Les sept plaies de l'euro

 |   |  1487  mots
(Crédits : Reuters)
Sous le titre "Casser l'euro... pour sauver l'Europe", quatre journalistes instruisent le procès de la monnaie unique. Avec un dossier d'accusation suffisamment solide pour convaincre. Même si les solutions pour une sortie de l'euro sans trop de casse ont de quoi laisser dubitatif

Avec ce genre de thèse -il faut mettre fin à l'euro, et vite- vous vous attendez à un brûlot extrémiste, sans doute rédigé par quelque économiste dévoyé dans le conseil en stratégie (de politique économique) auprès de  Marine Le Pen. Sauf que... sans même avoir pris connaissance du pedigree des auteurs -tous quatre journalistes, notamment à l'Express et l'Expansion-, vous découvrez rapidement votre erreur: "Casser l'Euro... pour sauver l'Europe" (*)  n'a rien d'un pamphlet outrancier, destiné à galvaniser les troupes d'extrême droite.

Au contraire: ce livre dément l'idée reçue selon laquelle des journalistes ne peuvent que signer des "bouquins" sans rigueur aucune, aux thèses approximatives, sans même parler du style. Surprise: les références abondent, attestant du sérieux des auteurs, et l'écriture mise au service d'une véritable pédagogie, a peu à voir avec les "standards" des livres d'économie.

Rien d'un pamphlet: les auteurs, qui avaient voté en faveur du traité de Maastricht, créant une monnaie unique -tout au moins ceux qui étaient en âge de le faire-,  déroulent leur thèse sur l'échec et l'impasse de l'euro en l'argumentant avec précision.

François Mitterrand effrayé par la réunification allemande

Sur la naissance de l'euro d'abord:  un projet purement politique, né dans l'esprit d'un François Mitterrand effrayé par la réunification allemande, un projet mal conçu, ignorant les théories économiques de base sur les "zones monétaires optimales". L'économiste américain Milton Friedman, l'un des nombreux experts à crier casse cou dès le début des années 90,  résume alors la problématique: "si les institutions politiques sont adaptées, la monnaie unique comporte quelque mérite. Mais une banque centrale européenne ne se conçoit que dans le cadre des Etats-Unis d'Europe". Autrement dit, la monnaie unique, bien sûr, mais à condition de constituer d'abord une économie unifiée, avec une mobilité du travail entre les pays européens, et un véritable budget fédéral.

Rien de tout cela n'existe, mais on verra plus tard, on construira en avançant, soutiennent les pro-euro, au début des années 90. Et on a vu...


L'aveuglement de la BCE

"L'euro protège en cas de crise... ". Cette affirmation a pu convaincre pendant quelques années. Mais évidemment plus depuis 2008, et la crise venue d'Amérique, qui impacte lourdement l'Espagne, notamment, où la bulle immobilière éclate d'un coup.  Quel est le lien entre les folies espagnoles  et la monnaie unique? "Après tout, les bulles immobilières ne sont pas l'apanage des pays de la zone euro" relèvent les auteurs - les Etats-Unis l'ont expérimenté au milieu des années 2000 et la crise est bel et bien partie de chez eux.

Sauf que, c'est là le défaut majeur, consubstantiel à la monnaie unique, elle unifie les conditions du crédit dans toute la zone euro, alors même que les situations économiques diffèrent fortement selon les pays, notamment l'inflation. En Espagne, la hausse des prix accélère au milieu des années 2000, mais les taux d'intérêt restent fixés à Francfort en fonction d'une inflation moyenne européenne -purement théorique-, qui ne dépasse pas les 2%, comme le veut la Banque centrale européenne. D'où des taux d'intérêt réels négatifs à Madrid, taux qui dopent le crédit, alimentent une croissance déjà proche de la surchauffe, et gonflent la bulle immobilière.

Face à cette situation, la BCE est désarmée. Pire: aveuglée. Et de citer l'un des meilleurs observateurs de la mécanique européenne, David Marsh. Il souligne qu'à "aucun moment, durant toute cette période, les technocrates européens , au premier chef le gouverneur de la BCE, Jean-Claude Trichet, ne s'alarment du boom du crédit dans les pays périphériques de la zone euro". Mieux, encore: Jean-Claude Trichet vante alors les bons résultats macro économiques de l'Espagne, met en avant son budget excédentaire, la réduction de son endettement public... refusant de voir l'emballement du côté de la dette du secteur privé, qui porte la crise en germe.

Quelles rustines?

 Une fois la bulle explosée, sous l'effet de la crise américaine, c'est l'Etat espagnol qui va devoir s'endetter à son tour, pour sauver le système bancaire: du secteur privé, la dette bascule au secteur public, comme on a pu le voir aussi en Irlande.  Et les gouvernements espagnols de se lancer, sous la pression des instances européennes,  dans des plans de rigueur à répétition qui ne feront qu'accentuer le marasme économique et retarder la résorption des déficits.

Peut-on sortir aujourd'hui de la crise européenne, caractérisée par une croissance durablement faible et un chômage de masse? Comment faire repartir la croissance en l'absence totale de marges de manœuvre budgétaires, l'endettement public ayant explosé sous l'effet de la crise, et les traités européens empêchant toute politique budgétaire active (qui pourrait être envisageable en optant pour une vision globale de la zone euro) ?

Les auteurs de "Casser l'euro..." distinguent deux options. Celle des rustines, qui est choisie depuis 2009, des maigres avancées sur la voie de la mutualisation, qui n'autorisent que des moments de répit, et ne résolvent en rien les problèmes de compétitivité des économies du sud de l'Europe -France comprise- qui souffrent d'une monnaie surévaluée.

L'autre option est celle du saut fédéral. Si les États Unis d'Europe voient le jour, si de véritables transferts budgétaires peuvent avoir lieu au sein de la zone euro -les déficits publics de chaque État membre devenant secondaires- , alors le maintien de la monnaie unique peut s'envisager. Mais qui est prêt à un tel approfondissement de la construction européenne?

 Les voies d'une sortie ordonnée

 Voilà pourquoi, la sortie de l'euro, tel qu'il existe actuellement, est la solution qui s'impose aujourd'hui, affirment les auteurs de "Casser l'euro..".

Plusieurs possibilités se présentent. D'abord, celle d'une scission en deux. L'euro du nord, regroupant l'Allemagne et ses épigones, serait différencié d'une euro du sud, nouvelle monnaie que partageraient l'Espagne, l'Italie, le Portugal, la Grèce.. et la France. Un euro qui perdrait immédiatement quelque 20% de sa valeur par rapport à la monnaie existant actuellement. L'idée, reprise par un économiste que nul ne suspectera de tendances gauchisantes  -le libéral Christian Saint Etienne- serait très avantageuse pour la France. Mais celle-ci, de facto, se retrouverait dans le rôle de l'Allemagne aujourd'hui, à savoir celui de défense de la rigueur à tout crin, face à des pays encore en difficulté qui "finiraient par implorer l'aide financière de Paris".

D'où une autre idée, celle du passage de la monnaie unique à la monnaie commune. On peut penser à une mécanique proche de celle du Système monétaire européen, qui, de 1979 jusqu'au lancement de l'euro, en 1999, a régulé les monnaies, selon le principe du taux de change fixe mais ajustable. Mais revenir purement et simplement au SME paraît contreproductif: ce serait remettre les monnaies sous la pression des marchés financiers, qui n'hésiteraient à les attaquer dans la perspective d'une dévaluation.

L'idée défendue est de supprimer la convertibilité directe des monnaies européennes. Plus question de convertir directement un euro-franc en dollars. Il n'y aurait plus de marché des changes en Europe. L'euro, en revanche, serait négociable sur le marché des changes international.

Une solution viable?

Une solution peut-être séduisante sur le papier. Mais qui apparaît quelque peu datée. Elle supposerait, ce qu'admettent très honnêtement les auteurs, un strict contrôle des capitaux, qui passerait par un contrôle des changes. Une solution  adaptée à une situation où les échanges avec l'extérieur seraient seulement de nature commerciale  (comme c'était le cas de l'économie française administrée des années 50 et 60), la banque centrale européenne se chargeant de régler les soldes entre pays européens et avec le reste du monde.  Mais aujourd'hui, ce sont les mouvements de capitaux qui forment l'essentiel des flux financiers. Un Chinois voulant investir en France acceptera difficilement de le faire dans une monnaie parallèle, il exigera la monnaie qui a cours légal en France. En fait, il s'agirait de revenir à un financement strictement domestique des économies de la zone euro, sans aucun apport extérieur. 

Faut-il donc admettre avec l'économiste américain Paul Krugman que, si faire l'euro fut une grosse bêtise, le défaire, aujourd'hui, provoquerait un choc tel, aux conséquences difficilement envisageables,  qu'il veut mieux ne pas l'envisager? 

 

* "Casser l'euro.. pour sauver l'Europe" par Franck Dedieu, Benjamin Masse-Stamberger, Béatrice Mathieu, Laura Raim, éditions Les Liens qui Libèrent, 19 euros

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2014 à 15:08 :
C'est une politique suicidaire... en Espagne on s'indigne et des foyers sont poussés à la mort... c'est plutôt grave de gonfler des bulles funestes!
a écrit le 29/03/2014 à 11:10 :
Jamais ils ne dévalueront l'euro, cela signifierais qu'ils acceptent de baisser leur pouvoir d'achat... Si pour le maximum de personne cela signifierais de payer plus cher tous les produits d'importation et d'augmenter le travail et baisser le prix des produits intérieur; pour les riches et les patrons, c'est le contraire ils ne pourraient plus externaliser et gagner toujours plus, acheter leur produit favoris comme leur voiture, tv,... leur coûterais plus cher. C'est pas dans leur intérêt et comme c''est eux qui sont au pouvoir et au gouvernement... je vous laisse deviner l'avenir !
a écrit le 28/03/2014 à 22:08 :
Je pense qu'il faut bien avoir à l'esprit qu'aux européennes l'abstention devrait de nouveaux battre des records. Aux dernières elections nous etions tout proche des 60%. A ceux là je voudrai dire que l'UPR engage des listes pour sortir del'UE, de l'euro et del'Otan. Nous ne partageons pas les idées du FN, nous sommes un parti politique qui rassemble les Français de gauche et de droite autour d'un programme très complet pour rendre à la France sa souveraineté. Je suis moi meme candidat à ces Européennes et rien ne me destinait à m'engager en politique si ce n'est la volonté d'offrir un avenir meilleur à mes enfants.
a écrit le 28/03/2014 à 19:48 :
Il est clair que pour avoir une vision cohérente il faut écouter tous les sons de cloche. Celui de François Asselineau n'est pas très présent sur les grands médias mais est de plus en plus écouté dans les salles de conférence ou sur les réseaux sociaux. Il explique d'où vient l'euro et pourquoi cette monnaie finira, de toute façon, par péricliter, comme l'ont toujours fait toutes les monnaies plurinationales. C'est une conférence visible sur le net intitulée "la tragédie de l'euro".
C'est un sujet dont il faut que nous, citoyens, nous emparions, notamment pendant la campagne des européennes!
a écrit le 28/03/2014 à 19:22 :
J'encourage vivement tous les lecteurs de cet article (convaincus ou indécis ou ceux qui veulent en savoir davantage) à visionner la conférence de François Asselineau intitulée "La Tragédie de l'€uro" que vous pourrez trouver facilement sur Internet.

Egalement : Etude de Jacques Sapir sur le sujet.
Ou bien encore : Suivre les déclarations sur l'€uro des "Prix Nobel" d'Economie suivants : Joseph Stiglitz, Maurice Allais, Milton Friedman, Paul Krugman, Christopher Pissarides, Thomas Sargent, James Mirrlees, Amartya Sen etc. Ils concluent tous que l'€uro est une catastrophe pour l'économie des Etats membres... Etes-vous plus compétents que les "Prix Nobel" d'Economie ?
a écrit le 28/03/2014 à 9:38 :
Réévaluation/Dévaluation partielles;création d'une 2e monnaie nationale
S'il devait y avoir une échelle de Richter du niveau de l'€uro/Dollar pour les pays de l'euroland elle serait celle-la: l'Allemagne,1.70;la France,1;l'Italie,0.90;l'Espagne,0.80  ;.....la Grèce ,0.70.Actuellement l'€uro est à 1.35 Dollars.Il y a donc divergence totale au niveau de l'euroland.Pire sa valeur médiane qui serait 1.20 n'est pas respectée.Pour sortir de cette impasse,il serait nécessaire de baisser l'€uro au niveau du Dollar(les contrats d'achat,vente à l'internationale sont libellés en dollar).Ensuite comme chaque pays de l'€uro ne peut pas réévaluer ou dévaluer,seule une réévaluation,dévaluation partielle serait envisageable.l'Allemagne pense qu'un €uro fort peut éviter l'inflation et ainsi protéger son épargne. Pour qu'elle accepte une baisse de l'€uro ,il serait judicieux de lui accorder un statut privilégié;ça consisterait à compenser l'érosion monétaire, du fait d'une trop forte inflation(au-dela de 3 ou 4 % par exemple) ,en procédant à une réévaluation partielle de la façon suivante:la Bce abonderait grâce à la création d'€uros les livrets,comptes ,obligations,assurances-vie libellés en €uro des nationaux allemands à l'exclusion des résidents étrangers.Cependant, un €uro à un Dollar serait encore trop fort pour les pays en tres grande crise(Grêce,Espagne.....).Aussi une dévaluation partielle serait une condition nécessaire à leur sortie de crise.Pour cela il suffirait de référencer les contrats de travail à l'exclusion du Smic qui serait renégocié,les loyers ,les retraites,les impôts.... ,d'après l'ançienne monnaie( le Franc pour la France) puis de dévaluer celle-çi par rapport au à l'€uro.Comme les prêts libellés en €uro ne peuvent pas être dévalués, les emprunteurs qui en seraient tres pénalisés devraient bénéficier d'aide de la part des états,des banques,de l'UE. -A cote de l'Euro créons une 2e monnaie nationale (l'Euro-franc pour la Fance ) .Cette monnaie serait utilisée par l'Etat pour payer partiellement les fonctionnaires,les retraites, les allocations,les niches fiscales selon les tranches d'impositions de l'impôt sur le revenu.Avec ses Euros-francs,les Francais pourraient investir dans les entreprises françaises par l'intermédiaire de fonds souverains garantis par l'Etat,et acheter des produits estampillés made in France.Ainsi on pourrait retrouver la croissance par une politique de l'offre par le développement des entreprises et la diminution du déficit commerciale en achetant français.
a écrit le 28/03/2014 à 7:11 :
A mon avis il faut continuer l' Europe et l'Euro la déflagration n'en sera que plus grande.
Regardez surtout la ligne du chomage et de l'endettement et vous comprendrez. Mais il est vrai que je ne suis pas économiste !!!!!
L'Euro c'est surtout un deutschemark et il sert surtout les intéréts de l'Allemagne, il est vrai que pour le comprendre un enfant de 10 ans le comprendra facilement contrairement à nos élites.
a écrit le 28/03/2014 à 0:21 :
L'euro est indispensable, tout comme l'Europe forte. Mais régulièrement il y a des gens qui veulent démanteler l'ensemble sans se souvenir des raisons catastrophiques et durables qui ont amené à faire l'Europe et l'euro et qui sont un excellent choix, à améliorer et poursuivre et qui servent d'ailleurs d'exemple partout dans la création de monnaies communes et de coopérations entre pays.
Réponse de le 28/03/2014 à 8:20 :
avant nous n'avions pas l' euro, et on ne s'en portait pas plus mal! au contraire depuis celui ci, c'est l'hécatombe !!
a écrit le 27/03/2014 à 21:26 :
Encore n'importe quoi pour se faire "mousser"... Une bonne monnaie est une monnaie solide ,point barre, et l'euro à démontré sa solidité en pleine tourmente financière. Ces journalistes disent des sottises car ils sont incompétents. De plus, ils veulent jouer avec nos actifs. Qui nous couvrira de la perte massive au cas ou ces olibrius réussiraient à démolir ce qui est dans nos poches ?
Réponse de le 27/03/2014 à 23:45 :
Allez dire que l'euro a été solide aux espagnols, aux grecs, italiens, chypriotes, irlandais, portuguais. L'euro est un échec monumental et c'était prévisible dès le début car tout simplement différentes économies ne peuvent avoir la même monnaie et enfin toutes les monnaies plurinationales ont fini par exploser, ce n'est qu'une question de temps avant de retourner au franc. F. Asselineau l'analyse très bien ici: https://www.youtube.com/watch?v=2Op3yVHH6dM
a écrit le 27/03/2014 à 20:05 :
Si nous voulons sauver notre industrie, vendre le Rafale et garder notre niveau de vie, il faut quitter l'euro très vite. Il est même surement trop tard.
Réponse de le 28/03/2014 à 0:18 :
Ca va être pratique pour vendre l'Airbus fabriqué dans de nombreux pays...idem pour de nombreux biens.
Réponse de le 28/03/2014 à 9:55 :
vendre le rafale mais oui bon sang.... avec le franc et même l' ancien franc et l' ancien ancien franc le mirage en était déjà un alors le rafale..
a écrit le 27/03/2014 à 17:48 :
En attendant, avec l'euro, on a une monnaie stable et extrêmement forte.
Que l'euro pénalise nos entreprise exportatrices, c'est indéniable. Mais ceux qui ont un minimum de patrimoine ne vont pas plaindre de voir sa valeur consolidée du fait qu'elle est valorisée dans une des monnaies les plus fortes du monde)
Quand aux pourfendeurs de l'euro (souvent situés outre-Manche, comme par hasard...), ils devraient se remémorer l'époque où le franc était constamment dévalué et où l'inflation était à des niveaux qui n'ont rien à voir avec ce que l'on connait aujourd'hui.
C'est peut-être plus difficile de vendre avec un euro fort, mais n'oublions pas que nous importons à des conditions très avantageuses.
Et si chercher à diviser les Européens entre eux est certainement bénéfique pour certains, je reste persuadé qu'on est plus forts unis que divisés. Certes l'Europe politique n'est pas faite et n'est pas pour demain. Mais on a au moins réussi deux choses en Europe: la paix (le plus important), et une monnaie commune (qui si elle n'est pas suffisante, a au moins le mérite d'exister et à laquelle la plupart des Européens est finalement attaché: eh oui!)
Continuons à essayer de construire cette Europe de la paix et si possible prospère au lieu d'écouter les esprits chagrins et négatifs.
Réponse de le 27/03/2014 à 18:22 :
en attendant c'est l'allemagne qui controle la zone euro. jE VOUS RAPPELLE AUSSI QUE LE BUT C EST D EXPORTER PAS D4IMPORTER;
Réponse de le 28/03/2014 à 0:24 :
Quand on exporte on importe de facto, donc une monnaie à juste prix et stable comme l'euro est un très bon choix et sans nul doute le meilleur. C'est par contre la construction européenne qui doit se poursuivre, l'euro restant indispensable à cet ensemble, sinon on peut aussi revenir aux tribus et à l'âge de pierre..
Réponse de le 28/03/2014 à 19:26 :
Avoir une monnaie forte ou faible n'est pas le problème. Ca c'est l'argument typique de quelqu'un qui n'a pas compris à quoi sert une monnaie...

Une monnaie sert à adapter sa compétitivité. Si elle est trop forte, alors on est moins compétitifs. C'est ici l'un des problèmes essentiels de l'€uro.

Je renvoie à la conférence de François Asselineau "La Tragédie de l'€uro" ou bien aux "Prix Nobel" d'Economie qui sont aujourd'hui quasiment tous contre le délire de cette monnaie absurde :
Joseph Stiglitz, Maurice Allais, Milton Friedman, Paul Krugman, Christopher Pissarides, Thomas Sargent, James Mirrlees, Amartya Sen etc. Ils concluent tous que l'€uro est une catastrophe pour l'économie des Etats membres... Etes-vous plus compétents que les "Prix Nobel" d'Economie ?
a écrit le 27/03/2014 à 17:44 :
resume de cet article " on est piege dans cette nasse,comme des anguilles on essaye toutes les solutions ,mais on en creveras ...!
a écrit le 27/03/2014 à 17:31 :
Moi je dis : vive l'Euro !
1) L'Euro sert à faire l'Europe, qui est le plus beau pays du monde,
2) L'Euro met la pression sur nos dirigeants politiques, qui sont de piètres gestionnaires (déficits, chômage), et c'est bien fait pour eux,
3) L'Euro fait de l'ombre au dollar, et donc emm... les américains, qui, vraisemblablement, inspirent, voire financent, toute cette intox anti-Euro.
N'écoutez pas ces journalistes : tout est faux dans les journaux, sauf les publicités, c'est bien connu.
Réponse de le 27/03/2014 à 17:48 :
Là vous êtes méchant! C'est pas beau de se moquer des "irresponsables"!
Réponse de le 27/03/2014 à 18:23 :
le mark fait del 'ombre au dollar??? vous rigolez
a écrit le 27/03/2014 à 12:21 :
si vous voulez l'euro il faut :
- baisser vos salaire et retraites
- supprimer la Sécu (on dit faire les réformes)
- accepter de ne plus avoir d'industrie ou presque
- accepter un taux de chomage qui serait toujours très fort
- être pret a partir travailler en Allemagne donc apprendre l'allemand
Réponse de le 28/03/2014 à 0:39 :
Faux, les décisions en Europe sont prises au prorata des populations de chaque pays donc prétendre que l'Allemagne impose ses règles est simpliste et inexact. C'est cacher les défauts de certains pays en cherchant un bouc émissaire à ses propres manquements.
Réponse de le 28/03/2014 à 19:15 :
Faux.
Les décisions en Union Européenne sont uniquement prise par la Commission NON-ELUE. Je vous encourage à réviser les traités et notamment l'article 17 du Traité sur l'Union Européenne.
Ou mieux ! Allez visionner les conférences de François Asselineau.
Cdt.
Réponse de le 30/03/2014 à 13:59 :
Oui Sam à raison...les peuples n’ont pas leur mots a dire!
L’économie européenne et l'euro est une catastrophe!
a écrit le 27/03/2014 à 12:07 :
C'est marrant ... En France, c'est TOUJOURS la faute aux autres !!!!
Réponse de le 27/03/2014 à 13:00 :
Les pays décolonisés disent la même chose et même les USA vis a vis de la Chine!!
Réponse de le 28/03/2014 à 19:29 :
C'est la Commission européenne NON-ELUE qui dirige l'ensemble de l'UE. Ce n'est donc pas la faute "des autres" mais de ceux qui sont aux affaires, c'est à dire la Commission.
Je me permet de vous renvoyez aux conférences de François Asselineau qui explique les traités européens et qui décide de quoi.
Cdt
a écrit le 27/03/2014 à 11:30 :
On a quitter le "franc" qui avait toute notre confiance pour avoir l'euro qui a toute notre méfiance!
Réponse de le 28/03/2014 à 0:41 :
Le franc avait notre confiance ??? n'importe quoi, il n'arrêtait pas de fluctuer, d'être dévalué etc. Vous n'avez pas vécu cette époque.
a écrit le 27/03/2014 à 11:00 :
Il est évident , du point de vue de tous les aspects économiques , sociaux et macroéconomiques considérés que rester dans l'euro produira des dégâts graves , voire une désintégration du pays France.
Les arguments d'économistes auto-proclamés et de troisième zone ne tiennent ABSOLUMENT pas.
N'importe quel spécialiste un tant soit peu professionnel et honnete intellectuellement le dira.
De fait , les meilleurs experts financiers de la planète l'avaient anticipé.
Il faut sortir , d'urgence.
Réponse de le 27/03/2014 à 14:13 :
"Il est évident..." Si ca l'est tant que ca pour vous peut-etre pourriez vous developper.
"Les arguments ... ne tiennent ABSOLUMENT pas." De la meme maniere de sur quoi vous basez vous pour decreter cela?
"N'importe quel spécialiste un tant soit peu professionnel et honnete intellectuellement le dira." Donnez nous les noms de ces personnes que l'on puisse s'"instruire".
"les meilleurs experts financiers" Qui les a decrete "meilleurs" ? sur quel criteres?
Réponse de le 28/03/2014 à 19:32 :
@XcuseME
Des "Prix Nobel" d'Economie, par exemple. Ca vous irait ?

Quelques uns en vrac : Joseph Stiglitz, Maurice Allais, Milton Friedman, Paul Krugman, Christopher Pissarides, Thomas Sargent, James Mirrlees, Amartya Sen etc. Ils concluent tous que l'€uro est une catastrophe pour l'économie des Etats membres... Etes-vous plus compétents que les "Prix Nobel" d'Economie ?

Vous pouvez aussi vous référer aux conférences en français de FRANCOIS ASSELINEAU que vous trouverez facilement sur Internet.
Cdt.
a écrit le 27/03/2014 à 10:35 :
vu le niveau de chomage en Europe du Sud, il devient vital d'arrêter les frais et de partir de cette monnaie maudite
Réponse de le 28/03/2014 à 0:45 :
L'Argentine, le Vénézuela, l'Ukraine, la Turquie etc ont leur propre monnaie et ont de plus graves difficultées que la Grèce, l'Espagne, l'Italie, le Portugal etc Preuve que l'Euro n'est pas responsable de cette situation, ce n'est pas un problème de monnaie. Et si vous pensez exportations il faut penser entre autres aux importations, incontournablse quand on exporte et produit.
a écrit le 27/03/2014 à 10:35 :
Alors , ne rien faire ... c'est encore mieux ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :