Avoir une guerre d’avance !

La France va investir massivement dans ses armées et son outil de défense sur la période 2024-2030. Lors des vœux adressés vendredi aux armées, le président de la République a annoncé un effort sans précédent à hauteur de 413 milliards d'euros en vue de transformer les armées et tout l’écosystème de la défense. Par Jean-Michel Jacques, député du Morbihan (Renaissance).
« Les moyens engagés permettront d'acquérir les équipements nécessaires (stocks de munitions, munitions téléopérées, systèmes de défense sol-air, drones) et d'investir massivement dans des domaines cruciaux (renseignement, cyber) » (Jean-Michel Jacques, député du Morbihan)
« Les moyens engagés permettront d'acquérir les équipements nécessaires (stocks de munitions, munitions téléopérées, systèmes de défense sol-air, drones) et d'investir massivement dans des domaines cruciaux (renseignement, cyber) » (Jean-Michel Jacques, député du Morbihan) (Crédits : DR)

C'est dit : 413 milliards d'euros seront consacrés pour la défense française entre 2024 et 2030. N'en déplaise aux détracteurs habituels, il s'agit là d'un signal fort du président de la République envers nos armées et nos concitoyens ! Plus qu'un chiffre, c'est une preuve de lucidité et de courage. C'est aussi l'œuvre d'un travail collectif avec les parlementaires et en lien étroit avec le Ministre des Armées. Face à l'imprévisibilité du monde et à l'emploi désinhibé de la force par certains acteurs, il nous faut agir toujours plus, en cohérence et avec réactivité. Pour notre sécurité, nos valeurs et la Liberté !

Gagner la guerre avant la guerre

Dès 2017, nous avons évité à nos armées le naufrage. Après le temps de la réparation de notre outil militaire vient désormais celui de sa transformation. C'est une impérieuse nécessité : l'enjeu est avant tout, comme le dit le Chef d'état-major des armées, de « gagner la guerre avant la guerre ». Hier encore, certains pouvaient penser que la guerre était bien loin de notre quotidien. Or, la multiplication des menaces hybrides et le retour de la guerre en Europe nous ont démontré l'inverse. Demain, nos armées doivent être prêtes à s'engager dans des guerres de haute intensité ; à combattre dans le champ physique (air, terre, mer, espace) comme dans le champ immatériel (cyber, cognitif, informationnel).

Nous ne sommes pas dans l'attentisme mais bien des faiseurs et la prochaine loi de programmation militaire le confirme ! Les moyens engagés permettront d'acquérir les équipements nécessaires (stocks de munitions, munitions téléopérées, systèmes de défense sol-air, drones) et d'investir massivement dans des domaines cruciaux (renseignement, cyber). Pour autant, cela seul ne suffira pas. La force morale et l'engagement d'une Nation toute entière sont aussi une exigence. A tout niveau, il nous faudra aussi gagner en agilité, sortir des cadres classiques et très souvent s'affranchir des normes et du principe de précaution qui paralysent la société civile !

Soutien aux industriels de la défense

L'imbrication des enjeux nous oblige également à protéger davantage notre cœur de souveraineté et renforcer notre autonomie stratégique. Pour commencer, la modernisation et la disponibilité de notre dissuasion nucléaire, l'assurance-vie de la Nation, fera l'objet d'un effort significatif. Plus largement, nous nous assurerons d'être aptes à affronter tous les types de menaces, en tout lieu et en tout temps. Notre ambition n'a pas changé : nos armées resteront capables de se projeter seules ou d'endosser un rôle majeur aux côtés de nos alliés, notamment européens et otaniens.

Pour réussir ce pari, elles doivent pouvoir compter sur la réactivité d'une industrie de défense nationale solide et ancrée dans une économie de guerre. Nous veillerons donc à soutenir encore davantage nos entreprises, protéger leurs précieux savoir-faire et relocaliser les filières stratégiques délaissées par le passé. Enfin, tout en conservant l'équilibre entre besoins technologiques et besoins rudimentaires, nous tirerons profit de toutes les ruptures permises par l'innovation (quantique, intelligence artificielle) afin que nos armées conservent un coup d'avance.« »

Osons nous réinventer

L'enjeu est grand, alors, citoyens, élus, militaires, entrepreneurs ou chercheurs, emboitons le pas dès à présent ! A nous de remplir notre mission collective : que la France tienne son rang de puissance et défende, quoi qu'il en coûte, l'intégrité de son territoire et notamment ses outremers particulièrement convoités. Osons collectivement nous réinventer. Soutenons cet engagement politique exigeant à la hauteur de notre temps et des militaires français qui se battent, corps et âme, pour la Nation

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 29/01/2023 à 9:08
Signaler
Bonjour, Refaire l armee, bon, d accord mais il faut un comptable, car payer 700 000 euro un missile qui ne fonctionne pas, et qui après enquête, à un coût de production de 7000 euros c est bien résumer l industrie de la défense. Les maisons tradi...

à écrit le 26/01/2023 à 20:42
Signaler
Bravo, Monsieur le Député. Toute la Nation est derrière vous après ces années de disette qui ont entraîné nos armées au bord du gouffre. Les militaires déployés en opérations comptent sur la représentation nationale pour défendre l’outil qu’ils serve...

à écrit le 26/01/2023 à 11:32
Signaler
Bonjour, avoir une Guerre d'avance... Si possible ne pas faire la guerre s'est mieux ... Ensuite, sans être pétainiste inutile de commencer une guerre perdu d'avance... Car actuellement avec 3000 milliards de dette et une défense militaire ridicul...

à écrit le 24/01/2023 à 18:29
Signaler
Bonjour, Personnellement je crois que la mehieur armée que la France est eu s'est 30 dernier année, était le modèle mixé , une conscription et quelques régiment professionnel... Car la France n'a pas les moyens d'entretenir de nombreux régiment pro...

à écrit le 24/01/2023 à 9:19
Signaler
Quelle hypocrisie de vouloir investir sur le matériel plutôt que sur l'humain ! Ce n'est que l'aspect financier qui les intéresse ! On n'est pas plus avancé ! ;-)

à écrit le 24/01/2023 à 8:54
Signaler
"et notamment ses outremers particulièrement convoité" Ben tiens forcément, nos investisseurs français à l'état d'esprit allemand ne veulent plus prendre aucun risque alors que nous avons le second domaine maritime du monde, forcément que les plus ré...

à écrit le 24/01/2023 à 7:27
Signaler
Bonjour, Avoir une guerre d'avance ,encore faut ils investir dans des projets réaliste et réalisable... Un exemple , le système félin de l'infanterie, trops lourds et hors de prix ... Donc , ils faut revoir effectivement nos priorités, a cours ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.