cadeaux fiscaux, quelques jours après le choc du 1er décembre et du saccage de l'Arc de Triomphe. Et, en effet, depuis le début de la crise des "gilets jaunes", le cours normal des choses semble être suspendu au Grand débat qui s'achève ce lundi 18 mars. Des conférences citoyennes locales et nationales vont suivre, avant qu'Emmanuel Macron n'ouvre « le temps des propositions
et de l'action », qui se déploieront jusqu'à l'été, indique-t-on à l'Élysée. Histoire de faire patienter les Français jusqu'aux vacances... ou de les endormir ?

Il ne fait guère de doute que ce temps de décantation se fera sous la pression des "gilets jaunes" qui espèrent une mobilisation massive ce samedi 16 mars pour leur
"Acte 18" malgré la division des leaders autoproclamés de ce mouvement jaune-rouge-brun. Près de 11.000 réunions publiques, 1,4 million contributions en ligne et 16.000 cahiers citoyens déposés en mairie plus tard, quel bilan tirer...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2019 à 18:09 :
La pratique autocratique et sourde du pouvoir n'a pas évolué d'un iota pendant les débats et rien ne permet de penser que ça va changer.

Il suffit de reprendre toutes les lois controversées mais quand même votées sans débat à l'assemblée: réforme de la justice, loi pacte, lois sur l'état d'urgence...

Avec Macron il suffit en général de renverser le sens de ses propos pour connaître son opinion véritable et éclairer le sens de son action.

En clair, Macron entend bien continuer son action après les GJ, sans rien changer, ni dans sa vie, ni dans sa politique.
a écrit le 16/03/2019 à 0:15 :
conclusion du grand débat : I want my monnaie back !
a écrit le 15/03/2019 à 9:59 :
Quel courage être en immersion en milieu hostile me laisse ébahi et apparemment je suis pas le seul la sphère média tique est comme moi .
a écrit le 15/03/2019 à 8:23 :
Les LREM démontreront qu'ils sont capables de gouverner que quand ils feront payer des impôts aux riches vu que principale source de crise économique et surtout leurs donneurs d'ordres. Voilà qui ma foi redonnerait de la confiance, enfin donnerait de la confiance plutôt.

Tout le reste n'est que du bla bla, vous pensez qu'il serait totalement irresponsable de mentir encore et toujours aux français ? Pas eux qui ne sont qu'une machine là pour ça, pour dépecer le pays et l'offrir à leurs maitres milliardaires.

Nous avons des imposteurs et vous ne savez pas jusqu’où ça peut aller un imposteur, moi je sais que cela peut n'avoir aucune limite si totalement conditionné or quand on regarde notre président ben... -_-

"Un sur deux moins qu'un chien, éliminez les flèches et les indiens, le bluff qui sied aux visages blêmes t'aimes le bla bla le bla bla t'aime, paysages désolés qui circulent dans nos veines ô chéri tu ne charries plus d'oxygène et tu continues de parler !"
a écrit le 15/03/2019 à 7:28 :
Créer l'adhésion de la population quand justement l'administration hors sol qu'est l'UE de Bruxelles la rejette, pour imposer son dogme, ne conduira qu'a de l'enfumage!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :