Vol au-dessus d’un nid d’écolos

 |   |  515  mots
Pour faire face à la problématique de réduction des émissions, l'industrie a pris des engagements forts : d'ici à 2050, diviser par deux ses émissions de CO2 par rapport à 2005. Aucun secteur ne promet autant.
Pour faire face à la problématique de réduction des émissions, l'industrie a pris des engagements forts : d'ici à 2050, diviser par deux ses émissions de CO2 par rapport à 2005. Aucun secteur ne promet autant. (Crédits : Reuters)
ÉDITO. Parti de Suède, le phénomène « Flygskam » (« honte de prendre l'avion ») commence à inquiéter les compagnies aériennes. Le transport aérien encourt un sérieux risque économique à ne rien entreprendre pour changer cette image de pollueur. Par Philippe Mabille, directeur de la Rédaction.

« Les emmerdes, c'est bien connu, ça vole toujours en escadrille »... La formule, prêtée à un ancien président de la République, illustre à merveille la situation du transport aérien à l'aube des années 2020. Poussée de fièvre protectionniste dans une guerre commerciale états-Unis-Chine, pression écologiste avec un vif débat sur la taxation du kérosène, exonéré depuis la signature en 1944 de la Convention de Chicago qui a fondé l'Organisation de l'aviation civile internationale : le secteur, en bonne santé, va entrer dans une zone de turbulences.

Parti de Suède, le « Flygskam » (« honte de prendre l'avion ») veut faire prendre conscience aux passagers de l'empreinte carbone d'un ciel de plus en plus encombré : à l'horizon 2050, il y aurait plus de personnes voyageant en avion que d'habitants sur la Terre... Les plus ultras voudraient carrément interdire l'avion. En tout cas, lorsque des transports « propres » alternatifs sont disponibles.

En clair, les écolos veulent nous faire préférer le train, louable objectif, mais assez irréaliste lorsqu'il s'agit de très longues distances, et assez incompatible avec une économie mondialisée dont l'aviation est un pilier, celui de la liberté d'aller et de venir.

Surtout, les écolos sont à l'ouest, et les touristes sont à l'est : face à la démocratisation de l'aviation, la plus noble conquête de l'homme depuis le cheval, comment interdire aux classes moyennes des pays émergents de l'utiliser, maintenant qu'elles sont de plus en plus nombreuses à y avoir accès ?

Un sérieux risque économique

Le phénomène commence à inquiéter les compagnies aériennes. Le transport aérien encourt un sérieux risque économique à ne rien entreprendre pour changer cette image de pollueur. L'industrie a pourtant pris des engagements forts : d'ici à 2050, diviser par deux ses émissions de CO2 par rapport à 2005. Aucun secteur ne promet autant, sachant que les émissions de carbone de l'aérien ne représentent que 2 % des émissions mondiales, bien moins que l'automobile ou le bâtiment. Cet objectif est atteignable, grâce au progrès technologique.

La flotte aérienne mondiale va doubler en taille pour atteindre 48 .000 avions dans vingt ans : l'occasion de les remplacer par des modèles plus économes, voire électriques, après 2050. En attendant, plutôt que de taxer le kérosène au niveau national, ce qui est impensable dans l'univers de concurrence de l'aérien, ou de prendre des mesures démagogiques et liberticides, la balle est dans le camp des compagnies.

En généralisant la compensation de leurs émissions de CO2, explique Bertrand Piccard, l'aventurier suisse de Solar Impulse, les conséquences sur le prix des billets seraient mutualisées sur tous les voyageurs et ceux-ci seraient déculpabilisés. À défaut, le risque est grand de voir la « honte de prendre l'avion » servir de prétexte aux gouvernements pour prendre des mesures fiscales qui, au final, coûteront plus cher encore, aux compagnies aériennes, comme aux voyageurs, sur qui elles seront répercutées.

___

▶︎  Lire tous les autres articles dans La Tribune HEBDO n°296, en kiosque ce vendredi 14 juin 2019 ou, sur notre site, en version numérique.

H296, LT1, UNE, couv, hebdo

H296, LT4, UNE, couv, hebdo

H296, LT3, UNE, couv, hebdo

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/06/2019 à 16:17 :
Un peu léger comme analyse ....
D'une part il y a des alternatives aux vols court courrier, et pour ce qui est du transport des marchandises par avion c'est une véritable imposture logistique, et par voie de conséquence le renchérissement du cout de transport aérien sera un puissant levier de relocalisation des activités de production.
a écrit le 18/06/2019 à 13:20 :
J'hésite entre utopiste et lobbyiste pour qualifier Philippe Mabille. Affligeant. Je ne lirai plus La Tribune.
a écrit le 18/06/2019 à 0:16 :
"A défaut, le risque est grand de voir la « honte de prendre l'avion » servir de prétexte aux gouvernements pour prendre des mesures fiscales qui, au final, coûteront plus cher encore, aux compagnies aériennes, comme aux voyageurs, sur qui elles seront répercutées."
Mais, c'est le but de la campagne,"honte de prendre l'avion" , renchérir les prix des billets pour que les gens prennent moins l'avion.En Suède, elle est en train de réussir, avec une diminution de 6% de voyageurs aériens pour les vols intérieurs. Il n'est pas normal que le kerosène d'avion ne paie pas de taxes,alors que les moyens de locomotion,utilisés par les classes populaires et moyennes,paient tous des taxes.
a écrit le 17/06/2019 à 23:19 :
La problématique X 5 dimensions :
La pollution , le piratage à distance , les drones , la honte de prendre l’avion, la phobie de l’avion....
a écrit le 17/06/2019 à 14:58 :
bruno_bd @ fait partie des climatosceptiques et ennemi à mort de l'écologie comme tous les LR.Le mouvement,"honte de prendre lavion",va se développer et se développera encore plus rapidement,si l'on diminue les prix des TGV.Les émissions des gas à effet de serre ,il faut les diminuer de façon globale y compris pour l'aviation,si on veut être dans les clous pour respecter les objectifs de la COP21
a écrit le 17/06/2019 à 8:53 :
C'est surtout que les actionnaires milliardaires sont habitués, repus même à manipuler l'information via leurs médias de masse et du coup, maintenant qu'internet existe et que leur communication en a prit un bon coup dans l'aile ils ne savent plus comment faire pour chercher à nous tromper.

Bref ils n'en sont pas encore à chercher à sauver la planète on est tranquille...

PLus on possède et plus on est possédé nous autres citoyens du monde sommes les otages de mégas riches aliénés par leur cupidité.
a écrit le 17/06/2019 à 7:56 :
Cet été, ma femme et ma fille partent à New-York. J'ai refusé de les accompagner, je trouve ces voyages polluants, inutiles et coûteux. On a autant de plaisir à aller sur la côte normande.
a écrit le 17/06/2019 à 7:33 :
les consommations par siège ont baissé de près de 75% en un demi-siècle. Aucune raison donc d'avoir honte de prendre l'avion. Cet effet de mode assez risible ne durera pas.
a écrit le 17/06/2019 à 7:22 :
C'est marrant ça, c'est impensable de taxer l'aviation a cause de la concurrence mais le vulgum pecus, lui on peut, il est pas mis dans une concurrence mondialisée? Alors pourquoi se gener hein

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :