Libre concurrence : plus de pouvoir d'achat ou plus de chômage ?

 |   |  259  mots
Les députés ont adopté dans la nuit de lundi à mardi une batterie de mesures visant à renforcer le droit des consommateurs et le pouvoir d'achat / Reuters
Les députés ont adopté dans la nuit de lundi à mardi une batterie de mesures visant à renforcer le droit des consommateurs et le pouvoir d'achat / Reuters (Crédits : reuters.com)
La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, le projet de loi visant à renforcer les droits des consommateurs en facilitant leurs démarches tout en préservant leur pouvoir d'achat.

9 mesures phare visant à faire baisser les prix pour redonner du pouvoir d'achat aux Français. C'est l'objectif affiché par le projet de loi Hamon actuellement examiné en deuxième lecture à l'Assemblée nationale.

Visant non seulement à renforcer les droits des consommateurs, le texte prévoit surtout une libéralisation du marché qui mettrait fin aux situations de rente économique et favoriserait la concurrence entre les entreprises.

Une révolution qui ne semble pas faire l'unanimité, notamment au sein des secteurs les plus touchés tels que l'optique et les assurances.

28 minutes

Lundi soir, l'Assemblée a adopté un projet de loi sur la consommation qui devrait permettre, entre autres, au printemps prochain d'acheter des lunettes en ligne pour en finir avec le monopole des opticiens.

Cette ouverture à la concurrence rejoint d'autres cas comme l'essor des véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC) dans le marché des taxis ou encore l'arrivée de l'opérateur Free dans la téléphonie mobile, qui a bouleversé la culture des prix des opérateurs déjà en place.

Les exemples s'égrènent et 28' tente de faire le point : le consommateur est-il toujours bénéficiaire d'un élargissement de la concurrence ? Quelles conséquences pour le rapport entre l'offre et la demande ?

MISE AU POINT
Par Sandrine Le Calvez

DEBAT
Pour en parler, l'économiste Benjamin Coriat, le vice-président de l'Autorité de la concurrence Emmanuel Combe et Elie Cohen, économiste et directeur de recherche au CNRS.

>>> Suivez 28 minutes sur le site de l'émission
sur Twitter @28minutes
 et sur Facebook

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2013 à 12:50 :
Bien sur que cela aura une influence sur certains secteurs concernés.Au debut ce serra une pression sur les salaires ,le pouvoir d'achat les marges de l'entreprise ,la baisse des effectifs viendra en suivant.Mais les produits et services étant moins cher ,ça redonne du pouvoir d'achat aux consommateurs ce qui aura incontestablement une influence .Si plus d'argent circule ,on peut prevoir sans peine plus de rentrées fiscales .Au niveau emploie ,c'est plus douteux.Les gains de productivités ,les heures supplementaires systematiques,l'appel à la sous traitance sont autant de freins pour l'emploie
a écrit le 18/12/2013 à 12:50 :
Bien sur que cela aura une influence sur certains secteurs concernés.Au debut ce serra une pression sur les salaires ,le pouvoir d'achat les marges de l'entreprise ,la baisse des effectifs viendra en suivant.Mais les produits et services étant moins cher ,ça redonne du pouvoir d'achat aux consommateurs ce qui aura incontestablement une influence .Si plus d'argent circule ,on peut prevoir sans peine plus de rentrées fiscales .Au niveau emploie ,c'est plus douteux.Les gains de productivités ,les heures supplementaires systematiques,l'appel à la sous traitance sont autant de freins pour l'emploie

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :