Sochi : les 2 magies des Jeux Olympiques

 |   |  974  mots
(Crédits : DR)
Avec les Jeux Olympiques d'hiver de Sochi, Vladimir Poutine a gagné une bataille auprès du peuple russe. Mais c'est l'Ukraine, et la force d'une opposition protégée par les médias du monde entier, qui a gagné la guerre... Par Jean-Christophe Gallien, Professeur associé à l’Université de Paris 1 la Sorbonne, Président de JCGA.

A travers les Jeux de Sochi, l'enjeu majeur pour la Russie était de réenchanter sa puissance symbolique. Vladimir Poutine le savait et il l'a confirmé dans son propre bilan aux Russes, le sport était et doit redevenir l'un des phares de la puissance Russe : « Nous pouvons redonner un souffle nouveau à ce système pour stimuler encore davantage le sport de masse. En effet, le sport de masse permet de sélectionner les enfants les plus doués pour le sport de compétition. »

Une fête russe

En ce sens et peut-être plus que jamais depuis qu'elles existent, les deux cérémonies d'ouverture et de clôture ont illustré avec force, à la fois, la place du sport dans cette architecture de la puissance symbolique et une narration puissamment renouvelé dans la mixité des sources ! Vladimir Poutine cultive son remix contemporain de la Russie éternelle : entre Staline et Soljenitsyne, entre Pierre le Grand et Stalingrad, dans des allers retours assumés effaçant toute frontière entre l'époque tsariste et l'Union Soviétique ou encore l'après 1989. Nous avions là, devant nos yeux, la démonstration que la cible était d'abord intérieure, la Nation Russie à qui le leader proposait à la fois une démonstration de force, de sa force en tant que peuple et aussi une offre de réconciliation entre deux histoires, presque deux pays.

Une mise en scène réalisée avec l'aval du CIO et de son nouveau Président dont Vladimir Poutine n'a cessé de célébrer le soutien. La Russie a fait de cette grande manifestation internationale du sport, une véritable fête interne, une fête Russe ! Une fête surtout médiatique et télévisuelle que le pays continent a pu dévorer et dans laquelle il a pu communier via les écrans au delà des fuseaux horaires. Malgré les nombreuses menaces et les critiques préalables, les Jeux Olympiques de Sochi ont déroulé leurs compétitions sans incident majeur et surtout les athlètes russes terminent en tête au nombre de médailles. Vladimir Poutine a gagné la bataille interne. Les résultats vers l'extérieur sont plus modestes et seront plus lents à atteindre.


Créer une conversation avec le reste du monde

Les Jeux comme d'autre manifestations sportives ou culturelles visent pour un pays à s'imposer dans l'agenda du Monde, le notre, celui des opinions publiques, les obliger à tourner le regard sinon positivement en tous cas sur le sujet que vous leur proposez.

Ce faisant, vous le savez, comme Vladimir Poutine le sait, en aucun cas vous ne changerez la perception profonde, encore moins les représentations intimes de votre pays mais vous imposerez une thématique nouvelle dans la conversation avec les autres. Et dans la globalisation plus encore qu'avant, il faut nourrir cette conversation en permanence. Les positions ne sont pas durables, encore moins établies. Il n'y a plus de réelle préférence fidèle. Ici aussi l'obsolescence est de règle. Il y a donc des places à prendre. Modifier l'image de la Russie, ne peut se réaliser avec les seuls Jeux Olympiques, encore moins avec ceux d'hiver. Même l'enchaînement programmé avec la Coupe du Monde en 2018 ne parviendra pas à changer la perception du pays ou de son leader. C'est le cas pour la Russie et ce serait le cas pour tous les pays ou territoires.

 

L'Ukraine a bousculé nos écrans

Un pays n'écrit pas sur une page blanche lorsqu'il s'exprime en direction de populations extérieures. Surtout un vieux pays comme la Russie à l'histoire récente encore complexe. Au mieux c'est un gribouillis indéterminé, au pire et très souvent c'est une opinion ferme et qui est gravée depuis longtemps dans les esprits. Seule la continuité de l'effort et les actes de gouvernement contribueront à créer un soft power russe encore naissant aujourd'hui. Il s'agissait de cela sur le plan extérieur : installer une nouvelle zone de conversation avec le reste du Monde.  Et c'est en partie réalisé.

C'est l'Ukraine et ses tristes événements qui sont venus bousculer les écrans sans véritablement remettre en cause notre appétit d'émotions et de victoires entre rires et larmes sportives. Nous avons tous et toutes vibrés pour nos athlètes nationaux et les autres et nous avons oublié le reste. C'est la première magie et la puissance des Jeux Olympiques et des événements sportifs de ce niveau qui s'exerce en continu via des écrans désormais omniprésents chez les supporters que nous sommes surtout.

 

Une opportunité d'agir protégé pour l'opposition

Les acteurs de l'opposition en Ukraine ont bien compris cependant la fenêtre de tir qui s'offrait à eux avec la tenue des Jeux d'hivers à quelques heures d'avion de chez eux. C'est la seconde magie des Jeux Olympiques, les yeux médiatiques de l'opinion publique mondialisée rivés sur la zone ont fournis là leur meilleur allié. Les autorités et leurs affidés se sont retrouvés seuls face à un mouvement qui savait qu'il avait là une chance unique. Frapper et résister à la riposte d'un pouvoir isolée sans soutien possible de son allié même si l'on peut être extrêmement inquiet des évolutions les plus récentes en Crimée.

Voici de quoi inspirer Dilma Roussef et les autorités brésiliennes à quelques semaines de la Coupe du Monde de Football. Parions que si le parcours de la Selecao est bon, il y aura moins de manifestations dans la rue brésilienne contre la tenue de la Coupe. Mais il est certain que les plus déterminés auront compris qu'ils ont là une opportunité d'agir protégés par les caméras et les lumières de la fête sportive. Vive le sport !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/03/2014 à 9:00 :
N'oubliez pas d'informer les lecteurs que l'opposant
a écrit le 28/02/2014 à 18:45 :
Ici , quoique tu dises , t'es censuré.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :