Renverser la table, qu'il disait...

 |   |  522  mots
(Crédits : PHILIPPE WOJAZER)
ÉDITO. La nouvelle trajectoire budgétaire transmise par Bercy à Bruxelles porte la marque de la crise sociale des "Gilets jaunes". Mais dans un contexte de croissance moins forte qu'attendu, tous les objectifs initiaux sont devenus autant de renoncements. Par Philippe Mabille, directeur de la Rédaction.

Dans son allocution du 1er décembre, Emmanuel Macron l'assurait : « Nous ne reprendrons plus le cours normal de nos vies », sous-entendant qu'il y aurait un avant et un après la crise des « Gilets jaunes ».

Cinq mois plus tard, à quelques jours de la sortie du Grand débat national, il est permis de douter de cette réelle volonté de renverser la table. Plusieurs éléments révèlent la confusion des esprits dans laquelle se trouve le pouvoir. La nouvelle trajectoire budgétaire transmise par Bercy à Bruxelles porte la marque de la crise sociale. Dans un contexte de croissance moins forte qu'attendu, tous les objectifs initiaux sont devenus autant de renoncements.

Le retour à l'équilibre budgétaire en 2022 est abandonné, ce qui n'est pas en soi un drame tant personne n'y a jamais cru, mais il révèle l'impérative nécessité de dégager des marges de manœuvre pour calmer les classes populaires et moyennes. La baisse des prélèvements obligatoires sera donc plus importante que prévu, celle de la dette un peu moindre. Bref, les « petits comptables illustrés » de Bercy, selon l'expression de Gérald Darmanin, sont en train de bidouiller leurs tableurs pour financer un tournant très dépensier...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/04/2019 à 7:58 :
C'était compter sans un peuple ultra conservateur et allergique à toute réforme autre que celle qui concerne les autres.
a écrit le 06/04/2019 à 18:11 :
C'est le progressisme "en marche" (de théâtre), où le chœur scande "marchons, marchons, marchons" pendant qu'on emporte l’héroïne sur un brancard vers les coulisses.
a écrit le 06/04/2019 à 10:10 :
Macron-des-GOPE-de-Bruxelles est fini, tout incapable de gérer la crise des Gilets Jaunes en suivant la ligne politique de l' arbitraire de l' UE qui paupérise le pays et retire les moyens à porter aux GJ . Dès lors, pourquoi s' accrocher alors qu' on en est à 20 semaines de révolte populaire ?
Bouteflika lui est parti en 4 jours.
a écrit le 06/04/2019 à 5:16 :
Il reste encore trois ans au freluquet pour mettre definitivement le pays a genou.
Fallait reflechir avant de voter.
Réponse de le 06/04/2019 à 15:09 :
Il me semble que la situation économique de la France est bien meilleure qu'il y a 2 ans et que la vision qu'on les étrangers de la France est également bien meilleure.
Le chômage baisse, le déficit baisse, les prélèvements obligatoires baissent, le pouvoir d'achat augmente...
a écrit le 05/04/2019 à 16:23 :
La stabilité c'est pour quand ?
a écrit le 05/04/2019 à 11:47 :
Politiques très déséquilibrées et une absence de vision stratégique, la mondialisation heureuse et l'Europe, l'Europe et encore l'Europe ne constituent pas des politiques.
a écrit le 05/04/2019 à 11:22 :
Une taxe de solidarité au président et à son gouvernement.
Avec une assiette large bien entendu.
Sur laquelle on pourrait ensuite mettre de la CSG, du CRDS et de la TVA plus des redevances communales, départementales, régionales, intercommunales et pourquoi pas européennes puisque nous parlons d’Europe en ce moment.
Réponse de le 07/04/2019 à 9:50 :
Parfaitement, il ne reste qu'une solution, c'est d'appliquer la note n°6 du CAE, c'est à dire, mettre une taxe sur l'énergie pour participer au financement des charges sociales. Merci. Voir pages 11 et 12 de cette note.
a écrit le 05/04/2019 à 9:48 :
il a tellement renversé la table... en tapant sur le peuple en le mutilant... tapé sur les retraités qui perdent 3 pour cent de pouvoir d'achat....et on a le chaos on a un gamin capricieux à la tête de l’État à supporter encore 3 ans il en est arrivé a devoir sécurisé dans un rayon d'un kilomètre pour éviter le peuple quand il se déplace
a écrit le 05/04/2019 à 9:24 :
Emmanuel Macron a perdu toute crédibilité. Tous les objectifs initiaux du gouvernement sont remis en cause. Emmanuel Macron devrait faire preuve d'autocritique ainsi que ses ministres et dire très fort que jamais la République en marche n’a été dotée d’une capacité d’expertise performante et indépendante. La crise des gilets jaunes a révélé que Emmanuel Macron et son gouvernement vivaient dans une bulle, éloignés de la réalité du quotidien des français.
Réponse de le 05/04/2019 à 11:29 :
100 % d'accord
a écrit le 05/04/2019 à 9:02 :
quelle surprise!
y avait un article dans lepoint.fr
le gars disait ' chez macron, auucun ministre ou conseiller n'a fait de proposition d'economies, ils ont tous des idees de depenses'
le pb c'est qu'a bientot 60% du pib pour le poids de l'etat, tout le monde sait ou ca va
faire des cadeaux payes par les autres c'est plus marrant que d'etre un pere fouettard!
quand ca va se payer, ca va faire tres tres mal
Réponse de le 06/04/2019 à 12:05 :
Et 95 milliards d' exil et fraude fiscaux dûs à l' UE via l' article 63 du TFUE quand le reste sert à maintenir le noeud gordien UE ......!
Réponse de le 07/04/2019 à 9:12 :
@Madelon : UE ou pas, ces 95 milliards (estimation d'ailleurs bidon), on ne les reverra pas. Il est donc illusoire de les affecter à des dépenses supplémentaires. Il n'y a d'exil fiscal et de fraude fiscale que parce que notre pays est un enfer fiscal.
Quant à l'estimation de la fraude fiscale, c'est un chiffre avancé par le syndicat d'extrême gauche Sud Finances publiques (bonjour la crédibilité...) qui résulte d'une extrapolation à l'ensemble des contribuables des niveaux de fraude constatés sur les contrôles effectués (mais on ne peut guère faire mieux la fraude étant par définition cachée)... en oubliant que les contribuables subissant un contrôle sont précisément ceux ciblés comme les plus susceptibles de frauder. Il n'est donc pas impossible que la fraude soit 10 fois moindre, les moyens d'investigation de Bercy étant déjà considérables.
a écrit le 05/04/2019 à 8:27 :
"Renverser la table" du goûter. Du coup ya du Nutella partout maintenant...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :