Européennes : quand le peuple fait sécession

 |   |  891  mots
(Crédits : DR)
Le "succès" du FN doit être relativisé. C'est plutôt d'un rejet d'une offre politique faible et dépassée qu'il faut parler. Le peuple fait sécession. Jean Christophe Gallien, professeur associé à l’Université de Paris 1 la Sorbonne*

Encore une terrible fessée pour notre classe politique et quelle défaite pour la France que ce scrutin européen. Si le sujet de l'élection était bien l'Europe, que cela nous plaise ou non, comme en Allemagne, l'Europe doit être comprise comme un enjeu national et comme une affaire intérieure. 80% de notre régulation est d'origine européenne, notre monnaie est européenne … Prenons bien garde de projeter le bon angle : défaite de l'Europe et même de l'Union en construction, mais pas seulement. Certes l'abstention électorale moyenne en Europe est d'un peu moins de 57 % ce qui doit interpeller l'ensemble des acteurs institutionnels de l'Union et en particulier les parlementaires sortants. Avec 43% de votants, la France serait donc dans la moyenne européenne. Triste moyenne pour l'un des fondateurs de l'Union. Certes l'abstention était pire encore en 2009. Mais ce résultat de mai 2014 vient après celui des municipales de mars 2014 et une série de scrutins marqués par la progression continue de l'abstention dans notre pays. Il s'agit d'un échec qui n'est pas seulement celui de la démocratie européenne. La défaite est aussi politique et nationale. Et elle est dans tous les camps.

Pas de vacances, pas de pont, un beau printemps et pourtant pas de français aux urnes. Si l'on additionne les non inscrits et les « exprimés » blanc ou nuls, une France silencieuse grossit encore. Celle qui tourne le dos à l'offre politique présentée et renvoie les différents mouvements à une légitimité de plus en plus affaiblie. D'élections en élections, le Peuple français confirme sa sécession !

Le rejet par l'abstention

Notre pays crie son rejet par l'absence. La fronde civile et citoyenne se généralise. Des pans entiers de notre société quittent l'espace de la représentation. Une profonde crise démocratique s'est enracinée. Pourtant les Français aiment la politique, mais ils s'éloignent de l'offre politique, des partis, de leurs appareils, de leurs leaders et désormais de plus en plus des urnes.

Même le Front National qui gagne largement cette élection doit s'interroger sur l'échec général de la participation duquel ce parti émerge mieux que les autres mais qu'il n'a pu totalement dépasser dans la réalité des suffrages exprimés. Et que dire des autres ! L'UMP qui avec une deuxième position anémique à 20% des exprimés prend une gifle terrible, lui qui se posait comme premier parti d'opposition après les municipales. Le Parti Socialiste qui gouverne ce pays est relégué à un niveau historique de faiblesse autour de 14 % ! C'est une défaite terrible et presque spécifiquement française pour des partis dits de gouvernement.

Une offre politique incroyablement faible, dépassée

On ne peut plus adresser plus aux citoyens une accusation en incompétence politique. C'est l'offre politique proposée qui était incroyablement faible, presque déclassée. Elle ne pouvait convaincre ni même amorcer un intérêt citoyen. La campagne a encore dépassé la mollesse et l'effacement de celle déjà si évanescente des municipales ! Courte, et comme encore une fois délaissée dans la crainte d'en découdre avec le Peuple. On ne va pas voir un film si le casting, l'histoire et son sujet ne vous plaisent pas ! C'est pareil en politique. Quand il n'y a pas de respect pour les citoyens, il n'y a pas de respect pour la démocratie.

Une crise de confiance totale

Pire, l'abstention politique et électorale n'est pourtant qu'un des visages de cette impressionnante migration citoyenne. Un divorce de plus en plus profond s'est installé entre la république des citoyens et celle des élites quelles qu'elles soient. La crise de confiance est totale. La rupture s'est encore rapprochée en ce beau mois de mai 2014.

Les épreuves sociales quotidiennes, les inquiétudes identitaires, l'expérience concrète d'une insécurité qui désormais touche toutes les zones de la vie personnelle et de l'expérience collective. Les demandes répétées à l'usure qui ne reçoivent pas de réponses réelles et surtout le sentiment de plus en plus affirmé chez les français que les politiques, les gouvernants sont comme eux-mêmes perdus, sans repères, sans vision, pire, sans pouvoir face aux fruits amers d'une mondialisation. Ils ne trouvent plus d'avocats pour leur avenir, qui sans défense, s'obscurcit chaque jour d'avantage.

Baudrillard l'écrivait en 1995, dans un texte prophétique : « les ilotes et les élites ». « Nous vivons dans une réalité politique parfaitement dissociée. D'un côté, la classe politique, micro-société parallèle secrètement en chômage technique, … vouée semble-t-il à l'unique tâche de se reproduire, dans une confusion endogamique de toutes les tendances ... De l'autre, une société « réelle » de plus en plus déconnectée de la sphère politique. Toutes deux, s'éloignant l'une de l'autre à une vitesse grand V, semblent plus ou moins destinées à dépérir ou à se désagréger chacune dans leur coin ». Tous les signaux sont désormais au rouge, le temps est à l'invention politique.

*Président de j c g a, Membre de la SEAP, Society of European Affairs Professionals

 

>> Retrouvez tous les résultats des élections européennes, pays par pays 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/06/2014 à 13:36 :
les français détestent tout autant les élites financières, journalistiques et industrielles
les élites françaises sont une mafia
a écrit le 29/05/2014 à 11:02 :
Un léger doute m' habite... ne pensez-vous pas que le peuple a toujours fait sécession.. éternel insatisfait, frustré congénital, mineur démocratique n' étant au final qu' abonné à ètre fermement dirigé sans autre forme ? en gros les français n' auraient aucune capacité à se gérer librement, l' utopie anarchiste n' étant certainement pas pour ce peuple.
Du plus loin que l' on remonte, les votes ( ou les révoltes-jacqueries-insurections ) n' ont jamais fait qu' acté " l' alternance ". Pour faire court, sans remonter au moyen âge, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, il n' y a que vote sanction sur vote sanction.. référendum de De Gaulle, sanction de Giscard ( il perd toute les élections intermédiaire et sa ré-élection ), sanction de la gauche dés aprés l' élection de Mitterand, qui perd toutes les élection intermédiaires, sanction de la droite de co-habitation à la ré-élection de Mitterand 2.0, qui re-perd toutes les élections intermédiaires, Chirac 1 perd toutes les élections intermédiaire, la gauche de co-habitation perd l' élection présidentielle avec Chirac 2.. et... la seule incongruité est l' élection de Sarko, qui bat alors la statistique ( quoi que son discours populiste pouvait faire croire à une rupture.. ).
Sarko perd les élections intermédiaire, échoue sur Hollande qui perd inéluctablement ses éléctions intermédiaire...
Pas vraiment de quoi marquer un effet surprise si l' on regarde statistiquement l' histoire.. certain ( progressiste, libéraux ? ) diront qu' au final c' est une bonne marche démocratique, d' autre ( conservateur, revanchard, chauvin, réactionnaire ) le déliquescence de l' état nation..
Le problème étant au final, à bien scruter ses suites mathématique, qu' un Napoléon, qu' un Pétain pointe alors ses insignes dorés.. les lois immuables de la statistique font froid dans le dos..
a écrit le 28/05/2014 à 8:44 :
Le FN ne représente que 25% de 43%, c'est à dire 11% des Français : c'est peu mais que représentent les abstentionistes : L'inertie française qui refuse de voir la réalité en face car le masque doit tomber à présent. Augmenter les impôts plongera le pays dans la récession, et restructurer le "millefeuille" va faire bondir le chômage. L'impasse est totale.
a écrit le 27/05/2014 à 9:49 :
malheureusement les partis de gouvernements sont dépassés par les événements d'une crise semblable a 1929 , les démagogues , opportunistes et autres menteurs professionnels sont légions , cela c'est déjà produit avec la république de weimar et on a vu le résultat aussi en 1917 en russie et on a vu le résultat .. l'histoire repasse les plats , ce qui me sidère c'est le laisser aller des partis de gouvernement qui laisse du temps a l'inévitable de s'accomplir et de conserver leurs caps ineptes qui accouchera d'inaptes démagogues dangereux
a écrit le 27/05/2014 à 8:42 :
Il faut retirer le droit de vote à ceux qui ne l'exercent pas durant 3 années consécutives et tout s'arrangera, le vote blanc étant une expression.
Réponse de le 28/06/2014 à 13:37 :
INCULTE ET FASCISANT
C'EST UN DROIT DE VOTE ET NON UN DEVOIR DE VOTE
DES GENS SONT MORTS POUR CE DROIT ET NON LE DEVOIR DE VOTE
a écrit le 27/05/2014 à 8:03 :
Une offre politique incroyablement faible, dépassée....et corrompue, de copinage n ayant qu un but ..faire du fric et vivre comme des seigneurs au frais de la republique....des tiques politiques
a écrit le 27/05/2014 à 7:34 :
Hé, les commentateurs, le niveau de l'extrême droite n'est pas une surprise en France par rapport aux élections précédentes et le niveau de l'abstention.
Le vrai surprise vient de l'autre côté de la Manche : 25 % pour l'extrême droite au R-U !!!
Pourtant, l'Europe suit à la lettre leur modèle et se plie totalement devant les exigences de leurs élites !
Réponse de le 27/05/2014 à 9:44 :
chez nos voisins anglais c'est comique , ils ont un cheque depuis madame Thather que leur donne l'Europe , en plus ils ne sont pas dans l'euro qu'ils critiquent , c'est tellement facile en plus ils laissent a calais des immigrés qui cherchent a les atteindre .. eux ne subissent pas les impacts de leurs oeilleres , ils sont a coté de la plaque , pas mieux ailleurs .. juste des bons démagogues qui promettent des lendemains qui chantent en niant les realitées ou du y'a ka faut qu'on .. pathétique
a écrit le 27/05/2014 à 7:16 :
La droite : c'est la faute de la gauche
La gauche : c'est la faute de la droite
Une fois au gouvernement on supprime ce qu'à fait l'autre pour faire la même chose sous un autre nom. Et on a perdu des années.
Les grands bénéficiaires ? La haute fonction publique qui s'assoit sur les réformes et la CGT et SUD qui ne veulent aucune remise en cause des acquis.
a écrit le 27/05/2014 à 0:17 :
Le renouveau viendra du peuple et non de ces écoles politiques !
a écrit le 26/05/2014 à 23:20 :
Cessons de les appeler "politiques" !!!
Ils sont hommes et femmes de pouvoir et rien de plus, aucun n'a de visio même pas les écolos qui auraient tout entre les mains pour proposer un vrai projet de société...
Tant que les nombrils de 68 ne seront pas tous partis en retraite au Portugal rien ne se réinventera...
a écrit le 26/05/2014 à 22:22 :
Rien à attendre de cette classe politique, à part un vide abyssal à l'image de FH ce soir.
a écrit le 26/05/2014 à 21:31 :
Une chose est certaine, et elle a profondément marqué les Français, qui n'ont pas pardonné et ne pardonneront pas : le référendum de 2005 !!! alors, leurs leçons à tous ces olibrius, ils peuvent en faire ce qu'ils veulent puisque "ILS FONT SANS NOUS " !!
Réponse de le 17/06/2014 à 9:31 :
Entièrement d'accord avec vous. La démocratie est un énorme bobard. Si le FN les embête tant que ça, ils peuvent l'interdire.
a écrit le 26/05/2014 à 21:29 :
oui, nous en sommes là. Et cessons d'utiliser, svp,le terme "élites" pour parler de nos "représentants"...
a écrit le 26/05/2014 à 18:55 :
Je crois, Mr le Professeur, que votre appréciation témoigne d'une cogitation partiale et démesurée. Il serait utile que vous révisassiez votre logistique !
a écrit le 26/05/2014 à 17:00 :
L'abstention est une fois de plus la grande gagnante de ce scrutin. Dorénavant, elle l'est même à chaque fois, d'élection en élection. Elle se joue désormais des culpabilisations et des moralisations en tout genre. Les donneurs de leçons ne sont donc plus crédibles. Et voilà que se sont eux qui reçoivent la leçon de srcutin en scrution. Mais leur obstination et leur obscurantisme rencontre de plus en plus la résistance de ce peuple invisible dont on ne sait qui il est, où il est et ce qu'il pense vraiment. En fait c'est comme un fantôme bien vivant. Il faudra désormais apprendre à composer avec lui.
Réponse de le 26/05/2014 à 21:34 :
ils font ce qu'ils veulent "sans NOUS "! Traité de Lisbonne 2005! voilà où a été la grosse et flagrante erreur (entre autres ! ) de nos charlatans de technocrates, politiques de tous ordres !
a écrit le 26/05/2014 à 14:57 :
Quand reconnaîtrons nous que l'abstention est le vote d'un refus d’adhésion et rend illégitime le choix proposé?
a écrit le 26/05/2014 à 14:52 :
En général, comme un enfant, recevoir une gifle ne signifie pas que l'on soit sur le bon chemin et que l'on doive accélérer le mouvement mais bien au contraire que l'on se trompe et qu'il faut revoir sa "politique"!
a écrit le 26/05/2014 à 14:47 :
Bien d'accord avec vous M. Gallien. Mais une alternative se profile... Un parti qui fait 20 000 adhérents en moins de 6 mois, et 1% des votes pour sa première élection nationale mérite qu'on lui prête attention. Oui, mais voilà: il n'est ni de droite ni de gauche, et donc nos médias décérébrés ne savent pas comment en parler. Alors ils ne disent rien, c'est tellement plus facile et confortable. Il se réveilleront quand "Nous Citoyens" pèsera plus de 10 %... Pauvre France.
Réponse de le 27/05/2014 à 6:53 :
il existe aussi l' "Union Populaire Républicaine", qui , de la même manière a été oublié des médias. Donc DES solutions alternatives existent.
a écrit le 26/05/2014 à 14:44 :
Vous êtes en extrème majorité des inactifs qui passez votre temps à bouffer des gâteaux et à pikoler du Coke.
Ce qu'écrit Monsieur Gallien , vous ne pouvez le comprendre...Il est en haut , vous êtes en bas et moi j'arbitre votre Avenir. Oui , il faut bien , ça fait que 40 ans que vous êtes des Brèles...il a fallu que j'improvise. ..... Mangez pas trop de gâteaux en même temps...
a écrit le 26/05/2014 à 13:56 :
Ce que vous dîtes valait il y a dix-quinze ans. De tous les gens FN que je connais, et malheureusement ils sont nombreux, aucun ne changera son vote en 2017 même si le chômage tombait à 5%. C'est un vote d'adhésion dont un des nombreux ciments est l'anti-sémitisme, mais ce n'est pas le seul. Ces gens veulent le pouvoir et ils sont prêts à en découdre. L'Histoire ressert inlassablement toujours les mêmes plats.
Réponse de le 26/05/2014 à 17:15 :
Vous consultez quels jours ? Chiromancie, boule de cristal ou marc de café ?
Réponse de le 26/05/2014 à 21:36 :
consultation dans la c.......rie, surtout !
a écrit le 26/05/2014 à 13:17 :
NON! c'est beaucoup un vote d'HADESION , actuellement !
a écrit le 26/05/2014 à 12:39 :
Bon articla monsieur Gallien,comme toujours.Vous nous réconciliez (un peu) avec les journalistes.Mais la grande majorité de la presse fait peine a voir.
a écrit le 26/05/2014 à 11:58 :
Il faut voter : d'autres ne le peuvent même pas ou sont "dirigés".
Cela dit, l'offre est effectivement tellement peu alléchante vu que ceux qui ont de bonnes idées préfèrent se compromettre avec n'importe qui pour s'assurer un siège et ceux qui ont un programme "acceptable" l'abandonnent au moindre signal de contestation... ou ne font rien (ainsi pas de souci... ou pas tout de suite). Et qu'ils s'appliquent à eux-mêmes ce qu'ils demandent/ imposent aux autres citoyens. Mais quand le comprendront-ils ?
Ce qui m'a le plus consterné dans les candidatures, c'est la profession des candidats lorsqu'ils n'ont rien d'autre que "homme / femme" politique. J'en suis triste pour eux qu'ils ne sachent rien faire d'autre...
a écrit le 26/05/2014 à 11:22 :
Enfin un article qui me représente !!
Je n ai pas voté et j espère que tous ces énarques de l UMPS vont disparaître
il faut changer toute la clique politique corrompu menteuse

Dressons les échafauds !!!
Réponse de le 27/05/2014 à 21:36 :
Bon!, je voulais voter contestataire, mais alors voter comment ou quoi..., qu'une seule solution, voter fn brrr!, re-bon, alors j'ai glissé un bulletin de droite ne me demandez pas lequel j'ai saisi le premier venu, qu'importe c'est du pareil au même.....
Quand â moi, je ne suis pas trop inquiet du score du fn qui n'est que de circonstance, je pense que 95% de ce score n'est pas sympathisant fn.
En fait, les responsabilités sont claires, la gauche et la droite viennent de recevoir un sacré coup de pied au c....
Le peuple est très très mécontant du fonctionnement de la CE et de son organisation et qui est le refuge des incapables virés d' ailleurs. Il y a trop de monde planqué dans ce système.
Pour commencer il est nécessaire de supprimer au plus vite ces rassemblements à Strabourg.
Mais comment cela ce fait-il que cette affaire (la CE)n'ai pas encore fait faillite financièrement.
Le peuple ne demande que: soit une réforme profonde ou la faire sauter, scousi...
a écrit le 26/05/2014 à 10:59 :
Que ces socialos commencent a appliquer leurs belles idées et a divider par deux le salaire des députés honteusement élevés (15 000 euros / mois)....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :